La pauvreté autochtone est gênante, croit Bob Rae

Bob Rae a déclaré que la majeure partie des villes canadiennes importantes comprenaient désormais des «ghettos autochtones», où la colère alimentée par les inégalités a mené à des suicides et des actes criminels. <br />
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Bob Rae a déclaré que la majeure partie des villes canadiennes importantes comprenaient désormais des «ghettos autochtones», où la colère alimentée par les inégalités a mené à des suicides et des actes criminels.

Vancouver -- Le chef libéral intérimaire Bob Rae estime que les écarts en matière d’éducation, de soins de santé et de logement entre les autochtones et les autres Canadiens sont source de gêne et devraient être comblés.

M. Rae a ajouté que la vague d’«immigration» autochtone en provenance des réserves au cours des 50 dernières années signifiait que la pauvreté à laquelle ils font face n’est désormais plus dissimulée.
 

Il a également déclaré que la majeure partie des villes canadiennes importantes comprenaient désormais des «ghettos autochtones», où la colère alimentée par les inégalités a mené à des suicides et des actes criminels.
 

Selon Bob Rae, la réponse du gouvernement conservateur a été de construire davantage de prisons, mais n’a pas amélioré la sécurité dans ces communautés ou réduit la criminalité.
 

Il soutient toutefois que l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis doivent également gérer les mêmes problèmes avec leurs populations autochtones, et qu’aucun pays n’a trouvé la bonne politique.
 

Pour le chef intérimaire libéral, de meilleures politiques sociales sont nécessaires pour gérer les questions de logements et de santé mentale.

6 commentaires
  • Pierre Rousseau - Abonné 28 janvier 2012 18 h 21

    Comparaison un peu boiteuse...

    M. Rae ne parle que des pays de tradition britannique, membres du Commonwealth, et parmi ceux-ci, il est évident que la Nouvelle-Zélande qui reconnaît les Mäoris comme partenaires égaux et leur langue comme langue officielle est bien en avant du Canada en la matière. Même chose pour l'Australie qui a aussi ses problèmes mais dont les tribunaux ont reconnu le titre autochtone à partir du droit aborigène (l'affaire Mabo). Ils sont au moins sur la bonne voie pour trouver une meilleure politique.

    Par contre M. Rae ignore totalement la situation des peuples autochtones dans les pays d'Amérique latine où les progrès sont immenses et où, dans bien des pays, leurs langues, leurs traditions, leurs cultures, leurs systèmes juridiques, leurs droits aux territoires ancestraux etc sont reconnus constitutionnellement. S'il est vrai qu'il subsiste encore beaucoup de pauvreté dans ces pays, en particulier chez les peuples indigènes, il n'en demeure pas moins qu'ils sont sur la bonne voie de la reconnaissance comme peuples égaux et ils sont très loin de l'infâme loi sur les Indiens que chérit tellement notre PM Harper.

    Peut-être bien qu'aucun pays «n'a trouvé la bonne politique» mais il y a bien des pays qui sont engagés dans cette voie et le Canada qui traine de la patte aurait avantage à y voir de plus près pour s'en inspirer...

  • Roland Berger - Inscrit 28 janvier 2012 18 h 57

    « Wishful thinking »

    « Il (Bob Rae) soutient toutefois que l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis doivent également gérer les mêmes problèmes avec leurs populations autochtones, et qu’aucun pays n’a trouvé la bonne politique. » Ce n'est pas une question de politique, c'est une question d'attitude : les conquérants ont toujours raison.
    Roland Berger

  • Carole Dionne - Inscrite 28 janvier 2012 20 h 07

    Si cela est gênant, pour toi mon Bob

    Sors des sous des commandites et paie pour eux avec ta bande de chums. Moi, je ne sais plus à qui donner. Je regarde le BS. Au moins, il va m'en rester.

    Pour ceux qui aiment calculer et à lire des traitées et des Lois sur les indiens: EXEMPLE;

    Si dans une réserve il sont 500 personnes, ils ne produisent presque rien. Ils ont un taux de natalité beaucoup plus fort que le reste du Canada. Si au bout de 10 ans, ils 650 personnes, ils ne produisent toujours rien. Mais pour nous qui travaillons, on doit produire plus parce que on nous en enlève plus sur notre paie. Et ainsi de suite. Je veux bien compatir avec eux mais il faut calculer désespoir. Ils se reproduisent plus vite que l'on peut fournier sur notre chèque de paie.

    Là on est rendu à un tournant de notre histoire où il va falloir choisir où nous investissons. Déjà, on parle de couper dans les services de santé. Oui, on ne peut pas toujours avoir les meilleurs services au monde sans payer pour cela. Donc, il va falloir choisir.

    La même chose avec les étudiants. Oui j'aimerais que cela soit gratuit mais il faut faire aussi un choix. je sais Victor Hugo a dit... bien des affaires . C'est comme Félix Leclerc : de belles paroles mais il faut réaliser ce que l'on dit: "On tue un homme à le payer à ne rien faire". De très belles paroles mais on ne trouve pas des industries comme ça, dans les airs.

    D'où mon questionnement sur les indiens

  • Messire Mathieu - Inscrit 28 janvier 2012 21 h 00

    Ben tiens...

    Quelqu'un pourrait-il s'il-vous-plaît me détailler les démarches entreprises par le PLC afin de rayer la raciste Loi sur les Indiens fédérale?

  • Neelix - Inscrit 29 janvier 2012 14 h 22

    un instant ,,,

    ils ne sont en aucun cas emprisonner ils peuvent sortir de "leur pauvreté" en s'intégrant et en PAYENT leurs taxes comme tout le monde ils profitent de tout et ne paye rien ,,, les RESERVES devraient être considéré comme pays indépendant et être traité comme telle ,,, poste frontalier et pour parler gouvernemental ,,, sa suffi le niaisage de nous sommes autochtones pures souche ,,,,, je suis un descendant d'Amérindiens et je suis outré d'entendandre des histoires de ce genre ,,,