Les libéraux sont réélus à l'Île-du-Prince-Édouard

Charlottetown — Les libéraux de Robert Ghiz ont été reportés au pouvoir à l'Île-du-Prince-Édouard, hier, en enlevant 22 des 27 circonscriptions de la province.

M. Ghiz, qui, à 37 ans, est le plus jeune chef de gouvernement provincial au Canada, a été un des premiers élus de la soirée. Seulement deux de ses ministres ont mordu la poussière: Allan Campbell (Innovation et Enseignement supérieur) et Neil LeClair (Pêche, Aquaculture et Développement rural). M. Ghiz n'a pu s'empêcher de décocher quelques flèches à l'endroit de ses adversaires. «Ce fut une campagne extrêmement négative au cours de laquelle plusieurs fausses accusations ont été lancées contre ma famille et des députés. J'ai choisi de faire preuve de noblesse. J'en suis fier. Je suis heureux d'avoir gagné ces élections.»

Les libéraux obtiennent 51,4 % des suffrages contre 40,2 % pour les conservateurs, qui n'ont que cinq élus, dont leur chef, Olivia Crane.

En Ontario


Par ailleurs, le chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario a défendu hier la brochure électorale sur l'éducation sexuelle distribuée par sa formation, un document que les libéraux ont qualifié d'homophobe. Tim Hudak a soutenu, lors d'un point de presse, que l'enseignement sexuel aux élèves de première année tel qu'il a été prévu par le Parti libéral de Dalton McGuinty n'est pas adéquat. Selon lui, les enfants devraient plutôt apprendre l'alphabet ou les mathématiques. La brochure des conservateurs presse les parents de ne pas accorder leur vote aux libéraux, puisque ceux-ci les garderaient «dans l'ignorance» quant à la matière qui est enseignée en classe.

Toujours en Ontario, l'archevêque Desmond Tutu, Prix Nobel de la paix en 1984, a appuyé hier la candidature d'un néodémocrate dans les élections provinciales en cours en Ontario. Il a donné son appui à Anil Naidoo, un Sud-Africain comme l'archevêque qui se présente dans la circonscription d'Ottawa-Centre.

À voir en vidéo