Sondage - Le NPD perd des plumes au Québec

La lune de miel des Québécois avec le NPD serait-elle sur la voie de sortie? Pour la première fois depuis les élections, le Nouveau Parti démocratique essuie un recul dans les intentions de vote au Québec — six points en un mois. Il demeure toutefois bien en avance, selon un coup de sonde Léger Marketing.

Le NPD aurait reçu 37 % des votes si un scrutin avait eu lieu la semaine dernière. Les deux derniers sondages de Léger, en septembre et octobre, situaient les appuis du NPD au même niveau qu'au moment des élections, à 43 %.

Cette baisse profite en bonne partie au Bloc québécois, qui passe de 21 % des intentions de vote en octobre à 27 % aujourd'hui, d'après le sondage préparé pour Le Devoir. C'est une première hausse pour le parti qui tient ce soir le troisième et dernier débat de sa course au leadership. Aux élections, le Bloc avait récolté 23,4 % des voix. Loin derrière, les conservateurs et les libéraux pointent à 13 % chacun. Par rapport au dernier sondage, il s'agit d'une baisse de cinq points pour les conservateurs et d'une hausse de deux points des libéraux.

Insatisfaction envers Harper

Le taux d'insatisfaction des Québécois par rapport au gouvernement Harper fait pour sa part un bond de sept points, pour s'établir à 70 % (dont une majorité de répondants «pas du tout satisfaits»). «L'intensité de l'insatisfaction augmente», remarque Sébastien Dallaire, directeur de recherche en affaires publiques chez Léger. C'est là chose normale pour un gouvernement qui accumule les gestes controversés au Québec, ajoute-t-il en faisant référence au dossier de la justice, aux nominations d'unilingues anglophones à des postes importants, à l'attachement des conservateurs à la monarchie...

Concernant le NPD, M. Dallaire pense que «la course au leadership est un facteur» dans la chute des appuis. «Un parti en course subit voit souvent sa cote affectée, dit-il. Les interventions sont moins cohérentes, on se retrouve avec plusieurs personnes qui parlent au lieu d'avoir un chef qui défend les dossiers au jour le jour.»

Mais ce n'est pas le seul facteur, ajoute-t-il. «Le manque de réaction initiale du NPD à la nomination d'un juge unilingue et du vérificateur général n'a pas dû aider. Le NPD est allé chercher en mai beaucoup de soutien chez les nationalistes québécois, qui ont été choqués par ces nominations.»

Dans le cas de Michael Moldaver, le NPD a participé au comité qui a unanimement recommandé le nom du juriste, avant de dénoncer le choix final du gouvernement. Pour le vérificateur général, le NPD et les libéraux ont reçu en avance le curriculum vitae de Michael Ferguson, mais ils n'ont pas vérifié s'il était bilingue avant d'accorder leur appui tacite à sa nomination (les deux présumaient que c'était le cas, puisque le poste requérait la maîtrise des deux langues officielles).

Quoi qu'il en soit, Sébastien Dallaire estime que ce sont ces erreurs du NPD et des autres partis qui expliquent la hausse des appuis du Bloc québécois. «Il faut faire attention de voir ça comme une remontée, dit-il. C'est une première bonne nouvelle pour ce parti depuis longtemps, mais il faut la prendre avec un grain de sel. Il n'y a pas eu de gestes concrets qui expliqueraient cette hausse.»

Le sondage a été réalisé entre le 14 et le 17 novembre auprès de 1002 répondants. Un échantillon probabiliste de cette ampleur aurait une marge d'erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20.
18 commentaires
  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 22 novembre 2011 07 h 40

    Après réflexion...

    Au mois d’avril dernier, je suis venu tout près de prendre ma carte. Jack m’avait impressionné à ce point.
    Aujourd’hui, si je l’avais prise, je demanderais à ce que l’on me rembourse. Je m’aperçois qu’on n’a pas plus notre place au NPD qu’au PC et qu’au PLC.
    Et notre place au Canada en est une de sous-fifres.

  • Nunu - Inscrite 22 novembre 2011 07 h 50

    Je savais bien .

    que ça avait pas de bon sens et que les Québécois se réveilleraient à un moment donner.Ca ne peut faire autrement.Dire que les Québécois s'apprêtent à faire la même chose au Québec c'est d'une tristesse épouvantable.c'est ce qui arrive quand on ne vote pas pour les bonnes raisons.Et ça pas pris beaucoup de temps et ça va être pareil avec Legault.Les gens ne savent même pas ce qu'il a dans le ventre mais parce qu'il a un nouveau parti et qu'il représente le changement ils sont prêt à lui donner toute leur confiance.Les Québécois se disent on ne saient pas ce qu'on veux mais on veux du changement.Qui a il de si différent ces dernières années au Québec?A tous les 8ou 9 ans,après deux mandats les Québécois veulent toujours du changement et c'est normal mais pourquoi depuis quelques années on veux n'importe quoi sans vraiment savoir ce qu'on veux.Les gens au Québec ne savaient même pas ce qu'il y avait dans le programe du N.P.D.Le N.P.D ce n'est pas un nouveau parti à Ottawa mais encore une foi les Québécois on été berneés parce qu'ils ne s'intéressent pas VRAMENT à la politique.Ils vont faire la même chose avec la C.A.Q.Mais que voulez vous c'est ça être Québécois,dommage.

  • Raymond CHALIFOUX - Abonné 22 novembre 2011 08 h 12

    "Jack, Jack, Jack,Jack, Jack.."

    "Disaient les canards, les perdrix et les sarcelles..."

  • Jean Lapointe - Abonné 22 novembre 2011 08 h 23

    J'espère que c'est vrai


    J'espère que c'est vrai que le NPD perd des plumes au Québec.

    J'espère que les Québécois qui ont voté pour ce parti le 2 mai dernier réalisent qu' on n' a pas grand chose à attendre de ce parti qui est un parti unitariste canadian pour lequel les Québécois ne sont qu'une minorité parmi d'autres.

    Ils ne nous reconnaissent pas comme formant un peuple distinct. Ils n'acceptent pas que nous puissions décider par nous-mêmes de notre avenir.

    Ils se disent démocrates, mais s'ils l'étaient vraiment ils élaboreraient des plans pour qu' au moins le Québec, en tant que nation, puisse coexister dans leur Canada.

    Mais ils sont très loin de ça.

    Il n'y a que le Bloc québécois qui puisse défendre nos intérêts à Ottawa.

  • Franfeluche - Abonné 22 novembre 2011 08 h 25

    La politique

    Chez un bon nombre de nos concitoyens, on se fait une gloriole de dire que la politique de les intéresse pas. C'est devenu à la mode.