Mission canadienne en Libye: des coûts sous-estimés?

Selon les chiffres d’Ottawa, la mission en Libye a coûté 26 millions de dollars jusqu’à maintenant. 34 millions supplémentaires seraient nécessaires pour la poursuivre jusqu’à la fin septembre.<br />
Photo: Agence Reuters Tony Gentile Selon les chiffres d’Ottawa, la mission en Libye a coûté 26 millions de dollars jusqu’à maintenant. 34 millions supplémentaires seraient nécessaires pour la poursuivre jusqu’à la fin septembre.

Le gouvernement Harper a annoncé hier que la mission canadienne en Libye a coûté 26 millions de dollars depuis le début de l'opération, le 19 mars dernier. Une autre tranche de 34 millions de dollars serait nécessaire pour poursuivre la mission jusqu'à la fin septembre, a ajouté le ministre de la Défense, Peter MacKay. Des chiffres rapidement remis en question par des spécialistes militaires, qui estiment que le gouvernement sous-estime grandement les coûts. La facture pourrait en réalité être deux ou trois fois plus élevée.

La facture de 26 millions annoncée hier a soulevé bien des doutes. «C'est trop bas et je dirais que c'est intentionnel de la part du gouvernement, qui ne veut pas de controverse autour de cette mission», affirme le colonel à la retraite Michel Drapeau. Ce dernier a été directeur du secrétariat au ministère de la Défense nationale (1988-1993) et connaît bien la manière de comptabiliser du ministère. Il est aujourd'hui avocat et spécialiste de Loi sur l'accès à l'information.

Même réaction chez Philippe Lagassé, professeur et chercheur à l'Université d'Ottawa en matière de défense. «Je crois que le gouvernement met certains coûts dans le budget ordinaire des Forces, ce qui donne l'impression que la mission coûte moins cher. Or, les coûts d'opération et d'entretien de toutes ces unités déployées sont assez élevés. Certainement plus que 26 millions», dit-il, ajoutant: «On a vu le même phénomène avec l'Afghanistan. Kevin Page, le directeur parlementaire du budget, incluait des dépenses que le gouvernement mettait dans le budget ordinaire du ministère.»

À l'Institut Rideau, un organisme sans but lucratif critique des missions militaires, on estime que le gouvernement cache la vérité à la population en lançant des chiffres «visiblement plus bas que la réalité», affirme son directeur, Steven Staples.

Le bureau du ministre Peter MacKay précise qu'il s'agit des coûts «supplémentaires», ce qui exclut les coûts habituels du ministère, comme les salaires. Il a été impossible d'avoir hier la ventilation des 26 millions de la part de la Défense nationale, question de comprendre quel est le montant par exemple lié à l'hébergement des 650 soldats qui participent à la mission, combien coûte l'entretien des six CF-18 qui mènent les opérations, quel montant est attribuable aux avions de surveillance Aurora, etc.

Tout compris?

Michel Drapeau affirme que la manière de calculer a une grande importance. Par exemple, une heure de vol d'un CF-18 coûte près de 12 000 $ dans les livres comptables du ministère de la Défense, ce qui comprend l'entretien et l'amortissement pour l'usure des moteurs. Or, les six CF-18 ont volé 1750 heures depuis le début de la mission. Le coût devrait donc osciller autour de 21 millions de dollars, uniquement pour les avions de chasse.

Le ministère de la Défense affirme que chacune des 270 bombes Paveway II larguées par le Canada coûte entre 25 000 $ et 50 000 $. D'autres spécialistes parlent de 100 000 $. En supposant que c'est 50 000 $, la facture atteindrait 13,5 millions de dollars.

Bref, sans même calculer le coût de la frégate Charlottetown, les heures de vol des avions de surveillance CP-140 Aurora (530 heures), les vols des trois avions de ravitaillement, ainsi que le déplacement et l'hébergement des soldats, on arrive à 34,5 millions de dollars... «Si le gouvernement rend seulement public le coût de l'essence, sans calculer l'entretien et l'usure, c'est là qu'on arrive à des chiffres artificiellement bas. Même chose pour les bombes: on en avait en stock, mais il faudra les remplacer», affirme Michel Drapeau.

L'Institut Rideau, de son côté, a comparé la mission aérienne en Libye avec les premiers jours de l'opération du Canada au Kosovo, en 1999. À l'époque, six CF-18 ont été utilisés au début et le rythme des bombardements ressemblait à celui en Libye, même qu'il était de 25 % inférieur. «En dollars de 2011, les 78 premiers jours de la mission au Kosovo ont coûté 60 millions de dollars, soit le double du chiffre annoncé par MacKay», dit Steven Staples. Selon lui, la mission en Libye, d'ici la fin septembre, va coûter bien plus que les millions annoncés par le gouvernement.
7 commentaires
  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 10 juin 2011 07 h 02

    Une autre orgie de dépenses inutiles.

    Qui s'étonnera que pour Harper l'émule de W.Bush les dépenses militaires ne fassent pas partie de son plan de réduction des dépenses et en plus soient malhonnêtement sous-estimées ?

    Les Canadians ont vu l'homme à l'oeuvre depuis six longues années avec un gouvernement minoritaire et ont eu la bêtise de lui donner un gouvernement majoritaire. Ils vont assumer leur choix et les Québécois avec.
    Ces derniers pour ne pas avoir eu le courage de prendre en main leur destinée quand l'occasions,est présentée, de diriger eux-mêmes leur nation et de décider de leurs choix.

    Pendant que les systèmes de santé, d'éducation , de transports en commun souffrent de sous-financement , qu'on tarde à faire le virage vers des énergies vertes, nos milliards servent à engraisser l'industrie militaire, à faire la chasse aux barbus à l'autre bout du monde et à empêcher le recul inexorable de l'impérialisme américain.

  • Pierre Girard - Inscrit 10 juin 2011 10 h 09

    Nous sommes devenu un peuple guerrier sans même savoir les choses.

    C'est triste de faire partie de ceux qui prônent l'empire global.

    Cette guerre, comme pour l'Afghanistan, n'est que stratégie géopolitique pour que les É-U dominent le monde.

    Tant que nous fonctionnerons avec les gouvernements les plus dominateur et incorrect avec des politiques occultes de ce monde, nous serons vidé de nos argents et nous ferons partie des vrais méchants.

    Nous ne gagnerons rien à demeurer ainsi sinon d'être devenu une "honte", même si nous ne le savons pas parce que nous ne savons pas nous informer.

    "La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à la justifier".
    Jean Guéhenno

  • Gilbert Talbot - Abonné 10 juin 2011 10 h 30

    Ça va coûter encore plus cher.

    Le gouvernement Harper veut non seulement prolonger cette mission, mais de plus se doter d'un réseau de bases militaires canadiennes permanentes au Moyen Orient. Alors oui, pendant Tony Clement va sabrer dans les services publics ici au Canada, l'armée canadienne elle va dépenser des milliards pour ces F-35, les nouvelles bases militaires et les missions «humanitaires» qui se multiplieront en Lybie, en Syrie, puis en Iran, pour soutenir la guerre de conquête américaine du Moyen-Orient.

  • northernbud - Inscrit 10 juin 2011 11 h 16

    Merci au ROC

    Grâce à vous, on est pognés avec ces fous de Dieu pour les 5 prochaines années au moins. Et vous allez quand même trouver le moyen de blâmer le Québec, n'est-ce pas ?

  • Pierre Girard - Inscrit 10 juin 2011 12 h 01

    Ajout : Que Dieu bénisse l’Amérique, et ses Bombes et

    J'aime cet article... humain. Pas comme ces textes de perroquets qui disent les versions officielles sans se poser de questions ni faire des recherches.

    C'est sur : http://www.legrandsoir.info/que-dieu-benisse-l-ame

    "Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de pensée si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé."
    Albert Einstein