Un doctorat honorifique pour Don Cherry

Don Cherry
Photo: Agence Reuters Don Cherry
Le Devoir a appris que M. Cherry recevra un grade honoris causa le 17 novembre. Le protagoniste de la chronique «Coach's Corner», en ondes chaque semaine durant l'émission Hockey Night in Canada de la CBC, sera honoré pour «le soutien enthousiaste et de longue date qu'il apporte aux Forces canadiennes», a expliqué hier le CMRC. «Il reconnaît continuellement le travail des membres des Forces canadiennes en soulignant leurs efforts», dit-on.

L'engagement de M. Cherry dans différentes oeuvres caritatives a aussi pesé dans la balance. De même, on juge que la «promotion des sports» que fait cet ardent promoteur de la rudesse au hockey «est un parfait complément à l'un des piliers clés du CMRC, qui vise à développer des chefs en bonne forme physique», soutient le collège de Kingston, ville natale de M. Cherry.

Depuis quelques années, l'ancien entraîneur se sert de sa tribune à la société d'État pour vanter le travail et le sacrifice des militaires. M. Cherry s'est rendu en Afghanistan pour visiter les troupes en poste lors des Fêtes 2010. Il était alors accompagné du ministre de la Défense nationale, Peter Mackay, et du chef d'État major, Walt Natynczyk. En mars 2003, M. Cherry s'était déjà fait remarquer en plaidant pour que le Canada s'engage aux côtés des États-Unis dans la guerre en Irak, qui débutait. CBC avait alors ramené M. Cherry à l'ordre en lui demandant de concentrer ses propos sur le hockey.

À l'évidence, la directive ne tient plus aujourd'hui. En octobre 2010, M. Cherry a par exemple reçu en ondes quelques militaires de la Princess Patricia's Canadian Light Infantry. Ils lui ont remis une plaque «pour son merveilleux soutien aux militaires» et ont fait de lui un membre honoraire de l'infanterie. M. Cherry a aussi reçu et revêtu à ce moment un chandail de camouflage fait sur mesure (l'extrait peut être visionné sur YouTube).

Le chroniqueur média du Globe and Mail avait alors parlé d'un des moments de télé «les plus surréalistes de l'histoire d'une télévision publique qui n'est pas la télévision d'État d'une dictature militaire».

En octobre 2009, M. Cherry s'est aussi associé à la «military night» organisée par l'équipe junior des Frontenacs de Kingston en hommage aux militaires. Tous les joueurs de l'équipe portaient pour l'occasion un chandail de hockey calqué sur un des spectaculaires vestons du commentateur.

Mécontents

Cela étant dit, la décision du CMRC d'honorer Don Cherry est loin de plaire à tous. Très populaire auprès d'une partie de la population canadienne — en 2004, il est arrivé septième au concours du «plus grand Canadien» organisé par la CBC, devançant notamment l'inventeur du téléphone —, M. Cherry est aussi fortement détesté ailleurs. Ses opinions tranchées et tranchantes lui ont valu de nombreuses critiques au fil des ans.

Une pétition circule ainsi au sein du corps professoral du collège pour dénoncer la sélection de M. Cherry, qui rejoint entre autres l'ancienne gouverneure générale Michaëlle Jean et la sociologue Louise Vandelac comme détenteurs de doctorats honorifiques de Kingston.

«Je m'étonne que tous les membres du sénat du CMRC [l'organisme interne qui choisit les lauréats] entérinent la nomination de Don Cherry, qui a exprimé à maintes reprises haut et fort son mépris envers plusieurs groupes de la population canadienne, notamment les francophones, les homosexuels et les immigrants», écrit la professeure de langues Catherine Lord dans cette lettre dont Le Devoir a obtenu copie.

«Quel message le CMRC enverra-t-il aux étudiants issus [de ces minorités] en célébrant Don Cherry? demande Mme Lord. Et surtout, que retiendra la population canadienne quant au sérieux du prestigieux établissement qu'est le Collège militaire royal?»

Mme Lord reconnaît le sérieux de l'engagement promilitaire de M. Cherry, mais soutient qu'il ne peut éclipser d'autres pans de sa personnalité. Des exemples? En 1998, il avait qualifié les joueurs de hockey québécois de «pleurnicheurs». Six ans plus tard, il a suggéré que les joueurs européens et québécois étaient «moins courageux» parce qu'ils portaient en plus grand nombre une visière protectrice. En 1993, il parlait des anglophones de Sault Ste. Marie comme de ceux qui «parlent la bonne langue».

Il y a trois semaines, Don Cherry a soulevé un autre tollé en qualifiant de «renégats», d'«hypocrites» et de «salauds» (pukes) trois anciens bagarreurs de la Ligue nationale de hockey qui avaient témoigné des impacts des batailles à répétition. M. Cherry s'est excusé pour ses propos.

Le commentateur est aussi connu pour ses liens avec les conservateurs canadiens: il a prononcé un discours lors de l'assermentation du maire de Toronto, Rob Ford, et a été honoré par le gouvernement de Stephen Harper à la Chambre des communes en 2006.

M. Cherry est âgé de 77 ans. Il a été entraîneur des Bruins de Boston dans les années 70, après une carrière de joueur dans les ligues mineures.

À voir en vidéo