Pont Champlain: Ottawa annoncerait demain l'étude de faisabilité

Le pont Champlain<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le pont Champlain

Après s’être fait tirer l’oreille pendant des mois, le gouvernement fédéral devrait annoncer demain son engagement à remplacer le pont Champlain, selon Radio-Canda.

Le nouveau ministre des Transports, Denis Lebel, sera à Montréal non pas pour enclencher la construction d’un nouveau pont mais plutôt lancer l’étude de faisabilité qui permettra de déterminer le type de structure.

On se rappellera qu’une étude de préfaisabilité avait déjà fait l’analyse des infrastructures de remplacement; l’option d’un tunnel sous le fleuve représentait peu d’intérêts compte tenu du transport de marchandises dangereuses.

De plus, les experts qui signaient cette étude (consortium formé des firmes de génie-conseil BPR, Cima+, Dessau et Egis), ont examiné les différents modes de réalisation de la future infrastructure. Le partenariat public-privé (PPP) recevait la faveur des experts qui estimaient qu’il donnerait des assurances sur la conception et la viabilité à long terme du futur pont.

Le consortium notait toutefois que le PPP coûterait plus cher que le mode traditionnel puisque le gouvernement a une capacité d’emprunt que n’ont pas les entreprises privées. Il soulignait également qu’en choisssissant le PPP, le gouvernement ne profiterait pas de souplesse pour apporter des changements en cours de réalisation.

«Le critère de l’optimisation de la conception sur l’ensemble du cycle de vie du projet favorise la réalisation du projet en mode PPP par rapport aux deux autres modes de réalisation», écrivaient les experts.

Ces derniers ont conclu dans leur analyse à la vétusté du pont Champlain et recommandé son remplacement. Jusqu’à maintenant, le silence du gouvernement fédéral a soulevé beaucoup de critiques dans la population. L’état de délabrement du pont le plus achalandé du Canda suscite de nombreuses inquiétudes.

Au cabinet du ministre Lebel, on a rappelé hier que «le pont Champlain est sécuritaire, que le gouvernement a agi de façon responsable» en investissant 380 millions pour assurer la sécurité sur le pont.