Armes d'épaule - Le Québec pourrait tenir son propre registre

Québec — Le gouvernement du Québec pourrait réclamer à Ottawa le pouvoir de gérer son propre registre des armes à feu si jamais les conservateurs décident d'abolir ce système partout au Canada.

Des fonctionnaires québécois plancheront cet été sur un «plan B» afin de préserver ce programme d'enregistrement des armes d'épaule, que le premier ministre Stephen Harper a promis de faire passer à la trappe.

Robert Dutil, ministre de la Sécurité publique, a déclaré à La Presse canadienne que toutes les options sont étudiées, mais que la priorité demeure de plaider pour qu'Ottawa renonce à mettre ses menaces à exécution. «C'est sûr que les gens du ministère ont reçu pour commande de regarder l'ensemble de l'oeuvre et de voir de quelle façon on pourrait réagir en fonction des diverses circonstances», a-t-il dit lors d'une entrevue.

M. Dutil a expliqué que son collègue Pierre Moreau, ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, est chargé de faire pression sur le gouvernement fédéral dans ce dossier. «Pour l'instant, il y a encore une loi, le projet de loi fédéral n'est pas encore déposé, donc on n'en a pas vu le contenu, et nous, on pense qu'on a malgré tout de bons arguments pour le maintien de ce registre pour les armes d'épaule», a-t-il dit.

Lors de la campagne électorale fédérale de 2008, le premier ministre Jean Charest avait réclamé aux partis le maintien du registre ainsi qu'un renforcement du contrôle des armes à feu.

M. Charest avait affirmé que, dans le cas contraire, son gouvernement exigerait une délégation de pouvoirs pour atteindre ces deux objectifs.

M. Dutil a affirmé que les intentions du gouvernement demeurent les mêmes depuis 2008. «Nos positions n'ont pas changé, a-t-il dit. Ce qui a changé, c'est que maintenant il y a à Ottawa un gouvernement majoritaire qui s'est engagé à abolir le registre pour les armes d'épaule. C'est le gros changement. Il faut, bien sûr, être réaliste et tenir compte de cette possibilité.»

Durant la dernière campagne électorale, M. Harper a répété que le système d'enregistrement devait être aboli parce qu'il est «coûteux et inutile».

Le discours du Trône de juin dernier a fait écho à cette promesse. Le gouvernement conservateur, maintenant majoritaire, s'est engagé à déposer un projet de loi pour l'élimination du registre, une initiative incluse dans ses mesures d'aide «aux communautés rurales».

Alors que des regroupements de chasseurs se sont déjà réjouis de cette perspective, M. Dutil a affirmé que Québec n'a pas dit son dernier mot dans ce dossier. «Nous, ce sur quoi on travaille, c'est sur ces questions: est-ce qu'il y a un impact positif du registre des armes à feu pour la diminution du crime, des suicides? Est-ce que les policiers utilisent ce registre? Est-ce que ce registre est intéressant pour contrer les divers crimes? La réponse est oui, c'est intéressant de maintenir le registre.»

M. Dutil s'est aussi attaqué aux critiques formulées envers le processus d'enregistrement. «J'ai regardé de quelle façon on procède et, effectivement, ce n'est pas compliqué et ce n'est pas long», a-t-il dit.

Après plusieurs tentatives, les conservateurs avaient réussi à déposer l'an dernier un projet de loi d'intérêt privé pour abolir le registre. Cette initiative a cependant échoué, à la suite d'un vote très serré aux Communes.

M. Dutil a rappelé que beaucoup de Québécois sont favorables au maintien de l'enregistrement des armes d'épaule, contrairement aux résidants de l'Ouest. «Ici, la majorité n'est pas favorable à l'abolition», a-t-il dit.
50 commentaires
  • canislatrans - Abonné 11 juillet 2011 03 h 45

    réduir le nombre d'armes a feu

    Il serait beaucoup plus sage d'éliminer le droit de chasser le gros gibier(chevreuil, orignal)avec des armes a feu.Plus de 75% des propriétaires de ces armes n'auraient plus de raison de les garder .Apres quelques années,la province verrait une nette réduction d'armes a feu sur le territoire.

  • Guy Fauteux - Abonné 11 juillet 2011 03 h 51

    L'oeuvre en question

    Le gouvernement superieur a depense plus d'un miliard dans le but de d'implanter cette oeuvre et as abandonne depuis l'idee et ceci il y as deja six ans de cela.
    Sommes nous pas un peu pretentieux de vouloir implanter les restes de cette mesure coercitive presentement en lambeau.
    C'est vrai au Quebec ''Money is no object'' on est riche a craquer.
    Et en plus ca va creer de l'emploie ????
    Si on est serieux avec cette future loi il faudra controler les frontieres du Quebec reserve incluse ????.
    A ce stade cette nouvelle loi potentielle contre les proprietaires d'armes risque fort de se reveler un nouvel ecran de fumee tout comme la derniere loi en titre la loi Anestasia.

  • Pierre Lachance - Inscrit 11 juillet 2011 04 h 48

    Inutile et encore inutile

    Bonjour

    Faut croire que le Québec aime cela des puits sans fond$$$$.

    De toute façon, le vrai criminel et celui qui veut ce suicidé, loi ou registre, ils vont toujours se trouver une arme que sa nous plaise ou pas.

    Le principe est bien mais sa touche ou pénalise juste ceux qui ne font rien avec leur arme les chasseurs, les collectionneurs.

    Et il y a aussi le monsieur madame tout le monde qui aimerait en avoir une a la maison pour se protéger d’un monde de plus en plus violent tel braquage a domicile.

    Oui vous allez dire la police est la pour sa, stop, elle est bien trop occuper a données des tickets que protéger les gens dans leurs domicile. Si non il y aurait plus de ce genre de crime.
    Mais boof, ici malheureusement on protège plus les criminels que le simple citoyen.

    En résumer un autre puits sans fond pour avoir d’autres raisons d’augmenté la TVQ et créé des beaux emplois aux fonctionnaires qui sont supposément déjà trop nombreux.
    Merci

  • Malartic - Inscrit 11 juillet 2011 05 h 30

    Le registre inutile

    Nous avions déjà, avant "le régistre", des restrictions sur la possession des révolvers et armes automatique. IL y avait déjà des meurtres commis avec des révolvers non-enregistés. Seule l'ignorance de nos politiciens et un groupe important de canadiens "activistes" permet de croire que l'enregistrement des armes à feu vas réduire considérablement les homicides. Quand la police parviendra à éliminer le commerce des drogues "dures", comme la cocaine, l'héroine, etc... je commencerai à croire à l'effficacité du "régistre". En attendant je doit vivre avec les "pushers" qui font commerce jusque dans nos écoles secondaires.

  • Roland Berger - Inscrit 11 juillet 2011 06 h 43

    De la gouvernance souverainiste

    Charest en tête, les libéraux se foutent éperdument du contrôle de la vente des armes à feu. On devra la création d'un registre québécois à la gouvernance souverainiste empruntée à Pauline Marois et à son parti. Charest est passé maître dans l'art de couper l'herbe sous le pied.
    Roland Berger