Mission canadienne en Libye - Deux fois plus cher que prédit par Peter MacKay

Après les F-35, la mission en Libye ? Munie de nouveaux chiffres dévoilés par la Défense nationale cette semaine, l’opposition accuse maintenant Peter MacKay d’avoir volontairement sous-évalué la facture du déploiement de l’armée canadienne en Libye afin de cacher le vrai prix aux parlementaires et aux Canadiens.

À quelques jours de la fin de la mission militaire, le ministre de la Défense s’était fait demander par le réseau CBC le prix de l’opération Mobile. « En date du 13 octobre, les chiffres que j’ai reçus nous placent bien en deçà [de 60 millions de dollars prédits par le ministère], un peu en dessous de 50 millions », avait répliqué Peter MacKay le 28 octobre 2011. Or, bien caché dans un rapport sur les plans et priorités de la Défense, le ministère indique que la participation du Canada à la mission onusienne aura plutôt coûté environ 100 millions de dollars. Un chiffre qui ne compte que le « coût différentiel », soit les frais qui n’étaient pas prévus au budget de la Défense et qui s’y sont ajoutés en raison de l’intervention militaire. L’enveloppe totale a atteint un peu plus de 347,5 millions.


Pinocchio


Il n’en fallait pas plus pour que les partis d’opposition reprochent au ministre de n’avoir délibérément dévoilé qu’une partie des frais. « Bien entendu, la mission s’est poursuivie, il y a eu des prolongements. Il y a eu les coûts associés au retour de l’équipement et du personnel au pays », a défendu M. MacKay aux Communes. Outre cette simple déclaration, le ministre n’a offert aucun autre commentaire. Son ministère est cependant venu à sa rescousse en après-midi, arguant que le ministre avait répondu de façon « exacte », puisqu’on lui avait demandé les frais dépensés par le gouvernement jusqu’à présent. « Les factures continuaient d’arriver. Nous n’avons pas rationalisé le coût final de cette mission avant février », a argué le major général John Vance. M. MacKay aurait-il néanmoins été mis au fait des estimations de son ministère quant au coût final de l’opération Mobile, qui était anticipé à 106 millions à cette époque ? « Il connaissait les estimations, bien sûr. C’est lui qui les présente au Conseil des ministres », a laissé tomber le major général. Au final, l’opération a coûté 103 millions.


Pour l’opposition, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un geste délibéré de la part du ministre. « C’est un nouveau sport pour Peter MacKay, de sous-estimer volontairement. […] Chaque fois qu’il parle, on se demande si c’est le vrai chiffre ou si cela va changer », a scandé le néodémocrate Paul Dewar. Le libéral Denis Coderre s’est quant à lui dit « écoeuré » de voir les conservateurs lui « mentir en pleine face » et « induire la Chambre en erreur continuellement ». « Le nez lui allonge tellement qu’il est à la veille de rejoindre les banquettes de l’opposition », a-t-il lancé en comparant le ministre à Pinocchio.


Le ministre MacKay subissait déjà les foudres de l’opposition depuis le rapport cinglant du vérificateur général, lequel concluait que les parlementaires n’ont pas été bien informés du prix total des avions de chasse F-35 qui doivent remplacer les CF-18 d’ici la fin de la décennie. Si la Défense prévoyait 25 millions, le ministre, lui, avait fait valoir qu’il en coûterait 15 milliards pour acheter les appareils. Le gouvernement a depuis expliqué qu’il n’annonçait que les frais marginaux et les coûts déjà indexés au budget de la Défense.

3 commentaires
  • jean-martin harvey - Inscrit 12 mai 2012 02 h 51

    La Défense nationale?

    Les dépassements de coût seraient sûrement moins probable si la Défense réservait sont rôle à la défense du territoire et non la participation à une agression illégitime contre un pays où le niveau de vie est enviable et la redistribution de la richesse meilleur qu'ici.

    Le scandale n'est pas les dépassements de coût mais la participation même de NOTRE armé à un coup d'état appuyant des terroristes contre une population civile en droit de se défendre.

    Kadhaffi attaqué pendant ce temps, n'a pas déployé d'offensive (alors qu'il avait des forces de riposte... missiles...) et il s'est contenter strictement de défendre le territoire Libyen ce qui est à son honneur. Comme quoi les fous agissent parfois plus sagement que nos dirigeants parlementaires.

    Il eut donc la sagesse d'être dur en parole, et gentlemen en acte (amnistie maintefois répété pour les rebelles) afin de préserver l'unité nationale, la paix entre tribues.

    Il est donc maintenant clair que notre''démocratie'' parlementaire permet le mensonge par omission et tournure linguistique, mais aussi que la défense nationale canadienne est une entitée dangereuse pour tout peuple autonome et souverain vis-à-vis les banques.

    La Jamariya libyenne est une critique et une réponse au contradiction du système parlementaire et permet la démocratie participative. Face au menson canadien, la vérité vaincra!

  • Jean-Francois - Inscrit 12 mai 2012 05 h 12

    possible.. cependant:

    Cela n'aura pas excédé $2.698milliards de plus que prévu; comme la prévision des libéraux pour le registre des armes à feu, par exemple.

  • Denis Paquette - Abonné 12 mai 2012 06 h 29

    Devenir le cancre de la planète

    Il n'y a qu'un mot pour illustrer ce gouvernement, incompétence. Je me demande meme si ce sont des gens qui ont déja étudiés. Ils me font penser aux gouvernements que
    d'il y a cinquante ans. Je ne pensais pas qu'il y avait autant de différences entre les cultures au Canada . Le Canada qui était un pays moderne est en train de devenir le cancre de la planète