Paix mondiale - L'Iran représente la plus grande menace, selon Harper

Ottawa — Le premier ministre Stephen Harper a qualifié, hier, l'escalade de la tension entre l'Iran et les puissances occidentales de grande menace à la paix mondiale.

M. Harper a tenu ces propos à l'occasion d'une entrevue radiophonique diffusée hier en Alberta, au moment où les tensions ne cessent de croître dans le golfe Persique.

Le chef conservateur a souligné que les auditeurs ne devraient pas se faire d'illusions et que l'Iran était une menace «très sérieuse» à la paix internationale et à la sécurité.

Il a ajouté qu'il ne doutait pas un seul instant que Téhéran ait pour objectif d'obtenir l'arme nucléaire et se préparait à en faire usage.

L'analyse du premier ministre à propos des intentions de l'Iran serait toutefois trop poussée selon le directeur des affaires internationales de l'École Norman Paterson à l'Université Carleton d'Ottawa, Fen Hampson. Le professeur a souligné que si Téhéran semblait tenter d'obtenir l'armement nucléaire, le pays n'avait pas encore franchi le point de non-retour.

L'Iran clame que son programme nucléaire n'a que des intentions pacifiques, et n'a jamais reconnu tenter de construire l'arme nucléaire. La communauté internationale, dont le Canada, estime toutefois que son but est de parvenir à la création d'une bombe nucléaire.

Téhéran a menacé de fermer le détroit d'Ormuz, un important passage des pétroliers, comme représailles possible face aux nouvelles sanctions économiques, annoncées pour tenter de mettre fin aux ambitions nucléaires de ce pays du Proche-Orient.

«À mon avis, l'Iran est la menace la plus sérieuse à l'échelle internationale pour ce qui est de la paix et la sécurité mondiale», a affirmé M. Harper lors de son passage sur le plateau de l'émission Rutherford Show, une émission radiophonique très écoutée en Alberta.

«Il s'agit d'un régime qui veut acquérir l'arme nucléaire et qui a démontré une certaine envie de carrément utiliser l'armement nucléaire», a ajouté le premier ministre.

Le chef conservateur a aussi plaidé que la possible fermeture du détroit d'Ormuz n'était qu'une preuve supplémentaire démontrant le «sérieux de la menace» représentée par l'Iran.

M. Hampson a de son côté reconnu qu'il s'agissait là d'une problématique sérieuse.

«L'Iran a fait des tests de tirs de missiles, et les États-Unis ont déployé à nouveau leurs navires de guerre pour envoyer un message puissant à Téhéran», a-t-il indiqué.
22 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 6 janvier 2012 02 h 48

    C'est ce que Obama...

    Lui dit de dire. Entre vous et moi et la boîte à beurre, qu'est ce que Stephen Harper connait à L'armement de l'Iran si ce n'est pas ce que veulent bien en dire les services secrets des USA. Lui disent -ils toutes la vérité? Je ne pense pas. C'est quoi son problème à Harper? C'est très loin d'être ses affaires. Donc, il veut faire plaisir à Obama et aux USA. Harper est le républicain parti des USA

  • René Girard - Inscrit 6 janvier 2012 04 h 43

    Il a raison

    Les pro-islamistes et multiculturalistes ultra-tolérants jusqu'à l'aveuglement vont sûrement en profiter pour temporiser et dire que Harper exagère ou qu'il est trop alarmiste. Le rédacteur de la dépêche lui-même s'est empressé de trouver un de ces modérateurs au fond d'une tour d'ivoire universitaire qu'on dit expert pour impressionner la galerie, en la personne de Fen Hampson. Mais que peut-il connaître de mieux que les services de renseignements secrets du Gouvernement? Mais l'idée derrière cette stratégie est de toujours bien alimenter la nécessaire démonisation de Harper, chez ceux qui ne poussent pas la réflexion plus loin que de dire "si ça va vient de Harper ça doit pas être bon". Il y a tellement de ce genre de réaction puérile contre Harper, que ça en est risible de ridicule.
    Quoi qu'il en soit, il faut prendre cette menace d'une possible attaque nucléaire très au sérieux. Le message de Harper s'adresse à ceux qui ont à coeur de défendre les valeurs universelles et non celles d'une secte islamiste guerrière.

  • Daniel Bérubé - Abonné 6 janvier 2012 05 h 01

    Je vois comme fort probable,

    la possibilité qu'un jour, le chef d'un pays détenant l'arme atomique, sous une impulsion économique, religieuse ou autre, ne donne l'ordre d'appuyer sur le bouton de lancement de ces armes, même s'il savait qu'une pluie de missiles provenant de l'extérieur se dirigeront vers lui dans les heures ou les minutes qui vont suivre son geste. Mais, sous un choc religieux, un dictateur ou chef de grande emprise peut voir a faire disparaître son pays avec lui (suicide)...

  • Richard Evoy - Abonné 6 janvier 2012 06 h 00

    Erreur sur la personne

    Avec son budget d'armement de 650 G$ et ses milliers d'ogives nucléaires, ce sont les Etats-Unis qui, dans les faits, sont la plus grande menace à la paix mondiale. Çà fait 30 ans que les USA veulent la peau de l'Iran et, dans le détroit d'Hormuz, ils sont en train de créer de toute pièce un crise style "Golfe du Tonkin" pour se fournir l'occasion d'attaquer. Bien entendu, Harper, en bonne marionette néo conservatrice et grand admirateur des politiques de Bush Cheney et Rumsfeld, nous embarque à pied joint dans la logique US et a hâte que çà pète pour nous entraîner dans ce qui pourrait facilement dégénérer en 3ème guerre mondiale. Il faut que nous nous levions et que nous fassions pression sur Harper pour lui signifier que nous ne voulons pas participer à cette mascarade comme nous l'avons fait avant la guerre en Irak. Nous sommes à la fin de l'empire américain, c'est une période dangereuse pour l'Humanité. L'indifférence tue! Je supporte le mouvement #Occupons

  • josephflavius - Inscrit 6 janvier 2012 08 h 19

    Houlala!

    Cré Harper va! Et dire qu'il représente également mon pays, le Québec,sur la scène internationale. Dire que 30% de la population a voter pour lui. Il n'en rate pas une.