Registre des armes à feu: Ottawa veut la destruction des données déjà recueillies

Ottawa — Sans surprise, le gouvernement Harper a déposé aujourd'hui un projet de loi pour abolir le registre des fusils de chasse, mais il a décidé d’aller encore plus loin: la mesure prévoit la destruction de toutes les données sur les armes recueillies jusqu’à maintenant.

L’opposition a immédiatement dénoncé cette initiative qui coupe l’herbe sous le pied des provinces qui souhaiteraient créer leur propre registre des armes de chasse.

La destruction prévue des données donne cependant des munitions aux partis d’opposition qui ont ainsi une nouvelle façon d’attaquer le projet de loi C-19 du gouvernement.

Il s’agirait même d’une claque au visage du Québec, selon la députée du Nouveau Parti démocratique (NPD) Françoise Boivin.

Un projet de loi d’initiative privée pour abolir le registre avait été défait de justesse en septembre 2010, mais les conservateurs avaient promis de revenir à la charge dès la première occasion.

Maintenant qu’ils détiennent la majorité aux Communes, le projet de loi C-19 devrait être adopté sans problème. Devant leur impuissance numérique à faire dérailler le projet aux Communes, l’opposition a affirmé haut et fort aujourd'hui qu’il est grand temps que la population se lève pour dénoncer le démantèlement du registre.

Les conservateurs estiment que le registre des armes de chasse est inutile et coûteux, mais ils supportent le maintien de l’émission de permis de port d’arme et l’enregistrement des armes interdites et à possession restreinte.

Une évaluation interne de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a permis d’établir que le registre des armes à feu était un outil fort utilisé par la police qui plaidait pour son maintien.
5 commentaires
  • Jean de Cuir - Abonné 25 octobre 2011 16 h 34

    Pas surprenant!

    C' est sans surprise. Maintenant, les politiciens majoritaires, c'est à dire sous la férulle du chef sont devenus les plus policiers que les policiers. Je propose l'abolition de tout enregistrement, car on veut abolir l'enregistrement de ce qui tue et blesse!

  • ClarkeCity - Inscrit 25 octobre 2011 17 h 40

    Alléluia !

    Si le Québec serait sincère dans la lutte à la criminalité, John James Charest devrait réaligner le rôle de nos policiers.

    Soit à la place de renflouer les coffres de l'état, d'agir contre la criminalité.

  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 25 octobre 2011 17 h 48

    La dictature de la minorité des néo-cons

    Jeter aux vidanges un registre qui a coûté 2 milliards de dollars aux contribuables canadiens avec des données qui servent aux services policiers de tout le pays, c'est non seulement irresponsable c'est carrément inadmissible.
    Quand un gouvernement élu avec 39,6% des voix travaille contre les intérêts de la majorité on est pas loin de la dictature

  • Guy Fauteux - Abonné 25 octobre 2011 18 h 41

    J'etais un criminel

    Je ne le serai plus
    merci aux neo-cons dont je suis un ardent supporteur.

  • Fabien Nadeau - Abonné 26 octobre 2011 07 h 29

    Sus à l'info!

    Je n'ai jamais compris comment le régistre des armes à feu pourrait être utile aux policiers. j'avais une .22 dont je me servais uniquement pour tenir les marmottes à distance de mon jardin. Quelle utilité la police a-t-elle de savoir que c'était une .22/.410 Savage datant des années 60?

    Cela dit, il n'est pas étonnant que le clan Harper vise à détruire les informations contenues dans les dossiers du futur-défunt registre. N'oublions pas, c'est le gouvernement qui a quasiment mis la hache dans Statistiques Canada.

    Ce gouvernement n'a besoin que d'une sorte d'informations, celles qui lui permettront de se maintenir au pouvoir. Ad vitam æternam amen!