Les libéraux refusent une motion sur Jarislowsky

La motion déposée à l'Assemblée nationale par le Parti québécois, hier, avait reçu l'appui de tous les autres députés, y compris les adéquistes, le député de Québec solidaire et les trois indépendants.

Elle fait référence à des propos rapportés dans un article du quotidien La Presse.

Le député péquiste Bernard Drainville n'a pas tardé à réagir, se questionnant sur les raisons qui ont poussé les libéraux à refuser de débattre de la question. Il s'est demandé si certains d'entre eux sont en accord avec les propos de M. Jarislowsky. Il croit que les députés libéraux craignaient de devoir rejeter la motion.

La réaction du gouvernement n'a pas tardé à venir. Une source du cabinet du leader parlementaire libéral a assuré que le gouvernement n'est pas d'accord avec M. Jarislowsky et ses propos.

«Le PQ veut dénoncer des propos avec une motion, alors qu'il a refusé de le faire pour deux motions que nous avions présentées concernant le Réseau de résistance du Québécois et le site Internet Vigile.net», a soutenu le porte-parole libéral, qui a demandé de ne pas être cité.

D'autre part, M. Jarislowsky a annulé sa participation prévue demain au congrès annuel de l'Action démocratique du Québec (ADQ) qui se déroulera cette fin de semaine à Trois-Rivières. Par voie de communiqué, hier, M. Jarislowsky a affirmé qu'il ne souhaite pas entraîner l'ADQ dans un débat qu'elle n'a pas choisi et la détourner du sujet du congrès.

L'ADQ s'est dissociée rapidement des propos de M. Jarislowsky, affirmant qu'il avait été invité à titre de conférencier en raison de son expertise dans le domaine des finances et de l'économie.

Fondateur de Jarislowsky Fraser, une société de conseillers en placement, M. Jarislowsky est à la tête d'une fortune qui se classe parmi les 250 plus importantes au monde.

À voir en vidéo