Harper votera contre la motion sur l’avortement

Ottawa – Le député conservateur Stephen Woodworth a eu son moment de gloire hier soir alors que la Chambre des communes a débattu de sa motion demandant de trancher quand un foetus devient un être humain, mais il sera probablement de courte durée. Son chef et premier ministre a indiqué qu’il considérait la motion « malheureuse » et qu’il votera contre.

« C’est le droit de n’importe quel député de déposer une motion. Les chefs des partis ne contrôlent pas cela », a indiqué Stephen Harper. Il a ajouté que « malheureusement » un vote aurait lieu. « Personnellement, je voterai contre cette motion. »

M. Woodworth demande, avec sa motion M-312, qu’un comité parlementaire soit créé pour déterminer à quel moment un foetus devient un être humain aux fins d’application de la section du Code criminel portant sur les homicides. M. Woodworth déplore qu’aux yeux de la loi, un bébé ne devient un être humain que lorsqu’il est complètement expulsé du corps de sa mère. Il veut ramener le curseur de la vie en amont de l’accouchement. Ses critiques y voient une façon détournée de criminaliser à nouveau l’avortement.


Le débat d’hier a été très cordial. Seulement deux conservateurs ont pris la parole, soit M. Woodworth et son collègue et ex-ministre Gordon O’Connor. M. O’Con-nor a livré un vibrant plaidoyer en faveur du droit des femmes à l’avortement, ce qui a suscité des remous sur les banquettes conservatrices.


« Qu’on le veuille ou non, l’avortement fait et fera toujours partie de la société, a-t-il dit. Il y aura toujours des situations extrêmes dans lesquelles certaines femmes auraient à choisir un avortement. Quel que soit le nombre de lois que les gens aimeraient que le gouvernement adopte, l’avortement ne peut pas être éliminé. Il fait partie de la condition humaine. Je ne peux pas comprendre pourquoi ceux qui s’opposent catégoriquement à l’avortement veulent imposer leurs croyances aux autres par le Code criminel. Il n’y a pas de loi obligeant une femme à se faire avorter et personne n’oblige ceux qui s’opposent à l’avortement à en avoir un. »


M. O’Connor a des idées bien arrêtées sur la question. En 2008, il avait été un des quatre députés conservateurs (les trois autres étaient Québécois) à voter contre le projet de loi C-484 de son collègue visant à faire du foetus une victime distincte lors d’une attaque contre une femme enceinte.


Contrôler leur corps


La députée du NPD Françoise Boivin a pris la parole dans ce débat d’une heure pour dénoncer les visées réelles de M. Woodworth, soit de s’attaquer selon elle au droit des femmes à contrôler leur corps. Elle n’a pas manqué d’indiquer que les seuls députés conservateurs présents au débat, à part deux, étaient des hommes. Elle a dû retirer ses commentaires, car il est interdit de faire référence aux absents à la Chambre des communes.


Plus tôt dans la journée, le chef libéral par intérim, Bob Rae, a eu de la difficulté à expliquer pourquoi il permettra un vote libre sur cette motion alors qu’il reproche à M. Harper d’avoir laissé M. Woodworth faire. « Je veux indiquer clairement que je n’expulserai personne du caucus parce qu’il ou elle prend une position différente sur cette question », a-t-il. Les quatre bloquistes voteront contre la motion, comme tous les néodémocrates, soumis à la ligne de parti.


Le vote doit avoir lieu en juin ou en septembre.


1 commentaire
  • Marc Lemieux - Inscrit 27 avril 2012 11 h 42

    Euthanasie?

    Et à coté de ça on se demande s'il faut légaliser l'euthanasie.