Jean Chrétien brandit le spectre de la peine de mort

Photo: Agence Reuters Chris Wattie

Ottawa — L'ancien premier ministre Jean Chrétien met en garde les militants libéraux contre le gouvernement conservateur, estimant qu'après l'abolition du registre des armes à feu, c'est l'abolition du droit à l'avortement et du mariage homosexuel qui guette et même le retour de la peine de mort.

«À moins d'être audacieux, à moins de saisir cette occasion, tout ce que nous avons bâti jusqu'à maintenant s'écroulera peu à peu», écrit Jean Chrétien dans une lettre destinée aux militants libéraux et visant à récolter des fonds. «Les conservateurs ont déjà mis fin au contrôle des armes à feu et à l'accord de Kyoto. La prochaine fois ce sera peut-être le droit de la femme au libre-choix ou le mariage gai. Ensuite, peut-être qu'ils instaureront la peine capitale. Une à une, toutes les valeurs que nous chérissons en tant que Canadiens seront perdues.» M. Chrétien rappelle aussi qu'un gouvernement libéral avait éliminé le déficit et refusé de participer à la guerre en Irak «tandis que les conservateurs nous auraient amenés en guerre».

Invité à commenter cette lettre vitriolique, le chef intérimaire Bob Rae a indiqué qu'il en partageait l'essence. «On a un gouvernement réformiste. Et on se souvient, comme M. Chrétien qui était de la bataille en 1980-1990, des batailles qu'on a eues. On sait les attitudes des réformistes. Est-ce que les valeurs des réformistes ont vraiment changé? Moi je n'ai pas l'impression. [...] On a une bonne bataille à faire comme libéraux pour défendre nos valeurs et les choses qu'on a gagnées.»

Les libéraux ont profité de la journée pour dresser le bilan de la première session parlementaire complète depuis l'élection d'un gouvernement majoritaire. Selon eux, le bilan est inquiétant parce que les conservateurs ont eu recours de manière excessive au bâillon pour faire adopter leurs lois, ont refusé toute modification législative provenant de l'opposition, même mineure, et ont tenu plus souvent qu'auparavant des réunions de comité à huis clos.

Aux cyniques qui disent que ces tiraillements parlementaires n'ont aucun écho dans la population, il offre cette mise en garde. «Un gouvernement qui traite ainsi le Parlement est un gouvernement qui traitera éventuellement ses citoyens comme ça. [...] Les gens doivent se réveiller et réfléchir à cela.»
33 commentaires
  • giltrmb - Inscrit 14 décembre 2011 05 h 31

    LE responsable

    Pourquoi les conservateurs sont au pouvoir? Les commandites de vous savez qui. Qu'il se cache et se taise!

  • Jean Alfred Renaud - Inscrit 14 décembre 2011 06 h 39

    Le prétendant est trop modeste, il oublie les faits les plus honorables de sa carrière

    La belle devrait se méfier – le prétendant trop modeste passe sous silence certains faits liés à la grandeur du parti Libéral

    Dans sa lettre aux sympathisants libéraux et aussi son appel aux Canadiennes et au Canadiens – sa lettre ayant été par hasard publiée dans La Presse – Jean Chrétien omet de mentionner quelques faits illustrant bien la grandeur du libéralisme canadien :
    1) 1970 - C’est le parti Libéral de Jean Chrétien qui a déshonoré l’armée canadienne en ayant recours à la Loi des mesures de guerre pour contrer le mouvement de sympathie à l’égard du parti Québécois de René Lévesque en intimidant la population du Québec; c’est à cette occasion que le partir « très » libéral a envoyé en prison poètes, chefs syndicaux dont 437 ont dû être libérés par la suite sans qu’aucune accusation ne soit portée à leur endroit;
    2) 1972 - C’est le parti Libéral de Jean Chrétien qui a déshonoré la GRC à cambrioler les locaux du Parti Québécois de René Lévesque pour, entre autres, voler la liste de ses sympathisants;
    3) 1981 – C’est le prétendant libéral lui-même, alors Procureur général du Canada, qui a orchestré la nuit des longs couteaux et trahi son peuple entier en organisant de nuit ….
    4) 1997-2003 – C’est au cours du règne de Premier ministre très libéral du prétendant même que s’organise le Scandale des commandites;

    Et maintenant, à peine 8 ans après la Commission Gomery, le prétendant souhaiterait que la belle canadienne oublie et pardonne.
    Évidemment, s’il s’agit d’un cas d’Alzheimer sélectif – on doit pardonner bien sûr.

  • Mimi37 - Inscrit 14 décembre 2011 07 h 02

    Après les commandites

    Pauvre Chrétien et les PLC!

    En dehors de toutes sortes de solutions qui finissent toujours DANS NOS POCHES, voilà que la BELLE-MERE du PLC recommence à dire n'importe quoi pour tenter de "faire peur aux gens".

    Ce genre de "tactique" M. Chrétien ne fontionne plus SURTOUT, si c'est en provenance d'un Libéral et vous n'avez que vous-même à blâmer M. Chrétien.

  • Mimi37 - Inscrit 14 décembre 2011 07 h 08

    J.A.Renaud

    Pour ce qui est de "la nuit des longs couteaux" revenez-en s.v.p.

    Allez plutôt dans les archives du Devoir à l'époque des événements et vous apprendrez que Lévesque EST CELUI qui a utilisé un couteau dans le dos de chacun de ses PROPRES ALLIÉS (Groupe des Huits) à l'époque en faisant une entente A HUIS-CLOS avec Trudeau.

    Par la suite, alors que lui dormait paisiblement, Trudeau a mentionné aux Premiers des autres Provinces cette ENTENTE faite par Lévesque avec Trudeau derrière les portes fermées.

    Appellez çà plutôt "LA JOURNÉE" où Lévesque a fourré le Qc.

  • Finton Wade - Inscrit 14 décembre 2011 07 h 11

    Le chadron qui se moque de la poèle!

    Les liberaux sont loin d 'être des anges! Monsieur Chrétien devrait regarder en arrrière et voir tout le mal qu il a fait aux canadiens. Que la peine de mort soit rétablit n est pas la fin du monde! La peine de mort est là au Canada pour des innocents par l avortement. Si 'Monsieur Chrétien est tant contre la peine de mort pourquoi,il n'a jamais défendu les enfants qu on tue pour des raisons de confort par l'avortement,.Je ne vois pas pourquoi il faut s'inquiéter pour la peine de mort pour les meurtriers!Il est bien drôle ce monsieur Chrétien!