Région de Montréal - Même des châteaux forts cèdent à la vague néodémocrate

La région de Montréal a aussi été gagnée par la vague néodémocrate qui a déferlé sur l’ensemble du Québec. À tel point que le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a dû déclarer forfait contre la néodémocrate Hélène Laverdière dans Laurier–Sainte-Marie et que le bastion du Parti libéral de LaSalle-Émard est passé aux mains du NPD.

Les six circonscriptions bloquistes de l’île de Montréal étaient en danger. Dans Laurier–Sainte-Marie, Hélène Laverdière a infligé une cuisante défaite à Gilles Duceppe. Les néodémocrates ont fait subir le même traitement à plusieurs membres de l’équipe bloquiste.

Dans Jeanne-Le Ber, Thierry St-Cyr, du Bloc québécois, a perdu son siège au profit du néodémocrate Tyrone Benskin. Même scénario dans Hochelaga, où le NPD l’a emporté grâce à Marjolaine Boutin-Sweet.

Dans Rosemont–La Petite-Patrie, le néodémocrate Alexandre Boulerice a délogé Bernard Bigras, du Bloc québécois, alors que dans la circonscription de La Pointe-de-l’Île, autrefois détenue par Francine Lalonde, la néodémocrate Ève Péclet a décroché la victoire. Seule Maria Mourani, dans Ahuntsic, a réussi à conserver son siège en battant Chantal Reeves avec 708 voix de majorité.

Les libéraux n’ont pas été épargnés par la vague orange. La néodémocrate Hélène LeBlanc a mis la main sur LaSalle-Émard, l’ancienne circonscription de Paul Martin, devant la députée sortante libérale, Lise Zarac. La libérale Marlene Jennings a par ailleurs perdu Notre-Dame-de Grâce–Lachine face à la néodémocrate Isabelle Morin, tout comme Pablo Rodriguez, qui a été défait dans Honoré-Mercier par la néodémocrate Paulina Ayala.

Le Parti libéral a tout de même réussi à sauver quelques sièges, dont celui de Justin Trudeau, dans Papineau, de Stéphane Dion, dans Saint-Laurent–Cartierville, d’Irwin Cotler, dans Mont-Royal, de Denis Coderre dans Bourassa et de Francis Scarpallegia, dans Lac-Saint-Louis, où le candidat vedette du Parti conservateur, Larry Smith, a dû se contenter de la troisième place. Pour sa part, l'ex-astronaute Marc Garneau a défait Jeanne Corbeil, du NPD, avec une majorité de 658 voix, conservant ainsi son comté de Wesmount-Ville-Marie.

Sans surprise, Thomas Mulcair n’a pas été inquiété dans Outremont et il a terminé la course loin devant le libéral Martin Cauchon.

La poussée néodémocrate a aussi atteint la Rive-Sud. La circonscription de Brossard-La Prairie, que détenait la libérale Alexandra Mendes, est passée aux mains du néodémocrate Hoang Mai. Dans Châteauguay–Saint-Constant, son collègue Sylvain Chicoine a réussi à déloger la bloquiste Carole Freeman. Dans Saint-Lambert, Josée Beaudin, du Bloc québécois, a dû céder son siège à Sadia Groguhé, du NPD.

Les circonscriptions de Laval ont également pris une teinte orange, notamment dans la circonscription de Laval, où la victoire est allée à José Nunez-Melo, du NPD, contre la bloquiste Nicole Demers. Dans le fief libéral de Laval-Les Îles, François Pilon, du NPD, a décroché la victoire.

Données remises à jour à midi mardi.

 
1 commentaire
  • Nelson - Inscrit 3 mai 2011 09 h 37

    LE ROC SE PROTÈGE DERRIÈRE LE PARTI CONSERVATEUR, ET LE QUÉBEC DERRIÈRE LE PARTI NOUVEAU DÉMOCRATIQUE.

    La politique est assez primaire et relève pas mal de l'inconscient collectif et personnel,

    Les gens cherchent celui que peut leur donner plus, ou les protéger le plus.

    En étant le Québec et le ROC en positions assez contraires et opposantes, ils se retranchent derrière des barricades différentes.

    Devant l'impossibilité de contrôler le gouvernement canadien, en tant qu'a faire, on s'arrange pour contrôler l'opposition officiel.

    En gardant le ROC en garde à vue, et en gardant un certain équilibre de pouvoir face à eux.