Pont Champlain: le NPD n'écarte pas le PPP

Le NPD ne veut pas que les discussions sur le pont Champlain soient de nature «idéologique»<br />
Photo: - Le Devoir Le NPD ne veut pas que les discussions sur le pont Champlain soient de nature «idéologique»

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) se dit prêt à examiner les avantages d'un partenariat public-privé (PPP) pour la réalisation du nouveau pont Champlain ou pour d'autres infrastructures routières.

Le NPD pressait hier Ottawa d'annoncer la construction d'un nouveau pont Champlain et des investissements pour les routes du pays lorsque le porte-parole adjoint en matière de transport, Jamie Nicholls, a tenu ces propos étonnants pour le parti social-démocrate, qui s'oppose généralement aux projets de privatisation. «Les PPP ne sont pas quelque chose de simple, on ne peut pas présenter ça comme quelque chose qui va permettre d'économiser des sous aux contribuables, mais l'avantage des PPP pour un gouvernement, c'est de partager les risques», a déclaré le député de Vaudreuil-Soulanges.

M. Nicholls a toutefois précisé que le mode PPP n'est pas une solution logique dans tous les projets d'infrastructures routières. Il suffit de bien évaluer «au cas par cas» si un partenariat avec le privé risque de nuire à un projet ou de l'aider.

Le NPD ne veut pas que les discussions sur le projet du pont Champlain soient de nature «idéologique», c'est pourquoi il s'ouvre à toutes les formes de financement. La priorité, c'est que le pont soit remplacé, a expliqué le député néo-démocrate de Brossard-La Prairie, Hoang Mai. «On veut faire avancer le dossier, on veut que le gouvernement dise oui pour le remplacement, et par la suite, on va s'asseoir et, si le problème, c'est un manque de moyens, on est prêts à évaluer les possibilités. Ce n'est pas des chicanes politiques qu'on veut faire, ce n'est pas une idéologie non plus: on veut regarder les solutions.»

En mars dernier, Le Devoir révélait que les experts signataires de l'étude de préfaisabilité portant sur le remplacement de l'actuel pont Champlain favorisaient une réalisation en PPP. Ils jugeaient cette option plus coûteuse, mais soulignaient que le PPP permettrait d'éviter les problèmes de conception, qui semblent être à l'origine de l'état critique du pont qui relie Montréal et la Montérégie.

Le ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités du Canada, Denis Lebel, n'a pas voulu réagir hier à la conférence de presse du NPD, ni indiquer si le mode en PPP était examiné de plus près pour le pont Champlain. Il a simplement répondu, par la voix de son attaché de presse Benoît Fortin, que «toutes les options sont sur la table».

Dans son budget 2011, et depuis la création du bureau fédéral PPP Canada inc. en 2008, le gouvernement conservateur promeut le développement de partenariats avec le privé, surtout pour des projets d'immobilisation. En ce moment, il participe notamment au projet de prolongement de la Chief Peguis Trail à Winnipeg, qui a reçu un financement du gouvernement de 25 millions par l'entremise du Fonds PPP Canada. Au Québec, le fédéral contribue aussi au projet de parachèvement de l'autoroute 30, qui est en partie réalisé en mode PPP.

Il faut par ailleurs rappeler que l'un des premiers grands PPP au Canada a été réalisé avec le gouvernement fédéral: le pont de la Confédération, qui relie l'Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick depuis son inauguration en 1997. Le consortium international SCDI, qui a construit le pont, en assure aujourd'hui l'entretien, et ce, jusqu'en 2032. Il récupère en échange l'argent lié au péage.

Le ministre Denis Lebel est demeuré muet hier au sujet d'une éventuelle annonce concernant un nouveau pont Champlain. Il a indiqué que les options de l'étude de préfaisabilité, qui préconisait la construction d'un tunnel, sont toujours examinées. «[Le ministre] maintient que la sécurité du pont Champlain et de ses utilisateurs est une priorité de notre gouvernement et que, depuis 2009, nous avons investi 379,9 millions dans le corridor du pont Champlain pour qu'il soit sécuritaire pour les millions de personnes et les milliards de biens et de marchandises qui y transitent annuellement, a dit Benoît Fortin. [...] Le gouvernement a reçu et rendu publique l'étude de préfaisabilité, et les conclusions de ce rapport sont actuellement passées en revue.»

Le NPD a également dénoncé hier le «sous-financement» des infrastructures routières canadiennes et a demandé la création d'un plan national des infrastructures. «Il faut que nous préparions une stratégie pour l'entretien des infrastructures à long terme», estime Jamie Nicholls. Le NPD a déjà déposé un projet de loi pour que soit transférée aux municipalités une partie de la taxe d'accise prélevée par le gouvernement fédéral afin qu'elles puissent entretenir leurs infrastructures à long terme.
20 commentaires
  • Assez merci - Inscrit 9 août 2011 03 h 05

    Un pensé z bien..

    Ou va tout l`argent que nous payons déjà sur nos plaques, permis de conduire, taxes sur l`essence et taxes spéciales, taxes à l`achat d`une auto si vous demeurez dans la région de Montréal?

    Pourquoi encore venir en chercher dans nos poches?
    Il me semble que ca devrait être assez (si nous arrêtons la corrruption et surcharge de 30% en construction) pour le routes et ponts.

    PPP pour le pont Champlain, ca parrait beau, moins dispendieux à court terme mais à long terme ???
    Imaginer un pont Chaplain administré par le privé avec une durée de vie de 50 ans.
    Si des problèmes comme nous avons présentement arrivaient après 45 ans ( ou avant ) avec le privé: CROYEZ VOUS SINCÈREMENT que la compagnie ferait les travaux pour rendre le pont sécuritaire ???
    Moi NON,
    La compagnie ferait fallite pour ne pas dépenser des millions en réparations...Même si elle en a fait beaucoup d`argent avec le payage durant les 45 ans.

    Le privé ne coute pas moins cher, au contraire juste à voir dans d`autres pays ou le privé est à l`honneur.

    Ha si on avait un gouvernement pour le peuple au lieu que pour les affaires, la business et les profits pour les amis du système!!!

  • pierre savard - Inscrit 9 août 2011 06 h 25

    Bravo au NPD

    Si c'est vrai bravo au NPD. Y a -til encore des naifs qui pensent que ce pont va être entièrement financé par le public ? Pendant que le système financier est en train de s'écrouler à cause des dettes nationales, il faut commencer à délester l'État de ses bébelles. Ces bébelles ce sont les ponts, les autoroutes, les garderies, la SAAQ, la SAQ, l'éducation, la santé, etc. La richesse est en Asie parce que là-bas les gens ne sont pas des dépendants affectifs envers l'État-papa. Ils sont aussi plus riches que nous. Qu'on donne le pont à SNC-Lavallin. Je ne veux surtout pas voir le maire Tremblay et son oligarchie de fonctionnaires toucher à l'argent des péages. % $ le passage et les droits du pont à SNC pour 50 ans.

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 9 août 2011 07 h 12

    Les PPP

    À date, les PPP, aussi bien au Québec qu'en Angleterre, se sont avérées des fiascos publics créant des eldorados privés.

  • Roland Berger - Inscrit 9 août 2011 07 h 22

    L'armement d'abord

    En ne rejetant pas carrément le recours à une PPP pour la construction d'un nouveau pont, le NPD permet au gouvernement de délaisser les infrastructures au bénéfice de l'achat d'armes, des armes dont il a besoin pour jouer au gros jars aux côtés des Américains.
    Roland Berger

  • Fernand Trudel - Inscrit 9 août 2011 09 h 07

    Le NPD improvise

    Le NPD improvise et émet des solutions qui ne conviennent pas. Un PPP n'est pas une panachée mais une façon de faire payer encore plus le contribuable. René Lévesque avait aboli le péage sur les routes en 1985 et ça c'est un geste pour aider la population que ces députés desservent aujourd'hui en diminuant le fardeau des dépenses des ménages. Que ce soit le gouvernement qui perçoit une taxe ou une entreprise privée à profit qui perçoit un péage encore plus lourd qu'une taxe universelle, les citoyens prennent cet argent dans leur poches. Ils sont trop jeunes pour se souvenir et tabler sur cette leçon d'un grand démocrate comme Lévesque le fut...

    Faut pas leur en vouloir ils ouvrent des dossiers dont les chemises sont vides et se fient au sens du vent pour ébaucher des solutions. C'est pas un gros geste de réflection Mais que voulez-vous on ne leur a pas appris que le passé est garant de l'avenir car il permet d'éviter les erreurs d'antan.

    Je remarque qu'aucun de l'opposition n'ont entendus parler du monorail Trens-Québec y compris les libéraux. Pourtant cette solution peu dispendieuse existe depuis 1983 alors que le Dr Pierre Couture l'avait proposer pour relier Mirabel à Montréal. Un groupe de visionnaitres et de chercheurs ne font que le raviver 28 ans plus tard pour régler les problèmes qu'on aurait du régler avant...

    http://trensquebec.qc.ca/

    Il est temps qu'on planifie l'avenir autrement que par les moyens usuels éculés. Innover pour améliorer la vie urbaine et diminuer les ilôts de chaleur doit devenir leur motivation, le Monorail est un moyen de transport collectif électrifié à envisager et à privilégier dans les solutions pour la fluidité du transit inter rives...