Jean-Guy Dagenais plutôt que Bellemare au Sénat

Ottawa — Le premier ministre Stephen Harper a annoncé hier en toute fin de journée la nomination de sept sénateurs. Ce n'est finalement pas l'ex-ministre de la Justice Marc Bellemare, dont le nom circulait, qui a été nommé au Québec, mais plutôt l'ex-policier Jean-Guy Dagenais.

Le communiqué de presse a été envoyé à 16h21 hier, pendant le congé des Fêtes de la Chambre des communes, comme cela est devenu l'habitude de Stephen Harper pour ces nominations. Des sept sénateurs envoyés à la Chambre haute, deux représenteront le Québec.

Jean-Guy Dagenais a dirigé l'Association des policiers provinciaux du Québec. À ce titre, il avait défendu sur la place publique le maintien du registre des armes à feu. Mais surprise: en mars dernier, il démissionne et se porte candidat à l'élection pour le Parti conservateur dans la circonscription de Saint-Hyacinthe-Bagot. Il change alors son fusil d'épaule et affirme qu'il est d'accord avec l'intention du gouvernement Harper d'abolir ce registre. (On ne connaissait pas alors la volonté du gouvernement de détruire les données.) Il avait expliqué qu'il n'avait pas eu le choix de défendre la position des policiers en tant que président, mais que personnellement, il avait toujours pensé que le registre créait un faux sentiment de sécurité. M. Dagenais a été défait à l'élection.

Sa nomination sera effective dès qu'il se sera procuré une propriété dans la circonscription sénatoriale qu'il représente, comme le veut l'obligation constitutionnelle.

L'autre Québécois nommé est Ghislain Maltais, qui est le directeur de l'aile québécoise du Parti conservateur depuis 2009. Il travaillait aussi pour le parti depuis 2006. M. Maltais a été député provincial de 1983 à 1994. Contrairement à ce que Le Devoir écrivait hier, Marc Bellemare et Gilles Lavoie n'ont pas été nommés. Le nom de M. Bellemare circulait depuis plusieurs semaines dans différents cercles politiques.

Stephen Harper a aussi nommé au Sénat, pour la province de Terre-Neuve, l'ex-député Norman Doyle. M. Doyle, qui a siégé à la Chambre des communes à partir de 1997, n'avait pas osé se représenter à l'élection de 2008. Le premier ministre terre-neuvien Danny Williams avait lancé une campagne anticonservatrice parce que le gouvernement de Stephen Harper avait rompu une promesse électorale. Les députés conservateurs fédéraux de la province insulaire ont d'ailleurs tous perdu leur siège cette année-là. Fabian Manning, qui avait osé se présenter quand même, a été nommé au Sénat. Loyola Hearn, un autre qui, comme M. Doyle, s'était retiré pour éviter la défaite, a depuis été nommé ambassadeur en Irlande.

Les autres nouveaux sénateurs sont JoAnne Buth (Manitoba), Asha Seth et Vernon Darryl (Ontario), Betty Unger (Alberta). M. Darryl était le chef de police d'Ottawa.
14 commentaires
  • Odette Bélanger - Inscrite 7 janvier 2012 07 h 32

    Nomination au Sénat

    Je suis bien contente que Bellemare n'ait pas été nommé. Ce n'est pas sa place. J'avais été déçue qu'il l'envisage. Cela lui enlevait de la crédibilité. Comment peut-on, encore aujourd'hui, vouloir patauger dans les platebandes harperiennes?

  • Gilles Bousquet - Inscrit 7 janvier 2012 08 h 01

    M. Charest consulté ?

    Si M.Charest a été consulté par M. Harper ou s'il s’est imposé comme consultant, c'est certain que M. Bellemare n'avait pas de chances.

    Nous avons vu à Bastarache que le PLQ a la liste de ses amis pour fin de nominations Libérales et probablement, une liste noire itou, pour identifier les vilains ennemis du "droit chemin" électoral…Liblral.

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 7 janvier 2012 09 h 00

    Harper rit des Québécois

    Les Québécois n'ont pas voté pour Dagenais; Harper le nomme quand même au Sénat
    Les Québécois n'ont pas voté pour Larry Smith; Harper le nomme quand même au Sénat
    Les Québécois n'ont pas voté pour Josée Verner; Harper la nomme quand même au Sénat.
    Harper rit des Québécois.

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 7 janvier 2012 12 h 29

    Merci monsieur Bellemarre

    En refusant de devenir sénateur vous restez libre de vos choix. Je souhaite que vous contribuiez à la Commission Charbonneau. Votre expérience, au Cabinet des ministres de Charest vous a mis en position de constater les tentacules du réseau corrompu du Bureau du premier-ministre John James. Vous et Duchesneau êtes des alliés précieux du peuple.

  • Colette Pagé - Inscrite 7 janvier 2012 12 h 50

    À quand l'abolition du Sénat ?

    Ardent promoteur de l'abolition du Sénat, Stephan Harper l'utilise désormais pour récompenser ses candidats rejetés par les électeurs. Cette planque dorée constitue les récompenses du prince à ses fidèles alliés qui n'hésitent pas pour un paquet de lentilles de défendre au Sénat les politiques conservatrices royalistes et militaristes honnies par les Québécois. Bravo à la Jamaïque qui a décidé de s'affranchir de la couronne britannique en revendiquant haut et forme son indépendance. Un exemple à suivre pour ces royalistes de tout acabit .