Christian Paradis et Marcel Aubut: la Commissaire à l’éthique va enquêter

En 2009, Christian Paradis, alors ministre des Travaux publics, avait séjourné au gîte de Marcel Aubut. Or, ce dernier tentait à cette époque d’obtenir d’Ottawa du financement pour un nouvel amphithéâtre à Québec.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir En 2009, Christian Paradis, alors ministre des Travaux publics, avait séjourné au gîte de Marcel Aubut. Or, ce dernier tentait à cette époque d’obtenir d’Ottawa du financement pour un nouvel amphithéâtre à Québec.

Ottawa — Pas de répit pour Christian Paradis: une autre enquête de la Commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique vient d’être ouverte sur le ministre de l’Industrie.

Cette fois-ci, ce sont ses relations avec l’homme d’affaires Marcel Aubut qui seront scrutées à la loupe par Mary Dawson.

Le Commissariat avait reçu une demande d’enquête du Parti libéral fin mars à ce sujet et a confirmé aujourd'hui qu’une enquête a bel et bien été lancée.

Cette demande avait fait suite à la révélation qu’en 2009, M. Paradis, alors ministre des Travaux publics, avait séjourné au gîte de M. Aubut. Or, ce dernier tentait à cette époque d’obtenir d’Ottawa du financement pour un nouvel amphithéâtre à Québec.

M. Paradis serait resté deux jours à ce chalet, mais il assure qu’il a apporté sa propre nourriture et son équipement personnel, en plus d’avoir assumé sa part des coûts du voyage.

Il soutient qu’aucun lobbying n’a été fait à l’occasion de ce voyage, ni avant ni après, et donc qu’il ne s’était pas placé en conflit d’intérêts.

C’est la troisième fois que Mary Dawson ouvre des enquêtes sur le ministre Paradis.
Le mois dernier, elle l’a déclaré coupable d’avoir accordé un accès gouvernemental privilégié à l’ancien député conservateur Rahim Jaffer. Elle étudie actuellement une autre plainte, celle du néo-démocrate Guy Caron, concernant le déménagement d’un centre d’assurance-emploi de Rimouski à Thetford Mines, dans le comté de M. Paradis.

À voir en vidéo