«Marine royale»: Peter MacKay dit avoir réparé une «erreur historique»

Les ministres fédéraux de la Justice et de la Défense, Rob Nicholson et Peter MacKay, ont annoncé officiellement de nouvelles nomenclatures pour différents corps de l’armée, en y ajoutant la mention «royale». <br />
Photo: Agence Reuters Sandor Fizli Les ministres fédéraux de la Justice et de la Défense, Rob Nicholson et Peter MacKay, ont annoncé officiellement de nouvelles nomenclatures pour différents corps de l’armée, en y ajoutant la mention «royale».

Ottawa — La royauté est en vogue à Ottawa: après le retrait de toiles d'Alfred Pellan au profit d'un portrait de la reine au ministère des Affaires étrangères, c'est la marine et le corps d'aviation des forces armées qui bénéficient maintenant d'un traitement royal visant à corriger une «erreur historique», selon le gouvernement. D'autres sont plus sceptiques...

Le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, a ainsi confirmé hier le rétablissement immédiat des désignations traditionnelles de la marine royale canadienne (MRC), de l'armée canadienne et du corps d'aviation royal canadien (CARC).

Dans un processus d'unification des services de l'armée en février 1968, le gouvernement Pearson avait décidé d'abandonner ces appellations pour parler plutôt de trois commandements (maritime, aérien et force terrestre) formant indistinctement les forces armées canadiennes. Selon M. MacKay, il s'agissait là d'une «erreur historique» qu'il fallait absolument réparer.

«Le rétablissement des désignations d'origine permet de renouer avec la glorieuse histoire et les fières traditions» de la marine et du corps d'aviation, a affirmé le ministre. Questionné à savoir combien coûterait ce changement, M. MacKay a répondu que cela était «priceless» («ça n'a pas de prix»), sans vouloir préciser.

La décision du gouvernement a été annoncée exactement 100 ans après la création de la marine. Elle survient neuf mois après qu'un comité sénatorial a adopté une motion demandant la création de l'appellation «marine canadienne» — mais sans le mot «royal».

La Légion royale canadienne, une organisation d'anciens combattants, a applaudi le geste du gouvernement en disant qu'il répond à un débat «qui soulevait les passions de nos membres».

Mais la décision d'Ottawa est reçue avec étonnement ailleurs. Le professeur d'histoire au Collège militaire royal du Canada, Roch Legault, estime que «le débat n'était pas majeur» et qu'il n'y avait pas lieu de ramener le mot «royal» si le gouvernement désirait renommer la marine. «C'est du marketing, dit-il, et je ne crois pas que ce soit très habile pour convaincre les francophones et les gens de Toronto de s'engager.»

Vétéran de la marine, le député libéral Marc Garneau était lui aussi perplexe. «Ça va plaire à certains vétérans qui aiment la tradition, mais ça va déplaire à tous ceux qui perçoivent ça comme un geste régressif alors qu'ils préfèrent voir le Canada comme un pays moderne et émancipé», détaché de son passé colonisé, croit M. Garneau.

Pour le Bloc québécois, il s'agit d'un «retour en arrière [...] motivé par le désir de faire plaisir à la base militante des conservateurs attachée à la monarchie». Le groupe Citizens for a Canadian Republic a de son côté rappelé au gouvernement que «les années 50 sont terminées».
46 commentaires
  • VITRILLOLA - Inscrite 17 août 2011 04 h 49

    TOUT ÇA POUR... UN SYMBOLE À L'AGONIE !

    J'ai plusieurs amies canadiennes anglaises et ne sont pas du tout des monarchistes. Pour eux la monarchie britanique c'est aussi loin que le pape, et comme la plupart des jeunes de notre génération (J'ai 30 ans), et, davantage les générations qui suivent, trouvent que ça coûte cher la couronne ! Wendy m'a même demandé hier combien nous coûtait la monarchie britanique au Canada ? J'ai pas pu répondre, mais je lui ai dit que ça devait nous coûter une coupe de millions dans nos impôts. Mon amie Wendy qui habite Vancouver m'a dit que pour la plupart des jeunes de BC trouve que ce symbole est d'une autre époque, plus une affaire de vieux, et que cela ne l'a guère étonné que d'anciens combattants aient salués l'initiative toute conservatrice qui justement est un truc pour flatter l'aile de la droite extrême du parti. Elle trouve aussi que la monarchie britanique relève finalement de la colonisation plus qu'à la réelle identité du vrai Canada. Elle m'a accordé la permission de vous écrire son opinion sur le site du Devoir qu'elle aimerait bien lire un jour afin que vous compreniez que la monarchie est loin d'être coast to coast dans le vrai monde à travers le Canada. Et je pense pas mal comme elle !

  • Marc L - Abonné 17 août 2011 05 h 28

    L'art de l'insignifiance opaque !

    «Le rétablissement des désignations d'origine permet de renouer avec la glorieuse histoire et les fières traditions» de la marine et du corps d'aviation, a affirmé le ministre. Questionné à savoir combien coûterait ce changement, M. MacKay a répondu que cela était «priceless» («ça n'a pas de prix»), sans vouloir préciser.

    Comme d'habitude, les conservateurs ne répondent pas aux questions et en plus ils nous démontrent qu'ils veulent s'occuper des vrais problèmes du Canada... ben un peu, peut-être... Ah finalement laissez tomber.

    En réalité, je me demande bien à qui une telle nouvelle peut faire plaisir. Après 40 ans d'utilisation d'autres appellations, l'introduction de ce changement n'est que la résultante d'une approche politique dogmatique et prétentieuse. Les militaires ont un travail à faire et qu'on leur accole ou non un "Royal" dans le nom ne change rien.

  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 17 août 2011 06 h 47

    McKay le ministre en culotte courte

    On comprend McKay de vouloir se raccrocher aux traditions quand on a vu toute son insignifiance lors de son court séjour aux Affaires étrangères. Un ministre insipide avec aucune connaissance des dossiers internationaux qui était béat d`admiration devant Condeleeza Rice la vautour américaine. Harper a appellé Max "Joe Louis" Bernier d`urgence à l`époquee pour le remplacer, ce qui démontre bien toute la compétence et la profondeur de ce gouvernement réformiste .

    Depuis l`arrivée des Conservateurs le Canada a l`air d`un pays d`ignares sur la scèneinternationationale. Pour être cohérent avec les politiques de coupures qu`ils disent vouloir mettre en place , ils devraient abolir ce ministère et laisser leurs idoles britanniques et américaines s`en occuper.
    De toute façon ils ne font qu`entériner les politiques de ces pays et former avec eux une espèce de confédération Wasp nostalgique de leur puissance révolue.

  • Pierre Langlois - Abonné 17 août 2011 06 h 49

    Les coûts de ce ptit changemnt

    J'imagine que les uniformes devront être modifiés, le papier à lettre, les armoiries sur les véhicules (avions, bateaux), etc...Priceless, nous dit le ministre. Les orangistes ont le bras long et même si on a un certain respect pour le vétérans, ça ne rendra pas leur membre aux amputés et la santé aux soldats traumatisés....Ce n'est pas Priceless...

    Ce qui me réjouit, c'est que le terme "royale" ça convient presque à la qualité des sous-marins (acheté d'Angleterre) vétustes mais chèrement payés et des navires qui ne peuvent traverser les glaçes du Nord...pour le plus grand bien de notr souverainneté "Canadian"

    Un autre trip d'égo d'une frange des conservateurs....Encore quatre années...de pitreries dispendieuses

  • Roland Berger - Inscrit 17 août 2011 07 h 04

    Une royale insulte

    Il ne faut pas s'y tromper. Les têtes orangistes qui gouvernent actuellement le Canada ne sont pas inconscientes. Elles savent parfaitement bien que ce retour en arrière constitue une gifle au visage des Québécois et des néo-Canadiens, qui n'ont rien à foutre de l'attachement des anglophones de souches, nettement minoritaire, à la couronne britannique. Une royale insulte !
    Roland Berger