Chefferie du NPD - Un candidat proposant de coopérer avec le PLC pris à partie

Peggy Nash et Thomas Mulcair s’opposent à l’idée que la NPD fasse équipe avec le PLC dans certaines associations locales du parti.<br />
Photo: François Pesant - Le Devoir Peggy Nash et Thomas Mulcair s’opposent à l’idée que la NPD fasse équipe avec le PLC dans certaines associations locales du parti.

Halifax — Le député néodémocrate Nathan Cullen s'est retrouvé sur la défensive lors du débat des candidats à la succession de Jack Layton, hier, à Halifax, en raison de sa proposition voulant que le Nouveau Parti démocrate (NPD) fasse équipe avec le Parti libéral.

Martin Singh, Thomas Mulcair et Peggy Nash ont tour à tour dénoncé l'idée de M. Cullen.

«Pourquoi ne pensez-vous pas, a demandé M. Mulcair, qu'il soit suffisant d'obtenir que les progressistes se rassemblent autour de notre bannière? Pourquoi voudriez-vous viser le bronze quand vous savez que les Canadiens partagent nos objectifs, partagent notre vision?»

Mme Nash a quant à elle estimé que la proposition priverait les Canadiens de leur droit démocratique à voter pour le parti de leur choix. «Nous avons réalisé une percée historique lors des dernières élections, a-t-elle rappelé. Pourquoi ne pas bâtir là-dessus? Faisons en sorte de ne pas regarder dans le rétroviseur.»

En réponse, le député de la Colombie-Britannique a affirmé que l'objectif ultime était de chasser les conservateurs fédéraux du pouvoir, mais aussi, s'il devient premier ministre, de mettre en place un système électoral reposant sur la représentation proportionnelle. «Nous devons reconnaître ce que nous savons: le système électoral que nous avons dans ce pays est brisé et présente des lacunes», a-t-il dit.

«Personne ne peut mettre en doute ma loyauté envers ce parti. Personne ne peut mettre en doute mon éthique de travail ces dernières années pour avoir bâti dans des endroits où nous pensions n'avoir aucun espoir», a ajouté M. Cullen.

Le député a indiqué qu'il permettrait aux associations locales du NPD de décider s'il est dans leur intérêt de tenir des assemblées de mise en candidature conjointes avec des membres d'autres partis. «J'ai confiance que nos gens prennent cette décision», a-t-il affirmé.

Niki Ashton, Paul Dewar, Roméo Saganash et Brian Topp sont les autres candidats. Le nouveau chef sera élu le 24 mars lors d'un congrès, à Toronto.

D'ici là, d'autres débats sont prévus à Québec, Montréal, Winnipeg et Vancouver.

Jack Layton a succombé à un cancer, en août dernier, quelques mois à peine après avoir mené le NPD à un gain de 103 sièges à la Chambre des communes et à l'obtention du statut d'opposition officielle, une première dans l'histoire du parti.
 
1 commentaire
  • FERNAND - Inscrit 30 janvier 2012 07 h 40

    La route est longue.

    Il n'y a pas à dire cette course à la chefferie du NPD s'étire de puis très longtemps.
    À en examiner certains, l'âge de la retraite aura sonnée avant la fin de la course, qui s'éternise.