Sheila Copps songe à la présidence du Parti libéral

Sheila Copps, l’ancienne députée libérale de Hamilton-Est, a notamment parlé au chef intérimaire, Bob Rae, au sujet de sa possible candidature à la tête du parti.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Sheila Copps, l’ancienne députée libérale de Hamilton-Est, a notamment parlé au chef intérimaire, Bob Rae, au sujet de sa possible candidature à la tête du parti.

Hamilton, Ontario — L'ancienne ministre libérale Sheila Copps envisage de se présenter à la présidence du Parti libéral du Canada lors du congrès de la formation politique en janvier.

L'ancienne députée de Hamilton-Est, en Ontario, affirme qu'elle a besoin de temps pour faire ses devoirs avant de prendre sa décision d'ici la fin de l'été.

Pour cette tâche qu'elle qualifie de colossale, elle dit avoir besoin de faire de sérieuses recherches.

Même si elle est engagée au PLC depuis de nombreuses années — elle a été députée entre 1984 et 2004 —, il y a toujours des choses avec lesquelles elle n'est pas habituée.

Mais la politicienne chevronnée affirme qu'il est encore trop tôt pour confirmer ses intentions, admettant néanmoins avoir été sondée par les instances du parti.

Elle dit avoir notamment parlé au chef intérimaire, Bob Rae, au sujet de sa possible candidature. Elle s'est aussi entretenue avec le directeur national, des présidents de circonscription, ainsi que des présidents provinciaux, pour se familiariser avec les enjeux principaux du parti.

Elle croit que les libéraux sont présentement coincés au 3e rang à Ottawa et qu'il y a de la place sur la scène politique pour un parti modéré, alors que la gauche et la droite sont occupées.

Mme Copps soutient ne pas avoir parlé à de nombreuses personnes au sujet de sa réflexion, mais ceux qui ont été mis au courant auraient réagi de manière positive.
7 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 28 juillet 2011 08 h 10

    L'ère Trudeau

    Le «Trudeauisme» ne veut pas mourir.

  • André Michaud - Inscrit 28 juillet 2011 08 h 39

    pourquoi pas

    Sheila Copps est bilingue , elle a de l'expérience en politique et des convictions.

    Elle est la seule député qui a eu le courage de se représenter devant ses électeurs pour leur demander leur appui après ne pas avoir tenu une promesse (contre la tps)...

  • northernbud - Inscrit 28 juillet 2011 09 h 08

    Le retour de la vache folle !

    Vraiment, si quelqu'un au PLC lui donne ne serais-ce qu'un semblant de chance, ce sera la preuve, une autre, que ce parti n'a rien compris et qu'il mérite de disparaître de la carte.
    Tant qu'à être parti, mariez là donc au gros Coderre ; ça va nous faire le plus beau "petit" (c'est relatif) couple de démagogues au pays. Il ne restera plus qu'au "père Chrétien" à bénir le mariage.

    Pathétique

  • Michael von Buttlar - Inscrit 28 juillet 2011 10 h 47

    S'autodétruire

    De toute évidence, les libéraux ont maîtrisé l'art de déstruction de soi. Mme. Copps a bien travaillé dans son temps mais elle n'est qu'un rappel des choses du passé que les Canadiens viennent de rejeter lors de l'éléction.

    Je suis d'avis que ce sera un processus très pénible pour les libéraux si elle est élue présidente.

  • Sylvain Auclair - Abonné 28 juillet 2011 14 h 44

    Madame flag on the hood Copps!

    On n'a pas fini de voir des drapeaux canadiens!