Un employé libéral était à l’origine des fuites sur Vic Toews

Il y a deux semaines, Vic Toews avait été victime d’attaques sur Internet après avoir défendu les dispositions d’un projet de loi sur la surveillance Internet.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Il y a deux semaines, Vic Toews avait été victime d’attaques sur Internet après avoir défendu les dispositions d’un projet de loi sur la surveillance Internet.

C’est un employé du Parti libéral du Canada (PLC) qui est à l’origine des fuites sur la vie personnelle du ministre Vic Toews qui ont été publiées sur le microblogue Twitter, a reconnu aujourd'hui le chef intérimaire du PLC.

Bob Rae a fait cette révélation à la Chambre des communes, peu après la période des questions. «Cela n’était pas à la hauteur de nos standards», a déclaré le chef libéral par intérim.

L’employé en question, Adam Carroll, a présenté sa démission ce matin au chef libéral. Il travaillait au bureau de recherche du PLC. Contrit, Bob Rae a ensuite présenté personnellement ses excuses au ministre de la Sécurité publique, Vic Toews.

Il y a deux semaines, le ministre avait été victime d’attaques sur Internet après avoir défendu les dispositions du projet de loi C-30 sur la surveillance d’Internet.

Un utilisateur anonyme avait diffusé des détails sur les procédures de divorce de M. Toews par l’entremise d’un compte appelé «Vikileaks», qu’il avait spécialement créé pour l’occasion sur le microblogue.

Une recherche avait permis de déterminer que les messages avaient été envoyés à partir de l’édifice du Parlement.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, avait alors accusé le Nouveau Parti démocratique (NPD) d’être derrière les attaques de Vikileaks. Il s’est à son tour excusé auprès des néodémocrates et a dit retirer ses propos.

C’est une enquête interne de la Chambre des communes qui a permis de déterminer l’identité de l’employé.

Bob Rae a dit prendre la responsabilité pour cette affaire. «Les coups bas amènent les coups bas. Il faut pouvoir s’arrêter», a-t-il déclaré en point de presse après sa déclaration aux Communes.

Il a affirmé que M. Carroll s’est longuement excusé. Il a ajouté qu’il était un employé travaillant qui avait commis une réelle erreur de jugement.

M. Rae croit que le Parti libéral aura toujours l’autorité morale de s’attaquer aux tactiques douteuses des conservateurs, même après la révélation d'aujourd'hui.

«Il y a des cailloux sur toutes les routes. Il y a des exemples où on ne fait pas de bonnes choses et j’ai offert mes excuses à M. Toews, mais on va continuer sur la question de ce qui est arrivé avec l’élection, et avec le sujet de C-30», a fermement indiqué le chef libéral.