GAUCHE ET DROITE FACE À FACE

Soutenu par sa conjointe, Yolande Brunelle, Gilles Duceppe a annoncé hier soir sa démission comme chef du Bloc québécois après sa défaite-surprise dans Laurier-Sainte-Marie.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Soutenu par sa conjointe, Yolande Brunelle, Gilles Duceppe a annoncé hier soir sa démission comme chef du Bloc québécois après sa défaite-surprise dans Laurier-Sainte-Marie.

Ce n’est pas tant une vague orange qu’un véritable tremblement de terre politique qui a frappé hier le Canada: la poussée irrésistible du NPD, qui a délogé les libéraux comme opposition officielle, a permis à Stephen Harper de se faufiler et de remporter son grand pari d’obtenir une majorité. Au Québec, c’est l’hécatombe pour le Bloc québécois, pratiquement rayé de la carte.

Battu dans sa circonscription, Gilles Duceppe a immédiatement annoncé sa démission comme chef du parti, un geste qu’il n’envisageait pas il y a encore quelques jours. Michael Ignatieff a lui aussi été battu dans Etobicoke-Lakeshore, alors qu’Elizabeth May est devenue la première élue verte de l’histoire. Le taux de participation s'est établi à 61,1%, en légère amélioration par rapport au plus bas historique de 59%, enregistré en 2008.

Le portrait de la carte électorale canadienne se trouve donc complètement bouleversé ce matin. Avec 167 sièges et 39,6 % des votes, les conservateurs obtiennent le gouvernement «stable» que Stephen Harper n’a cessé de réclamer durant la campagne électorale. Pour lui, c’est la concrétisation d’une décennie d’efforts pour unir la droite et reprendre le pouvoir, tout en affaiblissant durablement les libéraux.

Son triomphe est largement dû à des gains ciblés, puisque le taux d’appui des conservateurs a peu progressé depuis 2008 (il était de 37,8 %). Mais désormais, il pourra gouverner à sa guise et mettre en œuvre le programme de son parti sans soucis de compromis.

Derrière M. Harper, le NPD réalise une percée historique pour s’emparer du titre d’opposition officielle. Les troupes de Jack Layton récoltent 102 sièges et 30,6 % des votes, un résultat inespéré qui aurait fait sourire tout un chacun il y a encore trois semaines. La progression est gigantesque par rapport aux 37 circonscriptions remportées en 2008. Jamais le NPD n’avait obtenu plus de 43 députés: c’était en 1988.

Jamais non plus les libéraux fédéraux n’avaient-ils été relégués au rang de deuxième groupe d’opposition. Malgré une bonne campagne électorale, Michael Ignatieff enregistre des résultats catastrophiques, pires que ceux de Stéphane Dion en 2008 (77 députés) ou de John Turner en 1984 (40 députés). Les libéraux ont remporté 34 circonscriptions.

Dans un discours prononcé à 23h30, M. Ignatieff avait indiqué vouloir demeurer à la tête de son parti... si les militants le veulent bien. «La démocratie nous enseigne des leçons difficiles, a-t-il exprimé devant ses partisans dépités. Les chefs doivent être assez grands pour accepter les défaites historiques. J’accepte mes responsabilités pour ce qui est arrivé.»

Mais ce matin, le chef libéral a remis sa démission.

Naufrage pour le Bloc

Quant au Bloc québécois, qui a perdu son statut de parti officiel, c’est un véritable naufrage. Le parti ne conservait que 4 des 47 sièges qu’il détenait auparavant. Le chef Gilles Duceppe n’a pas résisté au mouvement de fond, quelques mois après avoir fêté dans la confiance le 20e anniversaire de son arrivée au Parlement. Depuis sa première élection en 1993, le Bloc avait toujours obtenu 38 députés ou plus dans la province.

C’est le NPD qui a complètement balayé le Bloc de la carte québécoise, obtenant des résultats que jamais le parti fondé par Lucien Bouchard n’a obtenus. Jack Layton aura une députation québécoise de 58 personnes.

Seuls sept libéraux (Denis Coderre, Marc Garneau, Francis Scarpaleggia, Irwin Cotler, Justin Trudeau, Stéphane Dion et Massimo Pacetti) ont résisté. Chez les conservateurs, Denis Lebel, Christian Paradis, Steven Blaney, Jacques Gourde, Maxime Bernier et Bernard Généreux ont conservé leur siège — et auront une chance d’accéder au Conseil des ministres. Josée Verner a été battue, de même que Lawrence Cannon et André Arthur.

Tous les gros noms du Bloc sont ainsi passés à la trappe: seules les circonscriptions de Haute-Gaspésie–La Métis–Matane–Matapédia (Jean-François Fortin), Bas-Richelieu (Louis Plamondon) et Richmond-Arthabaska (André Bellavance) demeuraient dans le giron du Bloc vers 1h30. Maria Mourani l’a finalement remporté dans Ahuntsic après une chaude lutte.

Ému, M. Duceppe a pris acte des résultats en démissionnant. «Je vous quitte, mais d’autres suivront», a-t-il lancé. Selon M. Duceppe, les Québécois sont «maintenant en droit de s’attendre à des changements, à une renaissance complète du Québec. Toute avancée du Québec sera bienvenue. La démocratie a parlé, je respecte ce choix. Et je l’assume».

Ontario

Comme à Montréal, les libéraux ont essuyé de cuisants revers dans plusieurs de leurs bastions en Ontario. Dans la grande région de Toronto, les troupes de M. Ignatieff ne conservent que 8 sièges, alors qu’elles en détenaient 33. Les conservateurs font des percées partout et remportent 27 sièges (contre 12 en 2008).

La longue campagne de charme menée auprès des populations immigrantes ou juives de certaines circonscriptions a porté ses fruits: York-Centre, Brampton-Springdale et Elgington-Lawrence sont toutes passées dans le camp conservateur.

Plus largement en Ontario, où 106 sièges étaient en jeu, les conservateurs ont remporté 73 victoires (et 44,4 % du vote). C’est ici qu’ils ont consolidé leur majorité, avec une progression de 21 sièges par rapport à 2008. Le NPD remporte 22 circonscriptions (+ 5) et les libéraux 11 (- 26).

Pas de changement en Saskatchewan (13 conservateurs et 1 libéral) ou en Alberta, où les conservateurs conservent leurs 27 sièges alors que le NPD maintient celui d’Edmonton-Strathcona. Au Manitoba, les conservateurs dominent avec 11 victoires, contre 2 pour le NPD et 1 pour les libéraux.

May élue

En Colombie-Britannique, les conservateurs menaient dans 21 circonscriptions. Mais on note surtout la victoire de la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, qui devient la première élue verte de l’histoire canadienne. Le NPD aura 13 députés dans cette province, et les libéraux 2.

Pour Mme May, c’est le triomphe d’une stratégie risquée: elle a choisi de concentrer les énergies de sa campagne dans sa circonscription. Le parti a perdu la moitié de ses appuis nationaux, mais aura un représentant sur la colline parlementaire. C’était le grand objectif des verts.

Maritimes

Dans les Maritimes, les conservateurs ont fait trois gains nets pour remporter 14 des 32 circonscriptions. Le NPD remporte aussi 3 nouveaux sièges, passant de 4 à 7. Les libéraux sortent grands perdants, avec 11 sièges au lieu des 17 obtenus en 2008.

À Terre-Neuve-et-Labrador, les conservateurs — blanchis en 2008 — ont réussi à faire un gain dans une forteresse libérale, Labrador. Mais Stephen Harper espérait une vague de sympathie plus large, notamment à cause de son engagement à appuyer financièrement le projet du Bas-Churchill. Les libéraux ont aussi perdu leur siège de St. John’s Sud-Mount Pearl. Le NPD obtient donc 2 sièges, contre 4 pour les libéraux.

Aucun changement à l’Île-du-Prince-Édouard, où les libéraux conservent leurs 3 sièges, de même que les conservateurs, avec le siège de Gail Shea. Au Nouveau-Brunswick, les conservateurs ont fait deux gains aux dépens des libéraux (Madawaska-Restigouche et Moncton-Riverview-Dieppe). Ils détiennent ce matin 8 des 10 circonscriptions, Dominic Leblanc (PLC) et Yvon Godin (NPD) ayant été réélus.

Un seul mouvement en Nouvelle-Écosse, alors que le NPD a ravi Dartmouth-Cole-Harbour aux libéraux. Ceux-ci conservent 5 sièges, contre 2 pour les conservateurs (notamment le ministre Peter MacKay) et 3 pour le NPD.


Les données ont été mises à jour mardi à 11h30
.

96 commentaires
  • Joyal Bruno - Inscrit 3 mai 2011 01 h 25

    C'est le moment.

    Vive le Québec ibre!

  • Georges Allaire - Inscrit 3 mai 2011 01 h 38

    Baiser de la mort pour le NPD

    Le Québec formera plus de la moitié de la députation du NPD et risque d’inonder le prochain congrès de ce parti. Pendant ce temps, les autres régions du Canada se sont ralliées au Parti Conservateur. Avec les coudées franches, le gouvernement canadien sera en mesure d'accorder aux provinces en croissance un nombre de sièges en proportion de sa population au Canada. Maintenant coincé au Québec, le NPD risque ultimement le même naufrage que le Bloc Québécois.

    On notera, en passant, que les plus taxés du Canada ont voté pour toujours plus de taxes. La majorité canadienne les en sauvera.

  • Nelson - Inscrit 3 mai 2011 01 h 41

    PARADOXALEMENT LA VAGUE ORANGE DE GAUCHE À DIVISÉ LE VOTE EN ONTARIO ET PERMIS UN GOUVERNEMENT DE DROITE MAJORITAIRE....ET LE BALAYAGE DU BLOC LAISSE LE QUÉBEC TOUT PRES DE DEVENIR UN PAYS INDÉPENDANT.

    La gauche fait rentrer la droite à Ottawa en divisant le vote d'opposition libéral-NDP en Ontario.

    Et la vague orange de gauche au Québec le laisse complétement en mains des fédéralistes canadiens, sans faire partie de la Constitution Canadienne, au risque d'accentuer les contradictions entre le Québec et le ROC...et paver le chemin vers l'indépendance.

  • NL - Inscrit 3 mai 2011 01 h 48

    Dur coup pour le Bloc, mais non pas pour les Québécois

    Que ce soit pour le Bloc ou le NPD, les résultats démontrent que le peuple québécois est plus que jamais uni dans les épreuves. Son affirmation nationale résulte d'une forte cohésion.

    Gauche et Droite face à face... peut-être. Mais chose certaine, le Québec est représentée par plus de la moitié de la députation néo-démocrate. Les nationalistes québécois se sont ainsi fondus volontairement dans un tiers parti pour affirmer leurs valeurs sous le couvert d'un « conformisme superficiel » à la doctrine fédéraliste. Leur force en est d'autant plus accrue que les Conservateurs risquent probablement de sous-estimer le mouvement souverainiste dans sa tentative de relèvement.

    Une opposition officielle fortement québécoise... plus forte que celle du Bloc en 1993.

  • Yves Côté - Abonné 3 mai 2011 02 h 38

    Message clair...

    Les Québécois me semblent avoir parlé de manière on ne peut plus claire.
    Les politiques conservatrices et libéralisantes du Canada ne leur conviennent pas. Même lorsqu'elles viennent du groupe qu'ils ont souverainement et démocratiquement mis en place.
    Encore une fois, ils font entendre leur propre voix collective au monde. Ne leur reste qu'à déterminer la voie qui leur convient pour arriver à un pays libre...
    Oui Monsieur Bruno,

    Vive le Québec libre !