Adieux émus du pays à Jack Layton

En milieu d'après-midi aujourd'hui, le cercueil de M. Layton prendra la route vers Toronto. Il sera exposé à l'hôtel de ville où il a fait ses premières armes en politique comme conseiller municipal. Au City Hall de Toronto (notre photo), des centaines de personnes sont déjà venues lui rendre hommage. <br />
Photo: La Presse canadienne (photo) Frank Gunn En milieu d'après-midi aujourd'hui, le cercueil de M. Layton prendra la route vers Toronto. Il sera exposé à l'hôtel de ville où il a fait ses premières armes en politique comme conseiller municipal. Au City Hall de Toronto (notre photo), des centaines de personnes sont déjà venues lui rendre hommage.

Ottawa — Pendant sept ans, Jack Layton s'est servi du foyer de la Chambre des communes pour exprimer et défendre haut et fort ses idées politiques. Hier, c'est dans un immense silence que des milliers de Canadiens ont foulé ce même lieu pour rendre un dernier hommage au chef du NPD, exposé en chapelle ardente.

Chargée de chagrin, la journée a été solennelle sur la colline parlementaire. À 20h15, la file de citoyens désirant se recueillir un instant sur le cercueil de M. Layton s'étirait encore sur plusieurs centaines de mètres, partant de l'édifice du centre et encadrant complètement celui de l'est. Les derniers visiteurs devaient sortir du parlement vers 23h, soit plus de deux heures après l'heure de fermeture initialement prévue.

Couvert d'un immense drapeau canadien, surveillé par une haie d'honneur de gendarmes de la GRC, le cercueil de M. Layton a été transporté sous la tour de la Paix à 10h40. Le temps était chaud, le ciel dégagé. Le son d'une cornemuse a ensuite fendu le silence pour célébrer la dernière entrée de Jack Layton au Parlement. Sa femme, Olivia Chow (elle-même députée), ses enfants, leurs conjoints, sa petite-fille et son ex-femme ont ouvert le cortège.

Le cercueil de M. Layton a été placé au coeur du foyer de la Chambre, là où les politiciens tiennent chaque jour les points de presse suivant la période de questions. Comme le veut le protocole, quatre gardes se sont succédé tout au long de la journée pour veiller le corps de M. Layton, le regard baissé et la pose immobile.

D'abord sa femme

Mme Chow s'est la première recueillie sur le cercueil: très digne, mais fortement ébranlée, elle a eu du mal à retenir ses larmes. La famille immédiate de M. Layton l'a rejointe, puis tous ont pris place près d'une rangée de drapeaux où des rubans noirs se mêlaient au rouge et blanc. Pendant plus de deux heures, ils ont reçu les témoignages de sympathie de centaines de dignitaires.

Le gouverneur général David Johnston a ouvert la procession en posant une main sur le cercueil. Sa prédécesseure, Michaëlle Jean, a suivi, visiblement bouleversée, une main sur le coeur. La liste des présences inclut les ministres Christian Paradis, Peter Van Loan, Lisa Raitt; l'épouse du premier ministre (qui est en déplacement dans le Nord, mais sera de retour pour les funérailles), Laureen Harper; l'ancien premier ministre Joe Clark; plus de 80 diplomates, 85 députés (dont les deux tiers du caucus néodémocrate et le chef libéral, Bob Rae), 15 sénateurs, 250 membres du personnel de la Chambre des communes...

L'ancien chef du NPD Ed Broadbent s'est présenté aux côtés de l'actuelle chef intérimaire, Nycole Turmel. Les deux avaient les yeux rouges, le visage marqué par la tristesse. Même émotion chez les deux chefs adjoints, Libby Davies et Thomas Mulcair. À l'approche du cercueil, M. Mulcair a semblé submergé par la peine: il s'est signé et a pris une grande respiration en serrant les lèvres pour contenir son émotion.

Public


Cette première vague passée, ce fut au tour du grand public, nombreux, très nombreux. En fin de journée, on estimait que plus de 4000 personnes avaient défilé devant le cercueil de M. Layton — un chiffre appelé à grossir aujourd'hui, demain et samedi, alors que l'exposition se poursuit à Ottawa et à Toronto. En 2000, de 50 000 à 60 000 personnes avaient défilé devant le corps de Pierre Elliott Trudeau.

Emboîtant le pas à Olivia Chow, plusieurs députés néodémocrates sont allés à la rencontre du public, serrant des mains, recueillant quelques témoignages, prenant des photos de l'ampleur de la manifestation de respect. Élu de la circonscription englobant Rivière-du-Loup, François Lapointe a pris plus d'une heure avant de parvenir au bout de la file d'attente. «Ça fait du bien d'entendre les commentaires des gens, de voir comment Jack Layton les a touchés», disait-il.

Dans la file d'attente, des gens de tous âges, de toutes nationalités. Et de toutes allégeances: «Je n'ai pas voté pour lui, racontait un résidant de la Vallée-du-Richelieu qui a fait le trajet pour l'occasion. Mais ce qu'il a fait durant les dernières élections était remarquable: pour réussir à déloger des députés d'expérience avec des candidats que personne ne connaissait, ça prenait une personnalité hors de l'ordinaire.»

Le mouvement de sympathie déclenché par la mort de Jack Layton touchera jusqu'à la tour du CN à Toronto, qui sera illuminée en orange dans la nuit de samedi à dimanche pour célébrer la mémoire de celui qui a été professeur, conseiller municipal et député fédéral dans la Ville reine.

***
Veuillez noter que ce texte a été modifié après publication.
6 commentaires
  • Turbine - Abonné 25 août 2011 01 h 02

    Ça m'attriste tellement.

    J'espère que les Québécois reconnaîtront les valeurs humaines que prônait Jack et les mettront en évidence en votant pour des politiques humaines qui tiennent compte des gens.

    J'ai particulièrement été touchée par le message destiné aux jeunes dans son ultime lettre. Prenons soin des autres...

    Oui Jack! Je vais continuer à travailler pour véhiculer les valeurs de la gauche autant au pilier fédéral que provincial. Que ta mort prématurée n'est pas été vaine...

  • Débrouillard - Inscrite 25 août 2011 06 h 15

    Génial

    Géniale la caricature de Garnotte!

    Tout y est: optimisme, soutien, courage, valeurs transmises et enracinées.

    Kimtilou

  • Yvon Bureau - Abonné 25 août 2011 09 h 38

    Ce qui me réjouit

    Jack a été un GRAND vivant jusquà la fin.

    Jack, merci d'avoir vécu, d'avoir si intensément vécu,

    Ta vie a fait honneur à la vie !

    Comble maintenat tes proches de toute ta tendresse.

    Maintenant, à chacun de nous de faire héritage de tes valeurs rassembleuses et porteuses de futur plus intéressant pour tous.

  • Lise Lachance - Inscrit 25 août 2011 09 h 56

    Jack - la voix du peuple ...et l’histoire des gens qui le lui ont bien rendu !

    Je suis fière pour lui - car avant de partir – il a réalisé un rêve en devenant chef de l'opposition officielle, porté par cette immense vague orange d'amour et de confiance des gens.

    Et je rêve à mon tour, qu’à son image,
    « faire de la politique différemment »
    devienne « contagieux » et que l’humain
    soit désormais la priorité des politiciens.

    Son âme, son ultime message d'espoir
    «…Et nous changerons le monde»
    ainsi que sa «recette» pour y arriver
    survivront dans nos cœurs à tout jamais !

    SALUT JACK !

    Sincères condoléances aux proches qu'il aime tant.


    Lise Lachance

  • Gerald Durocher - Inscrit 25 août 2011 13 h 19

    Un Chef de l'Opposition sans pareil...

    Je n'ai pas la réponse, mais j'aimerais qu'un journaliste ou un histoirien (ou
    les deux à la fois), voire un professeur spécialisé dans la Politique fédérale et
    son histoire nous fasse le relevé des Chefs de l'Opposition à Ottawa...Combien
    ne sont pas devenus Premier ministre, combien l'on été par intérim (nomina-
    tion par le Caucus), etc... C'est à partir d'un tel portrait de chacun de ces Chefs et de leur performance électorale... que l'on pourra - à mon humble avis-voir davantage la réelle place que l'HISTOIRE devra faire à Jack Layton. En ce qui me regarde, j'ai la nette impression qu'il doit se démarquer comme
    leader qui à multiplié par 3 (en arrondissant) sa députation- sans devenir
    Premier ministre... Qui peut m'aider à trouver la réponse. Merci Gérald Durocher, Lanaudière.