Un système informatique mal rodé a causé une erreur gênante chez Statistique Canada

Ottawa — Une embarrassante erreur dans un communiqué diffusé par Statistique Canada en avril a résulté d'un problème survenu au moment de la mise à l'essai d'un nouveau système informatique.

L'agence fédérale a publié une série de chiffres erronés sur le produit intérieur brut (PIB) des provinces, le 28 avril, et plus tard en journée, elle a reçu un appel d'un économiste de la Banque Royale mettant en doute la justesse de ses données.

Robert Hogue a fait remarquer à l'agence que le chiffre du PIB de la Saskatchewan différait largement de l'estimation faite par la banque pour cette province.

Quelques jours plus tard, de hauts responsables de Statistique Canada ont confirmé qu'une erreur avait été commise et, le 2 mai, ont «suspendu» le communiqué sur le site Web.

Deux semaines après avoir été informée de son erreur, l'agence a finalement corrigé les données erronées, dans un communiqué diffusé le 11 mai.

Statistique Canada a alors affirmé que la croissance économique de la Saskatchewan avait été de 4,4 % en 2010, et non pas de 1,4 % tel que cela avait été annoncé le 28 avril. Les données sur les autres provinces ont pour la plupart été revues à la hausse.

Art Ridgeway, porte-parole de l'agence, avait à l'époque expliqué l'erreur par l'utilisation d'un nouvel ordinateur, précisant que deux étapes avaient été inversées.

Toutefois, des documents internes obtenus par La Presse canadienne en vertu des dispositions de la Loi sur l'accès à l'information permettent d'apprendre que le problème est survenu parce qu'un nouveau système de traitement des données n'avait pas été mis à l'essai correctement.

Ces documents ne permettent pas d'apprendre pourquoi un test crucial avait été omis.

Le système informatique utilisé précédemment par Statistique Canada était arrivé en fin de cycle et devait être remplacé en mars 2010. Toutefois, en raison de problèmes et de délais, il n'a fait place qu'en décembre à un nouveau système, qui est entré en service sans avoir été pleinement mis à l'essai.

L'incident a terni la réputation de l'agence, qui se fait habituellement une fierté de la justesse de ses données.

Un porte-parole de Statistique Canada, Peter Frayne, n'a pas répondu aux questions posées au sujet de l'erreur commise, se bornant à dire que la situation avait été corrigée. «Tous les systèmes pertinents ont été révisés et toutes les corrections requises ont été faites pour 2010 et les communiqués futurs», a affirmé M. Frayne dans un courriel.