Justice criminelle: Fournier sollicite une rencontre avec Nicholson

Ottawa — Le ministre québécois de la Justice, Jean-Marc Fournier, a saisi au bond l'ouverture apparente de son homologue fédéral sur les questions de justice criminelle pour le convier à une rencontre lundi matin dans un ultime effort pour le convaincre de faire marche arrière.

«Considérant que la conclusion de l'étude détaillée du projet de loi C-10 est prévue pour mercredi prochain, je vous propose une rencontre, à vos bureaux, le lundi 21 ou le mardi 22 novembre dès 8h30», écrit M. Fournier. Il incitera une fois de plus le ministre conservateur à replacer la réhabilitation au coeur de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents.

Au moment de mettre sous presse, le ministre Rob Nicholson n'avait pas répondu à l'invitation. Jeudi soir, M. Nicholson avait écrit à M. Fournier pour lui dire qu'il reconnaissait que le Québec a adopté une «approche éprouvée» quant aux jeunes contrevenants. Mais il disait du même souffle que des peines plus sévères sont quand même nécessaires. Il acceptait de rencontrer son homologue. M. Fournier veut procéder rapidement, car une fois le projet de loi C-10 étudié en comité, il y aura peu de chances qu'il soit modifié comme il le souhaite.

Le gouvernement conservateur veut adopter rapidement le projet de loi C-10. Il a tenté d'imposer un second bâillon jeudi, mais devant le tollé soulevé et l'obstruction systématique orchestrée par l'opposition, il a lâché du lest. Il permettra que le projet soit étudié pendant deux jours encore plutôt qu'un seul.
2 commentaires
  • L Eclair - Inscrit 19 novembre 2011 06 h 36

    Novlangue quand je te parle

    Bien qu'il soit éprouvé que la méthode québecoise porte ses fruits, nous, le gouvernement du canada, par la grâce de dieu, établissons que le succès d'une telle approche est insuffisante et en conséquence nous imposerons un traitement plus sévère aux jeunes contrevenants. Gloire à Dieu.

  • Colette Pagé - Inscrite 19 novembre 2011 11 h 35

    Ca suffit les courbettes à Ottawa !

    C'est désespérant de voir le Québec se faire servir des fins de non recevoir du Fédéral. Ces refus successifs révèlent concrètement ce que signifie les deux solitudes. Oppositions dans les valeurs défendus par Ottawa. Que ce soient dans son approche de la justice pour les jeunes contrevenants, ses engagements militaires, la royauté, sa politique extérieures ciblée sur les États-Unis, son manque d'objectivité dans le conflit Israël-Palestine.

    Tout ceci pour dire que ce pays ne nous rassemble de moins en moins. Un jour il faudra bien se rendre à la réalité et conclure qu'il nous faut être Maître chez nous "