Inspection des aliments: des compressions mettraient la santé des Canadiens en danger

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) prévoit des compressions budgétaires de 21,5 millions $, ce qui se traduirait par la perte de 234 emplois.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) prévoit des compressions budgétaires de 21,5 millions $, ce qui se traduirait par la perte de 234 emplois.

Les compressions budgétaires au gouvernement fédéral pourraient mettre en danger la santé des Canadiens, selon le syndicat des inspecteurs en salubrité des aliments. Lors d’un point de presse à Ottawa, le président du Syndicat Agriculture - AFPC, Bob Kingston, a dit espérer faire reculer le gouvernement avant le dépôt du budget fédéral.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) prévoit déjà des compressions budgétaires de 21,5 millions, ce qui se traduirait par la perte de 234 emplois.

M. Kingston ajoute à cela la diminution de 5 à 10 % du budget réclamée à toutes les agences et ministères fédéraux par le gouvernement Harper. Il croit que l’inspection des aliments subirait les plus grosses pertes d’argent et d’effectifs.

M. Kingston rappelle la crise de la listériose de 2008, après laquelle le gouvernement avait augmenté le nombre d’inspecteurs des viandes. Il craint qu’Ottawa ne se prépare à faire marche arrière.

Vingt-trois personnes étaient décédées après avoir consommé de la viande froide contaminée en 2008.

La fille d’une de ces 23 victimes accompagnait M. Kingston aujourd'hui à sa conférence de presse à Ottawa. Karen Clark dit que l’attitude du gouvernement fédéral dans ce dossier lui fait craindre le pire. D’après elle, le gouvernement agit comme si la crise de la listériose avait été oubliée.

À voir en vidéo