Saganash est seul avec ses propos sur la partition du Québec

Ottawa — Le député et aspirant chef néodémocrate Romeo Saganash ne sera pas rappelé à l'ordre pour avoir mis en doute la position du Nouveau Parti démocratique sur l'accession du Québec à l'indépendance. Selon lui, la règle du «50 % +1» n'est peut-être pas suffisante et la partition devrait être discutée si les forces du oui l'emportaient.

Le NPD soutient qu'il reconnaîtra la séparation du Québec si elle obtient 50 % des voix plus une lors d'un référendum. M. Saganash a déclaré à La Presse canadienne jeudi qu'il n'était pas certain que cette position respecte l'avis de la Cour suprême sur la clarté référendaire. Le député cri est allé plus loin en avisant le Québec qu'un oui pour la séparation signifierait probablement un oui à la partition du territoire, parce que les communautés autochtones exerceraient aussi leur droit à l'autodétermination. «En tant que peuple, ils ont le droit de décider de l'avenir de leur territoire traditionnel.»

«Si le Québec décide d'essayer de se séparer du Canada, ils auront beaucoup d'enjeux à gérer, y compris celui du droit à l'autodétermination des peuples autochtones», a dit M. Saganash. Quand la journaliste lui a fait remarquer que les souverainistes soutiennent que le territoire québécois est indivisible, il a répondu: «C'est leur affirmation. Je ne pense pas que ça fonctionne comme ça.»

Invité à commenter les propos de son collègue, le président du caucus québécois du NPD, le député Guy Caron, a été prudent. «On a dit au début que la course à la chefferie va amener un brassage d'idées. Les candidats individuellement sont libres d'amener des idées et c'est vraiment ce à quoi sert la course à la chefferie. Alors, il n'y a pas de commentaires particuliers par rapport à ça.»

Dans les coulisses, des responsables du NPD étaient bien contents de pouvoir invoquer leur obligation de neutralité et ainsi laisser M. Saganash se débrouiller seul avec cette sortie qui risque de faire du bruit.

***

Avec la collaboration de Marie Vastel

À voir en vidéo