La reine gardera Harper en poste

Ottawa — Elle est peut-être officiellement la chef d'État du Canada, mais la reine Elizabeth II ne croit pas que son pouvoir lui permet de destituer son premier ministre à Ottawa. C'est la réponse qu'a reçue Chantal Dupuis de Montréal.

Mme Dupuis avait adressé le 16 décembre dernier une très longue «requête officielle à Sa Majesté la reine Elizabeth II pour le licenciement de Stephen Harper comme premier ministre du Canada». Le sujet déplorait les prorogations du Parlement ou encore les allers-retours de Larry Smith entre le Sénat et le terrain électoral. La reine avoue son impuissance: «Sa Majesté a pris note de votre point de vue, mais je devrais vous expliquer qu'il n'est pas question que la reine destitue le premier ministre canadien ou dissolve le Parlement comme vous le suggérez», écrit Sonia Bonici, la responsable de la correspondance à Buckingham Palace. «Il n'en était pas moins utile pour la reine de connaître votre point de vue», se termine la lettre. Oh well!

À voir en vidéo