Le ministre MacKay et son homologue américain défendent les F-35

Le ministre Peter MacKay inspecte les commandes d’un F-35 lors de l’annonce de l’achat par Ottawa de 65 de ces appareils. Malgré les remises en question, le ministre de la Défense affirme que le programme ira de l’avant.
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Le ministre Peter MacKay inspecte les commandes d’un F-35 lors de l’annonce de l’achat par Ottawa de 65 de ces appareils. Malgré les remises en question, le ministre de la Défense affirme que le programme ira de l’avant.

Halifax — Le ministre canadien de la Défense nationale, Peter MacKay, et son homologue américain disent être confiants quant à la survie du programme d'achat des avions de combat F-35, en dépit des craintes sur ses coûts et de la remise en question de sa nécessité même.

M. MacKay a fait valoir hier que ces inquiétudes ne sont pas fondées et que le programme suivra son cours en raison de son rôle crucial dans la protection des intérêts nord-américains.

«Toutes ces discussions hypothétiques et plutôt négatives à propos de ce programme ne sont que du bruit de fond», a soutenu le ministre en conférence de presse. «Ce programme va de l'avant. Il est normal que les pressions budgétaires suscitent des conjectures.»

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a dit croire que le gouvernement américain sera en mesure de financer le programme des F-35, même si Washington cherche à couper dans ses dépenses pour réduire son déficit.

«C'est l'avion qui sera capable de nous fournir la technologie et les capacités dont nous aurons besoin dans le futur, a dit M. Panetta. Nous en avons besoin. C'est vrai pour nous et c'est vrai pour nos partenaires.»

M. Panetta a aussi nié des informations selon lesquelles les États-Unis voudraient que le Canada s'engage au-delà des 65 appareils déjà prévus dans le programme. Il a dit faire confiance à la capacité du Canada et du ministre MacKay de prendre les bonnes décisions concernant les besoins en sécurité.

Tout récemment, M. Panetta avait menacé d'annuler le programme des avions de chasse F-35, auquel les gouvernements des États-Unis et du Canada ont souscrit, si le Congrès américain, dominé par les républicains, n'accepte pas une série de compressions au Pentagone.

MM. MacKay et Panetta étaient à Halifax hier pour s'entretenir d'enjeux sur la défense et la sécurité, dans le cadre du 3e Forum international sur la sécurité. Aujourd'hui, le ministre israélien de la Défense, Éhoud Barak, y prononcera un discours.

Plus tôt cette semaine, à Ottawa, M. Barak avait lancé un appel à la communauté internationale afin qu'elle bloque toute tentative de l'Iran d'acquérir des armes nucléaires.

Le budget

La flotte de 77 CF-18 canadiens devrait être mise de côté d'ici 2020.

Des documents obtenus par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information montrent que 17 chasseurs F-35, dont un de remplacement, devraient être livrés au Canada chaque année à partir de 2016. Les livraisons s'étendront jusqu'en 2023, selon les données du ministère de la Défense.

Des documents précédemment rendus publics indiquent que la facture de chaque avion variera entre 75 et 150 millions de dollars, ce qui a limité le nombre de chasseurs achetés par Ottawa.

«Nous agissons dans la limite de notre budget, comme tous les pays agissent dans la limite de leur budget, a affirmé le ministre MacKay. Mais nous ne fléchirons pas dans notre engagement envers ce programme.»

À voir en vidéo