Chefferie du NPD - Dewar propose un plan pour consolider les appuis du NPD, notamment au Québec

Ottawa — Pour décrocher une majorité néodémocrate à la prochaine élection fédérale, le NPD aurait besoin de 70 nouveaux députés. Et le candidat à la chefferie Paul Dewar estime qu'il serait en mesure de les faire élire une fois à la tête du parti, en organisant les troupes sur le terrain afin de consolider la base militante, notamment au Québec.

Le député d'Ottawa-Centre a annoncé le début de son plan hier, qui reprend essentiellement des thèmes chers aux néodémocrates: dès son entrée en fonction, sensibiliser la population, tant les Canadiens, les nouveaux Canadiens, les régions et la société civile que les jeunes. Mais, outre ces mesures, le candidat — qui ne parle que très peu français — cite également des propositions pour le Québec. Seule province à ne pas compter d'aile provinciale du Nouveau Parti démocratique (les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut n'en ont pas non plus), le Québec ne compte pas de solide structure organisationnelle. M. Dewar propose donc d'y créer une «unité spécialisée» pour soutenir les nouveaux membres et aider à la collecte de fonds. Il suggère également de créer des écoles pour former les nouveaux gérants et organisateurs de campagnes au pays, plaidant qu'au Québec seulement il faudrait 60 gérants de campagne et des centaines de bénévoles pour conserver les appuis en vue des prochaines élections.

Puisque la Chambre comptera 30 députés de plus à l'issue du prochain scrutin, il faudra à l'avenir 170 députés (sur 338) pour détenir une majorité. Le NPD s'est hissé au rang d'opposition officielle en mai dernier, en gagnant 103 circonscriptions. Mais si le parti en a remporté 58 nouvelles au Québec, il n'en comptait que neuf nouvelles ailleurs au Canada.

Les militants néodémocrates se choisiront un nouveau chef le 24 mars, à Toronto, parmi les candidats Thomas Mulcair, Romeo Saganash, Brian Topp, Nathan Cullen, Peggy Nash, Niki Ashton, Martin Singh et M. Dewar. À la fin de janvier, cette liste de candidats était d'ailleurs celle qui se retrouvera sur les bulletins de vote envoyés par la poste aux militants du parti. Même si l'un ou certains d'entre eux se retirent d'ici la fin de mars, ces huit noms pourraient donc récolter des votes postaux.