Des «servantes radicales» contre le débat sur l’avortement

Environ 200 manifestants ont scandé des slogans colorés hier midi devant l’édifice du parlement pour contester la tenue, ce soir, d’un débat sur la définition d’enfant qui aura pour effet selon eux de restreindre l’accès à l’avortement.

La manifestation s’inspirait du roman à succès de Margaret Atwood La servante écarlate. Dans ce roman d’anticipation, les femmes étaient divisées en trois catégories, notamment les servantes dont l’unique rôle était la reproduction. Placées au service des couples légitimes, elles étaient engrossées de force par le mari pour ensuite remettre leur nourrisson à l’épouse. Une douzaine de femmes se sont déguisées hier en de telles « servantes radicales » avec toges rouges et cornettes blanches.


« C’est une tentative de redéfinir quand commence la vie, de revoir la définition de personne dans le Code criminel. C’est une attaque contre les droits à l’avortement », a lancé une des organisatrices ainsi voilées, Julie Lalonde.


Dans la foule composée très majoritairement de femmes, on en voyait une le ventre sanglé d’une banderole clamant « à moi », une autre battant la mesure avec un spéculum. « Tous nos utérus nous appartiennent », clamait une affiche. « Harper, sors ta main de mon vagin », aboyait l’autre.


Les manifestantes voulaient souligner le fait que ce soir, la motion du député conservateur Stephen Woodworth sera débattue pendant une heure. Elle demande la permission à la Chambre des communes de former un comité pour étudier la définition d’« enfant ». M. Woodworth déplore qu’aux yeux de la loi, un enfant ne soit pas considéré comme tel tant et aussi longtemps qu’il n’est pas complètement expulsé du corps de sa mère.


Les critiques estiment qu’en ramenant le curseur du début de la vie en amont de l’accouchement, on criminalisera l’avortement ainsi que toute sorte de comportements susceptibles d’affecter un foetus.


Les manifestantes reprochent à Stephen Harper son « hypocrisie », lui qui laisse ce débat aller de l’avant alors qu’il avait promis en campagne électorale de ne pas rouvrir le débat sur l’avortement. « M. Harper n’a jamais dit qu’il dicterait le contenu d’un projet de loi privé », a rétorqué M. Woodworth. Il dit avoir reçu des milliers de contacts d’électeurs et que 90 % sont d’accord avec lui, mais ignore combien de ses collègues l’appuient.


Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a soutenu qu’aucun de ses députés ne votera pour la motion. Le vote sera libre du côté libéral. Tous les conservateurs ne sont pas d’accord pour autant. Par exemple, Brent Rathgeber, d’Edmonton, se définit comme un libéral-social et estime qu’il est « difficile de ne pas faire ce lien » entre la motion de M. Woodworth et le débat sur l’avortement. « C’est une question qui divise les Canadiens et qu’il faudrait peut-être laisser de côté », a-t-il indiqué hier. La motion sera débattue une seconde heure, puis votée, en juin ou en septembre.

23 commentaires
  • Yves Petit - Inscrit 26 avril 2012 07 h 14

    Vive la liberté (ma liberté, évidemment!)

    Bien sûr que la vie humaine commence dès la conception. Cela par contre est trop évident et trop simple pour être accepté par nos humains épris de liberté. Bonne petite journée!

    • awassos - Inscrite 26 avril 2012 09 h 41

      Obligé des femmes sous la contrainte à mener à terme une grossesse et à accoucher, voilà la liberté prônée par certains.

      Cette « liberté » passe par le mépris et la soumission des femmes et elle est le lot des hommes, très attachés à leur tyrannie machiste...

      Bonne journée y tout...

    • Pierre Rousseau - Abonné 26 avril 2012 11 h 18

      Non monsieur. Le commencement de la vie humaine pourrait même être le spermatozoïde si on suit votre raisonnement. Non, le commencement de la vie humaine est un concept juridique qui définit les droits fondamentaux des humains et c'est la loi qui en détermine le commencement. Les droits en découlent.

      Faire de la femme enceinte deux personnes est une hérésie juridique, sous le prétexte d'une croyance religieuse, qui mène à des aberrations et à des excès qui n'ont pas leur place aujourd'hui.

    • Nelson - Inscrit 26 avril 2012 15 h 26

      M. Petit, si c'était possible empêcher une interruption de grossesse parmi le 50 millions dans le monde chaque année, (une sur 3 grossesses depuis toujours, et partout dans le monde) votre opinion serait valable....mais la réalité est toute autre.

      Parce que rien arrête les femmes d'interrompre leurs grossesses, il faut les aider avec l'aide médicale....en cas contraire, elles mourront ou seront traumatisés en interruptions clandestines (70 mille décès par anné, selon OMS....des assesinats ?...je crois que oui)

    • Killian Meilleur - Inscrit 27 avril 2012 00 h 58

      Pour citer, hors de sa langue d'origine, l'humoriste américain George Carlin:

      « Toutes les éjaculations ne méritent pas un nom! »

      l'humain ne se définit pas par sa « vie », pas plus que par son âge ou son état physique.

      Ou pour être plus clair, quelle est la véritable différence entre l'humain et l'animal que l'on abat sans plus de remords?

      La véritable différence, c'est l'émotion, l'empathie, le sentiment, la pensée. Tels sont les caractères de l'humain.

      Un bébé est capable de telles chosees, mais pas un foetus, certainement pas un embryon, aucunement une morula et jamais un spermatozoïde ou un ovule.


      Je me permets aussi de citer grosso modo Nancy Huston:

      « Comment se fait-il que la vie soit totalement sacrée dans le ventre maternel, et qu'elle cesse totalement de l'être dès qu'on l'en expulse? »

      Pourquoi se fait-il que les plus grands défenseurs des « droits du foetus » soient aussi les plus grands défenseurs de la militarisation, les promoteurs de massacres partout dans le monde, les laquais d'institutions qui détruisent le monde de leurs enfants « sacrés »?

      Pourquoi ne voit-on pas plus de ces « défenseurs de la vie » adopter les enfants orphelins abandonnés après une grossesse non désirée? Pourquoi ne les voit-on pas manifester pour améliorer le statut des enfants en famille d'accueil?

      Avant de tricoter des petits bas à vos ovules, arrangez-vous pour qu'ils puissent tout avoir un bel avenir!

  • Georges Allaire - Inscrit 26 avril 2012 08 h 09

    Seulement ?

    Seulement 200 ? Comme disait l'éditeur d'un dictionnaire à quelqu'un qui le félicitait d'avoir émis les mots sales: "Vous les avez cherchés."

  • J. Hardy - Inscrit 26 avril 2012 08 h 38

    Encore l'agenda radical des groupuscules religieux de droite

    Alors voilà, la vie d'un foetus est plus importante que celle d'une femme épanouie et en âge de procréer.

    Les Conservateurs ont cette obsession du foetus. Aller jusqu'à 9 mois après la conception, ils désirent tout faire en leur pouvoir pour vous protéger. Une fois sorti du nid par contre, c'est la première envolée!

    Oubliez les services sociaux, l'état providence, les emplois, l'environnement ou la santé. Dans le monde des adultes, c'est chacun pour soi, sauf si vous représentez une entreprise oeuvrant dans l'extraction de jus de dinosaure. Dans ce cas, vous aurez la part du lion.

    La prochaine étape sera d'interdire les moyens de contraception, parce qu'ils empêchent la création d'un embryon et par conséquent tuent des enfants à l'étape la plus primaire. Un meurtre prémédité.

    Joey Hardy

    • BetaRetheur - Inscrit 26 avril 2012 10 h 58

      "Encore l'agenda radical des groupuscules religieux de droite"

      Hum...le groupuscule, manifestement, c'était les manifestantes.

      De toute façon, quelle portée ont les arguments de ceux qui veulent que la vie soit reconnue ? Jamais les pro-avortement ne revienent dessus.
      Nous avons l'obligation morale de chercher la vérité, pas d'uniquement rechercher la license de pouvoir satisfaire nos pulsions sans responsabilité.

      Le corps de l'enfant à naître n'est pas celui de la mère, et les droits de l'enfant demandent à être reconnus, voilà tout.

  • France Marcotte - Abonnée 26 avril 2012 09 h 20

    Mettre au jour


    Il faudrait démontrer les contradictions et les racines du discours de ces conservateurs qui veulent débattre du sexe des anges tout en prônant par ailleurs la guerre, le droit aux armes et la peine de mort.

    Ce sont les femmes qui sont visées et de la plus vicieuse des façons.

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 26 avril 2012 18 h 42

      Droit aux arme, peine de mort???? Vous vous renseigner où????

  • André Michaud - Inscrit 26 avril 2012 10 h 02

    M.Harper ne permettra pas

    M.Harper ne peut empêcher son aile "religieuse" d'affirmer ses convictions. Comme Mmme Marois ne peut arrêter les purs et durs dans le PQ...

    Mais il ne laissera pas cela dégénérer en un affrontement sur la question de l'avortement, il aurait beaucoup trop à perdre et il le sait.

    Il veut que son parti remplace les libéraux et pour cela il doit rester centre-droit et ne pas tomber dans le piège religieux d'extrême droite..

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 26 avril 2012 18 h 42

      Bonne réponse