Jour du Souvenir à Kandahar - «La fin d'une époque»

Kandahar — Le tout dernier Jour du Souvenir célébré par le Canada sur la base militaire de Kandahar, en Afghanistan, marque «la fin d'une époque», pour le ministre de la Défense nationale Peter MacKay, qui a participé à la cérémonie.

Des dizaines de soldats endeuillés se sont rassemblés vendredi devant le monument commémoratif érigé à la mémoire des 158 militaires canadiens décédés en Afghanistan.
 
Un par un, le ministre MacKay a lu les noms de ces soldats tombés au combat, alors qu'au même moment, le Major-général Jon Vance apposait des coquelicots sur les plaques de marbre noir où sont gravés les noms et les photos des défunts.
 
Le nom du tout dernier soldat décédé en Afghanistan, le Caporal-chef Byron Greff, tué il y a deux semaines près de Kaboul, reste à être gravé. Le monument sera par la suite démantelé et expédié à Ottawa, où le gouvernement veut en faire un monument permanent.
 
Pour le ministre MacKay, il reflète la «contribution énorme» des Forces canadiennes en Afghanistan. Malgré ces sacrifices, a-t-il déclaré, il est désormais possible de célébrer les progrès réalisés en sol afghan, tant au niveau sécuritaire que sur le plan de la santé et de l'éducation de la population locale.
 
Quelques personnes dans l'assistance ont essuyé des larmes durant la lecture, qui s'est effectuée sous un ciel sans nuage, mais au bruit des avions et hélicoptères militaires allant et venant sur la base.
 
Ces bruits assourdissants rappelaient, en dépit des paroles encourageantes de M. MacKay, que bien que le Canada quitte Kandahar, les violences sont loin d'être terminées dans la région.
 
«C'est très poignant, c'est un sentiment très solennel, sachant que pour chacun des noms, c'est le coeur d'une famille qui saigne pour avoir perdu un des leurs», a commenté M. MacKay après la lecture des noms des disparus.
 
Changement de mission

La mission de combat s'étant officiellement terminée en juillet pour le Canada, un millier de militaires s'affairent actuellement à Kandahar à plier bagage afin de rapatrier tous les équipements au pays.
 
«C'est la fin d'une époque. Nous sommes désormais dans une mission de transition qui termine la mission de combat au cours de laquelle les Canadiens ont fait beaucoup de sacrifices», a insisté M. MacKay après la cérémonie.
 
Environ 950 autres soldats doivent reprendre le flambeau à Kaboul, pour la mission d'entraînement devant se prolonger jusqu'en mars 2014.
 
«Ceux-là sont déjà en place et sont en train d'aider les forces afghanes à s'assurer qu'il y ait un suivi sur l'entraînement de leurs soldats», a expliqué le Brigadier-général Chuck Lamarre, commandant de la Force opérationnelle de transition de mission (FOTM), à l'issue de la cérémonie.
 
La mort du Caporal-chef Greff le 29 octobre a d'ailleurs rappelé aux Canadiens que cette seconde mission, bien qu'elle aie d'abord été décrite par le gouvernement comme étant relativement «peu risquée», comporte elle aussi des dangers.
 
"C'est clair que ce pays a fait beaucoup de progrès, mais en même temps, il y a plus de travail nécessaire pour sécuriser ce pays", a admis M. MacKay.
 
Civils aussi

Une journaliste et un diplomate, de même que deux travailleurs humanitaires canadiens ont également perdu la vie en Afghanistan. Le sous-ministre délégué à la Défense nationale, Matthew King, a déposé les fleurs destinées aux disparus qui ne faisaient par partie des Forces.
 
Mabel Girouard et Karen Megency, respectivement mères de Robert Michel Joseph Girouard et Ronald Kevin Megeny, tous deux tombés au combat, ont déposé des coquelicots devant les plaques de marbre noir sur lesquelles sont gravés les noms de leur fils.
 
Amanda Cushley, soeur du défunt William Jonathan James Cushley, et Kelly James, soeur du défunt Mark Robert McLaren, ont également déposé des coquelicots pour leur proche.
 
Après la lecture des 158 noms, le prêtre Harold King a récité des prières et des militaires ont fait des lectures bibliques. Un trompettiste a joué la Dernière sonnerie, qui a été suivie par deux minutes de silence, brisées par le son de la cornemuse.
 
Peter MacKay a par la suite déposé une couronne devant le monument, puis ce fut notamment le tour de Mme Girouard, du général Vance, du commandant Chuck Lamarre et d'un représentant du commandement afghan.
 
M. MacKay a d'ailleurs souligné l'importance de cette présence afghane au cours de la cérémonie, considérée comme un «rappel important» du travail de transition qu'il reste encore à faire.
 
«La contribution canadienne va nous manquer, mais nous comprenons que ce n'est que le début d'un nouveau chapitre», a noté le commandant de la base, l'Américain Jeffrey B. Kendall.
 
Fannie Olivier, La Presse canadienne

À voir en vidéo