Air Canada: le syndicat maintient le débrayage prévu

Un avion d'Air Canada. La fin de semaine dernière, les agents de bord ont rejeté l’entente de principe conclue entre le Syndicat canadien de la fonction publique et la partie patronale.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Un avion d'Air Canada. La fin de semaine dernière, les agents de bord ont rejeté l’entente de principe conclue entre le Syndicat canadien de la fonction publique et la partie patronale.

Toronto — Le syndicat qui représente les agents de bord d’Air Canada annonce mercredi que les 6800 syndiqués déclencheront la grève comme prévu, en tout début de nuit, jeudi.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les agents de bord, affirme ce matin, par voie de communiqué, que les syndiqués ont le droit d’appliquer ce moyen de pression. Il se dit néanmoins disponible pour une reprise des négociations.

Hier, le gouvernement du Canada a demandé au Conseil canadien des relations industrielles de se pencher sur le conflit; cette procédure devait empêcher les employés de faire la grève à minuit et une minute, demain.

La ministre fédérale du Travail, Lisa Raitt, estime qu’une grève est inacceptable, car elle aurait des effets néfastes sur l’économie canadienne.

Même si la Chambre des communes interrompait l’actuelle pause des députés pour leur demander de voter sur un projet de loi forçant le retour au travail des agents de bord d’Air Canada, les règles parlementaires empêchent toute loi d’être adoptée avant le début de l’éventuelle grève.

La fin de semaine dernière, les agents de bord ont rejeté l’entente de principe conclue entre le Syndicat canadien de la fonction publique et la partie patronale. Ils ont également donné un préavis de grève pour demain matin.
2 commentaires
  • Paul Lalande - Inscrit 12 octobre 2011 13 h 48

    La routine quoi...

    Il me semble que c'est quasi annuelle cette menace de débrayage; cela me fait penser à la STCUM des années 70's. Signe d'un malaise évident entre les employeurs et les employés...

  • Sebas124 - Inscrit 12 octobre 2011 14 h 46

    Dangereux Précédent

    "La ministre fédérale du Travail, Lisa Raitt, estime qu’une grève est inacceptable, car elle aurait des effets néfastes sur l’économie canadienne."

    À ce compte là, toute grève peux être considérée comme néfaste pour l'économie....Est-ce que les employés n'ont plus le droit de grève au Canada sous les conservateurs?

    Dangeureuse ingérence...