Politique fédérale - L'arrivée de Persichilli est décriée à Québec

Québec — La classe politique québécoise dénonce la nomination, par le premier ministre Stephen Harper, d'Angelo Persichilli à la fonction stratégique de directeur des communications.

M. Persichilli doit s'expliquer sur ses propos passés sur le Québec et M. Harper doit publiquement s'en dissocier, a déclaré hier le ministre des Affaires intergouvernementales, Pierre Moreau. «Les propos sont inexacts. Ils sont inacceptables. L'un doit s'en expliquer, l'autre doit s'en dissocier», a-t-affirmé.

L'opposition péquiste va plus loin, en demandant au premier ministre Harper de remettre en question la nomination de M. Persichilli. «Il faut que M. Harper dise lui aussi que ce n'est pas acceptable et il doit revenir sur son choix», a commenté le porte-parole péquiste en matière d'affaires intergouvernementales, le député Bernard Drainville. Il considère que cette nomination, qui illustre un «manque de respect», voire un «mépris» envers le Québec, n'est pas de nature à apaiser les relations Québec-Ottawa.

Le choix par le premier ministre de quelqu'un comme M. Persichilli pour exercer un rôle aussi influent sur la politique canadienne a donc créé un profond malaise au Québec, hier. On reproche à l'ex-journaliste de ne pas parler un mot de français, mais surtout d'avoir tenu dans le passé des propos très critiques et mensongers sur le Québec.

Son prédécesseur, Dimitri Soudas, était parfaitement bilingue et provenait du Québec.

Ancien chroniqueur au Toronto Star, au Hill Times et au Toronto Sun, M. Persichilli a déjà écrit qu'il y avait trop de francophones au Parlement et dans la fonction publique fédérale.

De son côté, le député fédéral du NPD Roméo Saganash conclut de cette nomination que le premier ministre Harper est prêt à se passer du Québec, pour punir les électeurs de ne pas avoir voté pour lui lors des dernières élections générales.

En agissant ainsi, M. Harper «a fait une croix sur le Québec», a commenté M. Saganash.
15 commentaires
  • Jean-Michael Bissada - Inscrit 3 septembre 2011 01 h 49

    Injures données comme des petits pains chauds...

    Pourquoi ne suis-je pas frustré/incommodé/insulté par cette nomination? Parce que depuis trop d'années le Québec n'a plus rien à s'attendre du Canada... Je ne suis vraiment pas surpris non plus..

  • Jean Martinez - Inscrit 3 septembre 2011 03 h 45

    Oui, Roméo, oui!

    Roméo, quand je vois un autochtone comme toi qui défend autre chose que les intérêts des autochtones, je dis bravo. Tu comprends qui t'a élu le 2 mai dernier. Continue sur cette voie.

  • Fernand Turbide - Inscrit 3 septembre 2011 05 h 42

    La mesquinerie de Harper..

    Ce n'est pas un accident de parcours et c'est en connaissance de cause que le premier ministre du canada a fait cette nomination. Il a lui-même tenu des propos semblables il y a quelques années et je ne me fais pas d'illusion sur ce que pense Harper du Québec. Pour lui le canada est un pays anglophone et monarchique et le Canada français n'est qu'une épine au pied encore pour quelques temps.

    Fernand Turbide

  • nb165 - Inscrit 3 septembre 2011 05 h 49

    Bof....

    Après le vote tout à fait illogique pour le NPD, le ROC ne sent plus le besoin de faire plaisir à cette minorité insignifiante. En fait cher Québécois on a ce que l'on mérite. Ce n'est que le début pour ce gouvernement raciste...

  • Robert Leger - Inscrit 3 septembre 2011 07 h 06

    Appelons les choses par leur nom : racisme !

    N'importe qui tiendrait le discours du nouveau directeur des communications qu'on le pendrait haut et court. Mais il parle des francophones du Canada, alors...

    Remplacez le mot francophone par noir, juif ou arabe et vous verrez l'effet que ça fait.

    Harper raciste ? Oui, quelles que soient les excuses de son candidat.