Élargir l'investissement étranger dans les banques - Pas d'urgence, selon un expert

Si Ottawa semble vouloir permettre à des fonds souverains étrangers de devenir actionnaires des banques canadiennes, il n'y a certainement pas d'urgence, mais le gouvernement veut peut-être tout simplement leur donner tous les outils pour traverser une autre crise financière, croit un expert.

Le budget Flaherty de jeudi indique qu'Ottawa, à l'instar d'autres pays, veut ouvrir l'actionnariat des établissements financiers à des «fonds communs de placement du secteur public». Cela pourrait donc inclure l'Heritage Fund en Alberta, mais aussi, selon ce que Le Devoir s'est fait dire par le personnel du ministère des Finances au huis clos, des fonds souverains étrangers. Le ministre aurait à donner sa bénédiction.

«Personne ne parle de ça, cette demande n'était pas sur le radar. Mais il n'y a rien qui va arriver, sauf si l'économie canadienne vit une catastrophe et qu'une banque a soudainement besoin d'aller chercher 10 milliards en toute vitesse», a dit hier Laurence Booth, professeur de finance à l'Université de Toronto. «Je ne pense pas que des investisseurs étrangers aient présentement l'intention de se lancer sur une banque canadienne.»

Parmi les gros fonds souverains figurent ceux des Émirats arabes unis (627 milliards), de la Norvège (611 milliards) et quelques-uns de la Chine, dont SAFE Investment Company (568 milliards).

Les règles de propriété des banques canadiennes sont les mêmes pour tout le monde, que l'actionnaire soit canadien ou étranger. Un actionnaire d'une grande banque ne peut détenir plus de 20 % des actions à droit de vote, et 30 % des actions sans droit de vote.

L'Association des banquiers canadiens a estimé que «c'est un pas dans la bonne direction», car cela permet aux banques «d'accroître leurs sources d'investissement et de suivre les mêmes règles du jeu que les banques dans d'autres pays qui ont déjà accès à ces sources».

«Le ministre aura un certain contrôle sur ces investissements. Il reste de nombreux détails à clarifier, mais nous croyons quand même qu'il s'agit d'une bonne idée», a indiqué le groupe dans un courriel.