Les finances du NPD seront scrutées

Ottawa — Au tour du financement du Nouveau Parti démocratique de passer au crible des parlementaires. Un comité de la Chambre des communes entendra à compter de demain des témoins pour déterminer si la formation de feu Jack Layton a enfreint la Loi électorale en vendant des publicités-commandites à six syndicats pour financer son congrès de juin dernier, à Vancouver.

La commissaire à l'éthique et aux conflits d'intérêts, Mary Dawson, sera entendue demain tandis que le directeur général des élections, Marc Mayrand, comparaîtra mardi. La Loi électorale interdit aux syndicats et entreprises de financer de quelque façon que ce soit les partis politiques fédéraux. La commandite par ces entités est elle aussi interdite, mais pas l'achat de publicités à sa «juste valeur marchande». La Loi électorale ne spécifie toutefois pas la différence entre commandite et publicité.

Six syndicats se sont affichés au congrès du NPD à Vancouver. Plusieurs d'entre eux ont utilisé les mots «commandites» et «publicité» indistinctement pour désigner leur contrat avec le NPD. Trois des six syndicats ont indiqué au Devoir avoir payé une somme totalisant 85 000 $ pour ces forfaits de visibilité. La somme minimale semble être de 25 000 $ par syndicat, ce qui porterait le montant total touché par le NPD à au moins 160 000 $. Lors du congrès de 2009, à Halifax, au moins un syndicat — les Métallos — a reconnu avoir versé 25 000 $.

«C'est très clair que c'est contre la Loi électorale. C'est une entorse à la Loi électorale. On ne peut pas accepter de dons d'entreprises ou de syndicats et nous pensons qu'ils doivent dire clairement ce qu'ils ont fait», explique le député conservateur Dean Del Mastro, qui siège au comité. «On considère que les règles ont été suivies, rétorque la chef par intérim Nycole Turmel. Alors, c'est à eux de prouver le contraire.»

Les conservateurs ont utilisé leur majorité au comité pour empêcher que les responsables du NPD témoignent pour livrer leur version des faits, ce qui fait dire au NPD qu'il s'agit d'une opération de salissage. Les conservateurs soutiennent qu'ils sont «ouverts à la possibilité d'écouter d'autres témoins si nécessaire». Le Parti conservateur a déposé une plainte auprès d'Élections Canada à propos de ces publicités-commandites.
2 commentaires
  • Fabien Nadeau - Abonné 28 septembre 2011 07 h 16

    Yé, la guerre sale!

    Je pense qu'on s'en va vers une dictature de la droite. Les Conservateurs ont le pouvoir et se servent de tous les instruments à leur disposition pour discréditer les partis d'opposition et leur couper les vivres. Le peuple devra se lever debout avant qu'il soit trop tard. Je crois bien que nous avons créé un monstre.

  • Daniel Bérubé - Abonné 30 septembre 2011 14 h 38

    Petite précision...

    @ Fabien Nadeau

    Je suis d'accord avec votre point de vue, sauf pour la dernière phrase: Je crois bien que nous avons créer un monstre. Je ne me vois pas dans ce "nous", n'ayant pas voté conservateur, et j'en suis fier... comme la majorité des québécois !

    Peut-être un autre point... quand vous comparer le P.C.C. à un monstre... je trouve que vous manquez de politesse face aux monstres...