Brome-Missisquoi - La lutte à trois force le PC au repli stratégique

Parti conservateur: Nolan LeBlanc-Bauerle
Photo: Parti conservateur: Nolan LeBlanc-Bauerle

Cowansville — Debout dans son local électoral, le candidat conservateur Nolan Bauerle, 31 ans, ne fait pas de mystère sur ses chances de victoire. «Il faut être réaliste», dit-il candidement. À quelques jours du scrutin du 2 mai, il laisse tomber la langue de bois et invite carrément les conservateurs de la circonscription de Brome-Missisquoi, dans les Cantons-de-l'Est, à barrer la route au Bloc québécois, quitte à ne pas voter pour lui.

«Il faut voter fédéraliste et empêcher le Bloc d'être réélu», dit-il, lui qui depuis le début de la campagne sillonne la circonscription... à la course pour rencontrer les électeurs! Il a plus de 270 km dans les souliers, soit l'équivalent de la distance entre Brome-Missisquoi et Ottawa.

Et qui a le plus de chances de battre la candidate du Bloc, Christelle Bogosta, une ancienne du NPD qui a changé de parti il y a quelques mois? «C'est serré, le Parti libéral a un bon candidat avec Denis Paradis. Mais je pense que le NPD a plus de chances», dit M. Bauerle. Il ajoute que le candidat néodémocrate Pierre Jacob a beau être inconnu et ne pas avoir de local électoral, la vague d'affection pour «Jack» Layton est bien visible dans ce comté, qui regroupe Cowansville, Magog, Knowlton et Farnham, entre autres.

Dans son pointage électoral, l'équipe de Nolan Bauerle a vu sensiblement les mêmes résultats que ceux du sondage Segma paru dans La Voix de l'Est le 21 avril dernier: Christelle Bogosta, du Bloc, est en avance, avec 32 % des intentions de vote, suivi du NPD et du Parti libéral, ex aequo à 26 %. Le PC récolte 11 %. «Notre base conservatrice est autour de 15 %, mais elle est démobilisée», dit un organisateur. La course est donc vraiment à trois et, compte tenu de la marge d'erreur, 4,4 %, et du nombre d'indécis, 18 %, tout peut arriver.

La circonscription est entre les mains du Bloc québécois depuis 2006, alors que Christian Ouellet a délogé le député libéral Denis Paradis, très connu dans la région. En 2008, la course s'est décidée par moins de 1500 voix. Mais, cette année, M. Ouellet a pris sa retraite, alors que Denis Paradis est de nouveau sur les rangs. Celle qui a pris le relais au Bloc est l'ancienne candidate du NPD en 2008, Christelle Bogosta, qui avait recueilli 9 % des voix, au quatrième rang.

Lors du débat local entre les candidats, tenu lundi soir au théâtre Tournesol de Cowansville, Mme Bogosta a été apostrophée par des membres de son ancienne équipe, qui lui ont reproché d'avoir caché son penchant souverainiste lorsqu'elle portait les couleurs du NPD. «C'est faux. J'avais averti l'organisation du NPD que j'étais souverainiste. Elle le savait et je ne m'en suis jamais cachée», a-t-elle répliqué.

Plus de 200 personnes se sont déplacées pour entendre les candidats débattre des enjeux dans la région, notamment l'agriculture, la diminution des heures de service aux postes frontaliers, la gestion de l'eau, la culture...

Le candidat libéral, Denis Paradis, a joué la carte de l'expérience, lui qui a été député fédéral. «Je connais les ministères à Ottawa. Brome-Missisquoi, c'est ma région, c'est ma passion. Je suis ici pour travailler pour vous à Ottawa», a-t-il dit à la salle. Il représente l'un des rares espoirs du PLC hors de la région de Montréal. Visiblement détendu, souriant, il a enlevé le débat sans difficulté.

Nolan Bauerle a parlé de la «duception» du Bloc, un jeu de mots avec le nom du chef bloquiste qui a bien fait rire l'audience. Il a toutefois dû reconnaître que la décision du gouvernement Harper de diminuer les heures d'ouverture de trois postes frontaliers «est une mauvaise décision» et qu'il lutterait pour la renverser s'il était élu.

Si Christelle Bogosta, bien préparée, a su tirer son épingle du jeu (malgré un ton sec, où elle semblait souvent sur la défensive), il en a été autrement du candidat néodémocrate, Pierre Jacob.

Ce dernier, un ancien intervenant auprès des jeunes délinquants qui a pris sa retraite, semblait découvrir la plateforme de son parti pour la première fois. Même si la campagne en est à sa dernière semaine, il fouillait dans le document à chaque question des citoyens et commençait souvent ses phrases par les mots: «La plateforme de Jack Layton dit que...» Au NPD, on a soutenu qu'il s'était fait cambrioler la veille, ce qui explique son manque de préparation. M. Jacob a soutenu être en faveur du «libre-échange au niveau du tourisme» et s'est dit d'accord avec «l'agrandissement des heures d'ouverture» aux postes frontaliers.

Un citoyen a montré que le scandale des commandites est encore présent dans la tête de plusieurs personnes. Il a lancé à Denis Paradis, qui possède un vignoble, qu'il devrait rester chez lui «avec ses pots-de-vin!» M. Paradis a répliqué qu'il s'agit de «vieilles histoires» et que lui «regarde le futur de Brome-Missisquoi».

***

Brome-Missisquoi


Population: 92 591
Superficie: 3045 km2
La circonscription est représentée depuis 2006 par le bloquiste Christian Ouellet, réélu en 2008 avec 35,2 % des votes. Il avait alors devancé le libéral Denis Paradis par 1204 voix.

Les candidats des principaux partis:

  • PC: Nolan LeBlanc-Bauerle
  • PLC: Denis Paradis
  • NPD: Pierre Jacob
  • BQ: Christelle Bogosta

À voir en vidéo