Le Canada et la Chine préparent le terrain pour discuter de libre-échange

Le Canada et la Chine semblaient mettre la table en vue de pourparlers sur le libre-échange, aujourd'hui, avec la signature d’une kyrielle d’ententes économiques et d’accords commerciaux.

Mais alors que le premier ministre chinois Wen Jiabao laissait entendre qu’il est prêt à emprunter cette voie, le ministre canadien du Commerce international, Ed Fast, demeurait prudent.

L’idée d’un accord de libre-échange a été évoquée dans un communiqué de presse canado-chinois pour annoncer la réalisation d’une étude conjointe sur les liens économiques entre les deux pays, à compléter d’ici le mois de mai.

Le premier ministre Stephen Harper a indiqué que cette étude ouvre la voie à la possibilité de faire évoluer la relation commerciale entre les deux pays à un niveau supérieur.

Prenant la parole devant des gens d’affaires de Pékin, le premier ministre Stephen Harper a aussi fait valoir que la diversification des relations commerciales allait permettre de stimuler considérablement la croissance canadienne et la création d’emplois.

Dans une déclaration mise en ligne sur le site du ministère chinois des Affaires étrangères, M. Wen est allé encore plus loin, affirmant que la faisabilité d’un accord de libre-échange entre les deux pays devait être sur la table. Mais lorsqu’il a été questionné directement sur le sujet, le ministre canadien Ed Fast a expliqué qu’Ottawa devait avancer prudemment dans ce dossier.

«Il ne faut pas aller trop vite, a-t-il dit. L’objectif final est d’approfondir nos relations commerciales avec l’un de nos marchés prioritaires.»

Le gouvernement Harper a fait des traités de libre-échange une priorité depuis son arrivée au pouvoir, lançant et concluant des négociations avec plusieurs pays au cours des six dernières années.

Mais ces ententes peuvent aussi se transformer en désastre politique. Le gouvernement de Brian Mulroney l’avait appris à ses dépens dans les années 80, alors qu’il a dû se porter à la défense de l’entente de libre-échange canado-américain en pleine campagne électorale.

Une fois l’accord signé, il a refaçonné l’économie canadienne et a essentiellement redéfini la politique commerciale d’Ottawa des 20 dernières années.

7 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 9 février 2012 14 h 08

    On paler de libre échange depuis..

    Que le président Obama a mis son droit de veto sur l'oléoduc qui irait au Texas. Comme par encghantement, tout à coup, Stéphen Harper trouve la Chine pas pire. Ah. Comme St-Paul sur le chemin de Damasse. Il est tomber en bas de son cheval.

    Comme SES sables bitumineux ne peuvent être vendus aux "amaricains", il voit déjà une porte ouverte vers la Chine. cela me fait penser à une veille joke:
    "
    C'est une dame qui arrive chez le pharmacien. Elle lui demande de l'arsenic. le pharmacien lui demande pourquoi. Elle lui dit que c'est pour tuer son mari qui a coucher avec une autre femme. Le pharmacien lui répond qu'il lui est défendu de vendre ce produit à un client. Et la dame lui montrer une photo de son mari coucher nu avec une femme. le pharmacien reconnaissant sa conjointe lui répond: " Bon, ce n'est pas pareil, vous avec une prescription, c'est différent".

  • Ben Gagnon - Inscrit 9 février 2012 14 h 23

    Question

    Va-t-on aussi librer-échanger les niveaux d'emplois? La qualité de vie?

    Je me demande, dans ce cas, lequel des deux pays nivellera l'autre pas le bas.

    Il est plutôt opportun que le gouvernement canadien ait légalisé la torture au Canada, alors que cette pratique est déjà monnaie courante en Chine. Il est aussi là, votre libre-échange.

  • Delphine Noreau - Inscrit 9 février 2012 16 h 10

    Buffet Chinois

    Finalement all you can eat ca peut être préjudiciable,si l'on ne fait pas attention
    on mange trop et on dort mal.

  • Nelson - Inscrit 9 février 2012 17 h 50

    Cet sujet est un affaire d'État, et en tant que tel, tout l'État doit être consulté.


    Tous les partis politiques, et tous les composants de l'État doivent être consultés...il y a des enjeux pas seulement économiques, mais aussi politiques, diplomatiques, geo- politiques, stratégiques, militaires, dans le contexte de la geo- politique mondial.

    Il est un affaire que ne concerne pas seulement le Parti politique au pouvoir (transitoire) dans un moment donné.

    Les situations en Iran et Sirie sont un bon exemple que la Chine et le Canada ont des relations complexes et délicates....que concernent à tous les canadiens....et les alliés du Canada.

  • Paul Sven - Inscrit 9 février 2012 18 h 36

    Le pot de terre et le pot de fer

    Existe-t-il une version anglaise de la fable de La Fontaine "Le pot de terre et le pot de fer" à faire lire à ce gouvernement majoritaire représentant 39 % des suffrages exprimés avant qu'il n'aille trop loin dans cette nouvelle folie ?