Jack Layton et Thomas Mulcair livrent des discours à saveur nationaliste

Jack Layton et son bras droit Thomas Mulcair ont continué de livrer un message à saveur nationaliste, samedi à Montréal, dans le cadre de la première grande réunion politique néo-démocrate depuis le 2 mai.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a dû réitérer que sa formation accepterait les résultats d'un éventuel référendum sur la souveraineté du Québec, aussi serrés soient-ils.
 
Si Stephen Harper a pu accéder au pouvoir avec quelque 40 % d'appui populaire, la majorité simple est certainement suffisante pour la tenue d'un vote démocratique, a-t-il dit.
 
Juste avant, M. Mulcair s'était fait encore plus ardent que son chef quant à la défense des intérêts du Québec auprès du reste du Canada.
 
En sécurité dans leur langue

Le nouveau leader parlementaire du NPD a affirmé qu'il ferait tout en son pouvoir pour que les québécois puissent se sentir en sécurité dans leur langue et leur culture.
 
S'il y a une minorité au pays qui doit être efficacement représentée à Ottawa, c'est bien le Québec, a-t-il ajouté.
 
Les deux hommes ont aussi promis de lutter pour que la province conserve son poids politique aux Communes si les conservateurs décidaient d'augmenter le nombre de sièges ailleurs au pays.
 
Les militants néo-démocrates se réunissaient samedi dans le cadre du conseil général du NPD-Québec.
 
La formation politique a fait élire 59 députés au Québec lors du dernier scrutin fédéral, avalant la quasi-totalité des sièges du Bloc québécois avec sa vague orange.
22 commentaires
  • Gilles Bousquet - Inscrit 28 mai 2011 16 h 11

    Yes sir !

    Ils ont probablement plus de chances de mieux faire comprendre le Québec au ROC et d'augmenter ainsi les chances d'avancement du Québec, à l'intérieur ou à l'extérieur du Canada.

    Ça a l'air de commencer de solide façon.

  • Cedrick Guillet - Inscrit 28 mai 2011 16 h 50

    Au moins...

    Au moins l'oposition qui ne me semble pas apte à défendre les intérèts du Québec me semble mieux défendre les principes élémentaires de la démocratie que les libéraux et les conservateurs...

    C'est un début mieux que ce que j'aurais cru pour Jack...

  • Louis Fournier - Abonné 28 mai 2011 18 h 01

    Deux pays


    Le Québec n'avancera pas d'un centimètre avec un parti d'opposition comme le NPD, on s'en reparlera dans 4 ans. Le ROC a voté presque à la majorité absolue (46%) pour les Conservateurs.. Il y a deux pays dans ce pays et le NPD ne peut rien y changer malgré toutes ses belles paroles.

    À sa fondation en 1961, le NPD a reconnu non pas la nation québécoise - comme le dit erronément M. Layton - mais la «nation canadienne-française». Cette nation-là n'existe plus, il n'y a maintenant que la nation québécoise. Une nation à qui il manque encore un pays. «À la prochaine fois», comme disait René Lévesque...

  • peterm2652 - Inscrit 28 mai 2011 18 h 55

    Assis sur la clôture

    Le NPD sera assis sur une clôture pendant 4 ans et paiera cher ses incursions d'un côté comme de l'autre. S'il est perçu comme défenseur du Québec, il perd des votes au ROC alors que s'il est trop conciliant avec Ottawa il perd des votes au Québec. Comme diraient les Grandes Gueules, pour rester sur la clôture pendant 4 ans sans tomber, bonne chan!!

  • Alexandre Hamelin - Inscrit 28 mai 2011 20 h 43

    De toute beauté

    Ça s'annonce fort excitant, qu'importe le dénouement, un autre mélodrame qu'on pourrait éviter, le ROC comme le Québec, si chacun décidait pour soi.

    J'abonde dans le même sens que les commentaires précédents.