Sondage Léger Marketing-Le Devoir - Oui au péage sur Champlain

Pont Champlain<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pont Champlain

Le gouvernement conservateur n'est pas toujours au diapason de l'électorat québécois, mais il n'a pas raté son coup avec le projet du pont Champlain: la population approuve dans une large majorité l'idée d'imposer un péage sur la nouvelle structure et de construire cette dernière en formule PPP.

C'est ce que révèle un sondage Léger Marketing/Le Devoir réalisé les 11 et 12 octobre. L'idée du péage reçoit l'assentiment de 59 % des 1005 Québécois interrogés, un taux d'approbation qui est sensiblement le même à Montréal (58 %) qu'à Québec (62 %) et ailleurs dans la province.

La population se dit également d'accord à 57 % avec la proposition de réaliser le projet en partenariat public-privé (PPP), solution favorisée par Ottawa.

Par contre, l'idée d'imposer un péage sur tous les autres ponts touchant Montréal est rejetée par près de six Québécois sur dix, alors que 34 % de la population l'approuve. «Les gens sont visiblement prêts pour du péage sur une nouvelle structure, mais pas quand il y a une forme de droit acquis, dit Christian Bourque, vice-président chez Léger Marketing. Plus il y a de gens touchés, plus l'appui est faible.»

Globablement, M. Bourque estime que le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, «mène 1-0 contre son homologue à Québec, Pierre Moreau». Ce dernier s'était montré spontanément agacé par la décision d'Ottawa de réintroduire sur le pont Champlain le péage abandonné en 1990. Quelques heures avant l'annonce du ministre Lebel le 5 octobre, M. Moreau avait indiqué qu'à son avis, «ce n'est pas un privilège de travailler sur l'île de Montréal». M. Lebel avait pris soin d'indiquer en conférence de presse que Champlain étant une structure «100 % fédérale», la décision lui revenait.

«Les concepts de l'utilisateur-payeur et du PPP passent bien, c'est donc une victoire majeure pour Denis Lebel, croit Christian Bourque. C'était attendu comme annonce, et la façon dont ça a été présenté a plu aux Québécois.»

La monarchie? Bof...

Si Ottawa semble avoir frappé dans le mille avec le projet du pont Champlain, celui de multiplier les signes d'appui à la monarchie et au drapeau canadien est par contre reçu dans la plus complète indifférence au Québec. «Soit on le rejette, soit on s'en moque ou on s'en balance», résume Christian Bourque.

L'ensemble des initiatives du gouvernement — accrocher des tableaux de la reine dans les ambassades et au ministère des Affaires étrangères (à la place de tableaux d'Alfred Pellan), installer un vitrail de 35 000 $ au-dessus de l'entrée du Sénat, représenter la couronne de la reine sur les pages intérieures des passeports... — est reçu dans l'indifférence (29 %) ou de manière défavorable (55 %), alors que seulement 11 % des répondants l'appuient. Même 82 % électeurs conservateurs sont indifférents ou défavorables aux mesures proposées.

De même, le projet de loi C-288, qui vise à «interdire d'interdire» l'affichage du drapeau canadien, est jugé non nécessaire par 78 % des répondants, alors que 12 % trouvent l'idée nécessaire.

En même temps, les conservateurs ne paient pas le prix de ces initiatives impopulaires dans les intentions de vote. Le coup de sonde accorde 43 % des voix au NPD, contre 21 % pour le Bloc québécois, 18 % pour les conservateurs, 11 % pour les libéraux et 6 % pour le Parti vert, des résultats semblables au dernier sondage publié le 19 septembre.

«Si l'opposition à la campagne pro-monarchie des conservateurs était viscérale, il y aurait eu un impact sur les intentions de vote, dit Christian Bourque. Or, on peut voir que ça ne bouge pas: leur stratégie était peut-être de plaire à un électorat plus traditionnel dans le reste du pays, sans perdre d'appuis au Québec, et, en ce sens, c'est réussi.»

Un échantillon probabiliste de cette taille — 1005 répondants — aurait une marge d'erreur de 3,1 points, dans 19 cas sur 20.
34 commentaires
  • Assez merci - Inscrit 17 octobre 2011 02 h 55

    Auto flagélation.

    Les gouvernements ont vendus l`idée que nous étions pauvres, qu`ils n`avaient plus d`argent, que nous devrions payer plus: pont, santé, taxes etc.

    Les citoyens ont embarqués, les citoyens les ont crus...

    Pourtant, ce sont les mauvais choix de nos gouvernements qui siffonnent les argents pour autres choses que notre bien être.

    L`argent est bien là à ottawa et Québec pour tout nos besoins.
    Plus d`argent si charet et harper arrêteraient de subventionner les banques, pétrolières, assureurs et autres riches compagnies.

    Plus d`argent encore si charest et harper abollissaient les abris fiscaux des compagnies et entreprises, fondations etc.
    Et les impôts non payés qui dorment dans des Paradis Fiscaux.
    Les bonis pour mauvaise performance...
    Privatiser les soins de santé (ex: embauche d`infirmières à gros prix PPP etc. )
    Au Québec:
    Plus d`argent si pas de corruption.
    2 CHUM en PPP au lieu de 1 par rapport à la population.
    Défaire La Romaine tandis qu`on a un surplus d`Hydro...
    Vente d`électricité à rabais aux US...
    85 milliards pour payer pour les minières....sans juste redevances...
    Payer des avocats pour quêter et défendre les intérêts du Québec face à ottawa, la cour suprême.
    Une gouverneur générale $$$
    à ottawa:
    Les dépenses militaires, bombes à 100,000 l`unité en Libye...
    Monarchiser le canada...
    ETC.

    La liste est longue, l`argent est là...

    Le peuple à acheté cette idée du capitaliste sauvage soit qu`il faut privatiser, faut être utilisateur payeur etc.
    Excusez moi mais nous payons ( citoyens ) tout de toute facon, 2 fois même.
    Les banques se portent bien à coût de milliards en profits...

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 17 octobre 2011 06 h 46

    Équité et objectifs du péage

    Il y a quelques semaines, j'ai écouté un interview produit par Radio-Canada. Référant à ce qui se passe ailleurs en matière de péage, la personne interviewée soulignait que la plupart des péages n'existaient pas pour financer la construction d'un pont ou d'une route, mais pour régler des problèmes de congestion routière: à certaines heures de la journée, l'accès au pont est gratuit alors qu'à d'autres, il est payant et variable. Sauf erreur de ma part, le péage envisagé maintenant par le gouvernement fédéral financera la construction du pont. Que se passerait-il si l'objectif était l'amélioration de l'environnement et de la qualité de vie de l'ensemble de la population montréalaise...et du Québec ...

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 17 octobre 2011 07 h 04

    Ce pont va durer combien de temps?

    PPP, utilisateur- payeur des notions pour leurrer le contribuable.
    Le privé voudra s'engager pour une période bien définie: vingt-cinq ans, trente ans peut-être. Mais va-t-on encore, comme pour le pont Champlain, construire un pont à durée limitée? Nous faudra-t-il, après cette période, assumer un entretien extrêmement coûteux pendant vingt ans, jusqu'à un nouveau PPP? Car le privé ne voudra jamais s,engager pour soixante-quinze ou cent ans.
    Croire à la formule PPP, c'est croire que le capitalisme est devenu philanthrope.
    Il y a de fortes chance que je n'emprunte jamais ce nouveau pont. Alors je n'en serai jamais un utilisateur. Alors peut-on m'assurer qu'aucune partie des impôts que je paie ne servira à financer ce pont?
    La notion d'utilisateurs-payeurs, c'est juste une autre forme de taxation.

  • Sanzalure - Inscrit 17 octobre 2011 08 h 11

    Il faut choisir : monarchie ou démocratie

    En démocratie, c'est une personne, un vote. Ce n'est pas une phrase vaine, c'est un principe. Cela veut dire que même si chaque être humain est différent, nous sommes politiquement tous égaux.

    En monarchie, il y a un monarque et des vassaux (les vassaux se divisant en marquis, duc, barons et ainsi de suite jusqu'aux serfs complètement en bas de l'échelle). Les gens sont tout politiquement inégaux.

    Deux systèmes mutuellement exclusifs. C'est pourtant facile à comprendre!

    Serge Grenier

    P.S. Et ne me répondez pas que la reine actuelle est fine. Cela ne change absolument rien à la situation.

  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 17 octobre 2011 08 h 12

    Navrant!

    La majorité des gens sont d'accord comme si on ne payait pas déjà ce pont avec nos impôts et nos taxes sur l'essence . Quand à la formule en PPP elle augmentera sensiblement le coût de ce pont ne serait-ce qu'à cause des taux d'intérêts plus élevé que les prêteurs chargent au privé.

    Quand on songe en plus à la surprime de 30% qu'on paie avec le système des firmes d'ingénieurs et des entreprises de construction, qui gère aujourd'hui la construction de routes et d'infrastructures au Québec ,on est pas sortis de l'auberge!

    Évidemment quand le troupeau s'avance de lui-même pour la tonte comme nous l'apprend cette nouvelle , à quoi ça sert de se méfier des loups qui se nourrissent déjà dans la bergerie!