Amnistie Internationale demande à Ottawa d’arrêter George W. Bush

George W. Bush et Bill Clinton doivent participer la semaine prochaine à une conférence économique à Surrey, en Colombie-Britannique.
Photo: Agence Reuters Jim Young George W. Bush et Bill Clinton doivent participer la semaine prochaine à une conférence économique à Surrey, en Colombie-Britannique.

Ottawa — La section canadienne d’Amnistie Internationale demande à Ottawa de passer les menottes aux poignets de l’ex-président américain George W. Bush lors de son passage en Colombie-Britannique la semaine prochaine.

Human Rights Watch, pour sa part, prône une solution moins expéditive mais demande au gouvernement fédéral d’ouvrir une enquête sur les gestes posés par l’ancien président américain.

Amnistie plaide que les lois canadiennes et le droit international obligent le gouvernement à détenir George W. Bush et à ouvrir une enquête pour crimes de guerre et torture.

Torture


Le secrétaire général d’Amnistie, Alex Neve, a soutenu aujourd'hui devant la presse à Ottawa que l’ancien président a lui-même avoué dans ses mémoires qu’il avait autorisé l’utilisation de la torture contre des suspects dans les dossiers de terrorisme.

M. Neve a fait valoir que les Américains avaient utilisé une vaste gamme de méthodes de torture pour faire parler des détenus, dont la simulation de noyade, les agressions physiques et la privation de sommeil.

Il a ajouté qu’Amnistie Internationale avait fait parvenir un document au gouvernement fédéral exposant l’ensemble de ses obligations en vertu du droit international.

Human Rights Watch, une organisation qui œuvre dans le même secteur qu’Amnistie, demande à Ottawa de se pencher sur le feu vert donné par l’ancien président à la torture de prisonniers. Le refus de Washington d’enquêter sur ce dossier rend encore plus importante la tâche d’Ottawa, plaide l’organisation.

George W. Bush et Bill Clinton doivent participer la semaine prochaine à une conférence économique à Surrey, en Colombie-Britannique.
6 commentaires
  • Gravelon - Inscrit 12 octobre 2011 15 h 31

    Cause toujours

    Bush, Rumsfeld ainsi que la petite gang de meurtriers sont en train de couler une re traite trés confortable, en toute quiétude et en toute impunité. Mais ce sont les électeurs qui doivent faire un examen de conscience. Ils ont voté pour ce monstre à deux occasions.

  • Francis Lachapelle - Inscrit 12 octobre 2011 16 h 21

    Naiveté

    Il faut vraiment être naïf pour croire que les conservateurs retiendront quelqu'un qui a utilisé des procédés qu'eux-mêmes rêveraient d'appliquer ...

  • Andre Vallee - Inscrit 12 octobre 2011 16 h 26

    Il y a...

    Il y a des bandits qui vont à l'église et d'honnêtes gens qui n'y vont pas... et vice versa.

  • France Marcotte - Inscrite 12 octobre 2011 16 h 29

    Trop bien habillé pour ça!

    Les mots torture et crimes de guerre n'existent pas quand on porte une si belle cravate et qu'on est Américain ( en passant, l'usurpation par nos voisins de cette dénomination pour leur usage exclusif n'est-il pas aussi un crime qui se perpétue?).
    Les crimes de guerre, c'est pour les autres, ceux qui portent tunique, barbe et n'ont pas la peau blanche, etc.
    Merci à Amnistie International d'appeler un chat un chat, même s'il est botté et bien habillé.

  • Gravelon - Inscrit 12 octobre 2011 18 h 59

    Petite satisfaction

    Je viens d'apprendre par le monde quotidien que Bush a annulé récemment un voyage en Suisse parce qu'il se savait sujet à une poursuite éventuelle. Bon, ce n'est pas grand chose, mais je ne sais pas pourquoi j'eprouve une légère satisfaction.