Les « chômeurs fréquents » devront accepter des emplois moins payants

« Ces changements ne visent pas à forcer les gens à accepter un travail loin de chez eux ou à remplir un poste qui ne leur convient pas », a tenté de rassurer Diane Finley, ministre des Ressources humaines à Ottawa.
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld « Ces changements ne visent pas à forcer les gens à accepter un travail loin de chez eux ou à remplir un poste qui ne leur convient pas », a tenté de rassurer Diane Finley, ministre des Ressources humaines à Ottawa.

Certains chômeurs au pays seront bientôt contraints de se trouver un nouvel emploi, et vite. Et pas question d’être tatillon. En vertu de la réforme de l’assurance-emploi détaillée hier par le fédéral, les prestataires fréquents seront à l’avenir forcés d’accepter des postes moins payants.

Au nombre des mesures surprises du projet de loi budgétaire déposé fin avril, exit les dispositions de la Loi sur l’assurance-emploi qui permettaient aux chômeurs de refuser, sans perdre leurs prestations, un emploi « à un taux de rémunération plus bas ou à des conditions moins favorables ». Après des semaines de rumeurs, faute de détails du fédéral, la ministre des Ressources humaines est venue expliquer hier ce qu’elle considérerait maintenant comme un « emploi convenable ». « Ces changements ne visent pas à forcer les gens à accepter un travail loin de chez eux ou à remplir un poste qui ne leur convient pas », a tenté de rassurer Diane Finley. L’« emploi convenable » fera appel à des compétences et des responsabilités semblables à celles de l’emploi perdu et devra se trouver à moins d’une heure de déplacement.


Mais les chômeurs seront répartis en trois classes, selon leur passé professionnel. Ainsi, les « prestataires fréquents » - qui ont fait au moins trois demandes et touché de l’assurance-emploi plus de 60 semaines en cinq ans - devront d’entrée de jeu accepter un poste « similaire », quitte à accuser une baisse de salaire pouvant atteindre 20 %. Après six semaines de recherches infructueuses, c’est « tout travail » qui devra être accepté, et ce, à 70 % du salaire touché auparavant. « L’assurance-emploi ne paie qu’au minimum 55 % du salaire ancien. Alors s’ils acceptent un poste à 70 %, ils seront mieux [qu’avec] les prestations d’assurance-emploi », a plaidé la ministre pour défendre sa réforme.


Les « travailleurs de longue date », eux, pourront chercher le même type d’emploi, à au moins 90 % de leur salaire précédent. Après 18 semaines, ces chômeurs - qui auront touché moins de 35 semaines d’assurance-emploi depuis cinq ans - devront eux aussi élargir leurs recherches vers d’autres emplois, à des salaires jusqu’à 20 % inférieurs. Quant aux autres demandeurs (soit 58 % des prestataires), ils auront six semaines pour chercher un même emploi à 90 % du salaire, après quoi il leur faudra accepter un autre poste qui rapporte 20 % de moins. S’ils ne dénichent rien après trois mois, ce sera n’importe quel travail à 30 % de salaire en moins.


L’objectif, c’est de jumeler emplois vacants et chômeurs et de s’assurer que les pénuries de main-d’oeuvre sont d’abord comblées au pays, a plaidé la ministre. « Nous voulons nous assurer que les MacDonald’s de ce monde n’ont pas à faire venir des travailleurs étrangers temporaires pour faire le travail que des Canadiens sur l’assurance-emploi ont les compétences de faire. »


Or, en pénalisant ceux qui ont plus souvent fait appel à l’assurance-emploi, le gouvernement fédéral s’attaque directement aux travailleurs saisonniers, rétorque-t-on. « C’est une déclaration de guerre aux travailleurs saisonniers », a scandé Pierre Céré du Conseil national des chômeurs. Alors que 27 % des prestataires canadiens occupent ce genre d’emploi, le tiers d’entre eux sont québécois, note-t-il, en qualifiant la réforme d’attaque contre la province et ses voisines atlantiques. Une opinion partagée par le bloquiste Jean-François Fortin, selon qui Ottawa « traite [les saisonniers] comme des récidivistes ». D’autant qu’en sévissant ainsi, le fédéral vient menacer « la sécurité économique des collectivités qui dépendent de l’industrie saisonnière », a fait valoir le libéral Roger Cuzner.


« Le gouvernement devrait faciliter la vie des gens, pas les forcer à trouver un emploi », a quant à elle dénoncé Peggy Nash, du Nouveau Parti démocratique. L’opposition s’inquiète de voir la ministre s’octroyer le pouvoir de changer les critères quand bon lui semble, puisque ceux-ci seront désormais établis par des règlements, ce qui, contrairement à une loi, ne requiert pas de vote du Parlement.


Pierre Céré craint en outre que ces changements créent d’ici quelques années une pression à la baisse sur les salaires. Car un employé contractuel serait forcé d’accepter de renouveler son contrat avec 10 % de salaire en moins, prédit-il. « Les employeurs ont au contraire de la difficulté à attirer et garder leurs travailleurs. Donc ils ne sont pas en position d’offrir des conditions moins avantageuses », a rétorqué Norma Kozhaya du Conseil du patronat, qui apprécie la réforme qui selon elle va « inciter davantage les chômeurs à accepter les emplois disponibles ».


Puisque pour se classer parmi la catégorie de travailleurs de longue date il faut avoir travaillé sept ans, la réforme semble aussi menacer les jeunes. Les fonctionnaires fédéraux n’ont pas précisé quelles mesures les protégeraient. Les changements devraient entrer en vigueur début 2013 et toucher moins de 1 % des prestataires. Les fonctionnaires n’ont pas non plus détaillé les économies que dégagera Ottawa.


Les changements prévoient par ailleurs l’envoi de deux courriels par jour aux chômeurs - plutôt que trois aux deux semaines à l’heure actuelle - les avisant des emplois qui s’offrent à eux. Les chômeurs seront aussi davantage surveillés, les fonctionnaires étant appelés à réclamer plus systématiquement le compte rendu de leurs recherches pour renforcer la réforme. Le gouvernement n’a cependant pas prévu de ressources pour les épauler, eux qui peinent déjà à répondre à la demande. Une enveloppe de 21 millions $ sur deux ans est prévue pour le programme de courriels ; seule une partie servira au monitorage.

À voir en vidéo