Des militants manifesteront pour la proportionnelle

Québec — Parce qu'ils se disent «à bout de patience», des militants manifesteront aujourd'hui à Montréal pour réclamer un mode de scrutin proportionnel. «Jean Charest l'a formellement promis dans ses discours inauguraux de 2003 et de 2006», rappelait hier Mercédez Roberge, présidente du Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN), qui organise cette première manifestation depuis sa fondation en 1999. Aux élections de 1998, le Parti libéral et l'ADQ venaient de souffrir des distorsions importantes du mode de scrutin uninominal à un tour. Aujourd'hui, en plus, la proportionnelle pourrait contribuer à débloquer la refonte de la carte électorale, dit le MDN.

Après une commission en 2005 et 2006 au sujet d'un «avant-projet de loi» instaurant un mode de scrutin mixte, la réforme a finalement été mise sur une voie de garage. À l'époque, le gouvernement Charest avait soutenu qu'il n'y avait pas de consensus, «mais c'est faux», prétend Mme Roberge. Elle soutient qu'une majorité d'intervenants ainsi que le ministre Benoît Pelletier s'étaient prononcés en faveur d'une réforme, «mais le caucus libéral a tout bloqué».

Les quelque 100 militants attendus aujourd'hui seront conviés par le MDN, à la fin de la manifestation, à aller «porter un message» au bureau montréalais du premier ministre. Depuis que Pierre Moreau a hérité de la Réforme des institutions démocratiques début février, le MDN cherche à le rencontrer. Des lettres signées notamment par les anciens ministres Benoît Pelletier et Robert Burns ont même été acheminées à M. Moreau pour le convaincre d'accepter une rencontre avec le MDN, mais le ministre n'y a pas répondu à ce jour.

Le MDN se dit non partisan et est appuyé par des personnalités politiques bien connues. Notamment l'ancien président de l'Assemblée nationale Jean-Pierre Charbonneau, qui lui-même favorisa un changement de mode de scrutin en 2002. Le premier chef de l'ADQ, Jean Allaire, a aussi appuyé le MDN dans le passé. La manifestation se tiendra place Émilie-Gamelin vers midi. Le Zapartiste François Parenteau, la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Alexa Conradi, l'ancien journaliste du Devoir Paul Cliche, le chef du Parti vert, Claude Sabourin, et un représentant de Québec solidaire y participeront.
4 commentaires
  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 31 mai 2011 07 h 04

    La proportionnelle: une amélioration

    Le système parlementaire britannique est bancal. A cause de la fameuse ligne de parti, le premier ministre, qui dirige et le législatif et l'exécutif, est un véritable dictateur pour la durée de son mandat. Qu'il soit élu de quelque façon que ce soit.

    Nous nous devons de bonifier notre système démocratique. Si nous croyons véritablement en la démocratie, nous n’avons pas le choix. C’est devenu une nécessité.

    Donnons-nous une constitution qui établit une nette distinction des pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire.

    Élisons notre président, ou chef de l’état, au suffrage universel.

    Permettons à nos députés de voter selon leur conscience et selon les besoins de leurs commettants.

    Revoyons le financement des partis politiques afin qu’ils demeurent la propriété de la population et non des machines au service des riches.

  • Gilbert Talbot - Inscrit 31 mai 2011 08 h 53

    Oui à la proportionnelle et @frankric

    Je suis d'accord avec le MDN et ses principaux représentants : il faut mettre un terme à un système qui fausse sytématiquement le processus démocratique. À mesure que le nombre de partis politiques augmentent, le vote nécessairement se divise. C'est pourquoi le système électoral doit s'ouvrir à la multiplicité des orientations et permettre une représentation proportionnelle des différentes tendances. La proportionnelle ouvre nécessairement sur la nécessité de coalitions entre différentes tendances pour former des gouvernement plus représentatifs. L'exemple de la dernière élection fédérale montre bien à quelle aberration peut mener le système actuel : un gouvernement élu à la majorité des sièges, mais ne représentant qu'un peu plus du tiers de la population canadienne. La même situation s'est produite au Québec dans le passé le parti élu ne représentait pas la majorité de la population : pire le parti élu avait obtenu moins de votes que le principal parti d'opposition.

    Je suis aussi d'accord avec les autres propositions de frankric qui vise à munir le Québec d'un régime présidentiel, lui donner une nouvelle constitution et mettre fin à la corruption des partis politiques en revoyant fondamentalement leur mode de financement.

  • d.lauzon - Inscrite 31 mai 2011 21 h 28

    Sans la proportionnelle, pas de démocratie

    Les élus qui revendiquent les élections proportionnelles sont ceux qui ont été floués par notre système électoral actuel. Mais quand ils se retrouvent au pouvoir, ils se taisent et oublient leurs précédentes revendications.

    Il est inacceptable que Stephen Harper soit PM du Canada alors que 60% des électeurs ont voté contre lui. Je n'ai pas voté pour cet individu et je me sens, comme bien d'autres, lésée dans tout ce processus électoral qui est bien franchement anti-démocraitque.

  • Julien Cardinal - Inscrit 1 juin 2011 21 h 04

    Le Parti de la Réforme Proportionnelle-Mixte

    Bonjour à tous,

    Il n’y aura jamais de système aussi équitable que la proportionnelle-mixte.
    Avec un mode de scrutin proportionnel-mixte, le découpage est beaucoup moins significatif car chaque vote compte!

    Le Parti de la Réforme Proportionnelle-Mixte est vraiment le seul parti à être en mesure d’apporter de vrai changement. Non pas qu’il serait élu, mais parce qu’il enverrait un message clair d’une réforme de notre mode de scrutin.

    Vive la démocratie? Mais encore faut-il qu’elle nous représente vraiment!

    Voir www.votons-prpm.org pour plus de détails.