Bob Rae ne souhaite pas être le chef permanent du Parti libéral du Canada

Ottawa — Bob Rae dit aimer être le chef intérimaire des libéraux fédéraux, mais cela ne veut pas dire qu'il envisage d'occuper le poste de façon permanente.

Bien qu'il n'écarte pas entièrement la possibilité de vouloir devenir officiellement chef, M. Rae a voulu abaisser les tensions hier, dans le cadre d'une entrevue-bilan réalisée par La Presse canadienne, alors que certains membres de son parti sont plus ou moins à l'aise avec ses ambitions à long terme.

M. Rae a souligné que le comité exécutif national du Parti libéral l'avait nommé en tant que chef intérimaire en mai dernier à la condition qu'il promette de ne pas se présenter lors de la course à la chefferie. Selon lui, le parti a clairement établi les règles et il a dit dès le début qu'il les acceptait.

Nouveau comité

Cependant, un nouveau comité exécutif libéral doit être élu le mois prochain et pourrait décider de modifier les règles pour permettre à Bob Rae — sous la direction de qui les libéraux ont vécu un certain regain d'enthousiasme électoral depuis leur décevant résultat électoral du 2 mai — de se proposer à titre de chef permanent.

L'ancienne ministre Sheila Coops, considérée comme l'une des principales candidates à la présidence du parti, a déclaré croire personnellement que l'interdiction contre M. Rae devrait être annulée.

D'autres libéraux, dont des députés, se sont toutefois inscrits en faux contre l'idée, maintenant que cela donnerait un avantage inégal à M. Rae dans la course à la direction prévue pour 2013.

L'ancien premier ministre néodémocrate a refusé de spéculer sur ce qu'il ferait en cas de changement des règles. Il a toutefois admis qu'il ne sauterait peut-être pas sur l'occasion de tenter d'obtenir le poste au-delà des deux ans pendant lesquels il a accepté d'être chef intérimaire. «Cela dépendra du "nouveau comité exécutif" et je ne suis pas nécessairement lié à ses décisions... Je ne vais pas m'engager dans ce genre de spéculations», a-t-il dit.

En privé, certains libéraux voient ses récents discours et son passage à la populaire émission Tout le monde en parle comme autant de signes que M. Rae prépare le terrain pour une candidature à la chefferie. Le principal intéressé a nié les allégations. «Je ne crois pas que je contribue "aux rumeurs". Je fais seulement mon travail», dit-il.

M. Rae a souligné qu'il avait dit dès le départ qu'il ne souhaitait pas seulement être un mannequin mis en place jusqu'à ce qu'un chef permanent soit choisi. Il a rappelé qu'il avait accepté le poste intérimaire à la seule condition qu'il puisse disposer d'au moins deux ans durant lesquels commencer le dur travail de reconstruire le parti éclaté.

«J'ai dit aux responsables du parti que s'ils voulaient que j'accepte le poste, j'allais le faire et cela allait être fait d'une façon vigoureuse, et je crois que c'est ce à quoi les gens s'attendent.»

À voir en vidéo