La réalité du terrain rattrape le NPD au Québec

Jack Layton a fait un court arrêt à Montréal hier avant de poursuivre sa journée à Toronto.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jack Layton a fait un court arrêt à Montréal hier avant de poursuivre sa journée à Toronto.

Dans le bunker électoral du NPD, à Ottawa, on se pince pour être certain de ne pas rêver. La poussée dans les intentions de vote au Québec est aussi soudaine qu'imprévue. Les stratèges néodémocrates avouent candidement ne pas avoir la machine électorale sur le terrain pour concrétiser complètement l'élan des derniers jours. Le parti va donc cibler de six à huit circonscriptions prioritaires, a appris Le Devoir.

«C'est clair qu'on n'a pas 20 bonnes machines sur le terrain. On va donc concentrer notre travail dans six à huit circonscriptions. Le reste, si on gagne, ce sera des surprises grâce à la force de la vague», explique un stratège du NPD qui a demandé l'anonymat pour pouvoir discuter librement.

La projection des sièges Le Devoir-ThreeHundredEight.com prédit d'ailleurs six sièges au NPD au Québec actuellement. Un chiffre qui pourrait bondir si la tendance à la hausse se poursuit.

Le premier endroit stratégique est celui où tout a commencé, où 500 bénévoles seront actifs le 2 mai, soit Outremont, auprès de Thomas Mulcair. Un siège qui semble assuré.

Objectif Outaouais

Ensuite, deux circonscriptions dans l'Outaouais sont prioritaires aux yeux du NPD et auront les ressources pour stimuler la participation des partisans. Des bénévoles de l'Ontario seront même au rendez-vous. Dans Gatineau, avec Françoise Boivin, et dans Hull-Aylmer, avec la candidate bien connue dans la région et ancienne présidente de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Nycole Turmel. Selon un sondage local Segma-CKOI-Le Droit, le député libéral de Hull-Aylmer, Marcel Proulx, présent depuis 1999, est dans une situation délicate. Mme Turmel récolte 42 % des intentions de vote, contre 29 % pour M. Proulx et 13 % pour le candidat du Bloc, Dino Lemay. Le coup de sonde comporte une marge d'erreur de 4,4 %.

Est-ce que la vague dans l'Outaouais s'étendra dans la circonscription voisine de Pontiac, où règne le ministre Lawrence Cannon depuis 2006? Dans la projection Le Devoir-ThreeHundredEight.com, cette circonscription semble prenable pour le NPD. «Honnêtement, ce serait une surprise. On ne mise pas là-dessus», avoue un stratège néodémocrate.

Le parti mettra plutôt l'accent sur Jeanne-Le Ber, dans le sud-ouest de Montréal, où la lutte avec le député sortant du Bloc québécois, Thierry St-Cyr, est épique. Le candidat du NPD, Tyrone Benskin, a de bonnes chances de l'emporter, alors qu'il gruge des votes à la fois au Bloc et au PLC. M. Benskin est le directeur artistique du Montreal's Black Theatre Workshop qui, à 40 ans, est la plus ancienne troupe de théâtre noire au Canada. M. Benskin est également vice-président de l'Alliance des artistes canadiens du cinéma, de la télévision et de la radio.

Le NPD va également envoyer des ressources pour aider son candidat-vedette Roméo Saganash dans Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, où il tire de l'arrière par quelques points sur le bloquiste Yvon Lévesque. La lutte s'annonce toutefois serrée.

Puis, dans Jonquière-Alma, le candidat Claude Patry, l'ancien président du syndicat des alumineries Alcan, est seulement six points derrière le ministre conservateur Jean-Pierre Blackburn, selon un sondage local Segma-Le Courrier du Saguenay-L'étoile du Lac. Le PC est crédité de 36 % des intentions de vote, contre 30 % au NPD et 26 % au Bloc. Avec une marge d'erreur de 4,6 %, tout est possible. «On va lui donner les moyens de faire sortir son vote», dit une source néodémocrate.

Dans le bunker électoral du NPD, on réfléchit aussi à la possibilité d'aider deux autres circonscriptions où la lutte s'annonce chaude: Rosemont-La Petite-Patrie, avec le candidat Alexandre Boulerice (le directeur des communications du NPD au Québec), et Brome-Missisquoi, dans les Cantons-de-l'Est, où le candidat Pierre Jacob pourrait se faufiler entre le Bloc et le PLC dans une lutte à trois. Avant de prendre sa retraite, M. Jacob était intervenant auprès des jeunes délinquants.

Et Westmount?

Le NPD a-t-il des chances à Montréal dans Westmount-Ville-Marie et Notre-Dame-de-Grâce-Lachine? Les sondages montrent des luttes serrées dans ces circonscriptions, où habitent beaucoup d'anglophones. Le NPD n'y consacrera pas de ressources le 2 mai, mais selon Antonia Maioni, directrice de l'Institut d'études canadiennes de l'Université McGill, «ce n'est pas impossible». «On voyait jusqu'à présent un transfert du vote bloquiste vers le NPD, mais on commence à voir un transfert du vote anglophone vers le NPD. Les anglophones votaient souvent pour le Parti libéral par défaut, mais avec la montée du NPD, les anglophones de gauche se sentent libres et embarquent dans la vague», dit-elle.

La vague orange ressemble à celle qui a porté l'ADQ en 2007. Un amour pour le chef, une lassitude envers les «vieux partis»... et une ribambelle de candidats inconnus. Certains des candidats du NPD sont encore aux études, d'autres à la retraite. Une semaine après le déclenchement des élections, il manquait encore des dizaines de candidats au parti dans la province. «Il faudra bien les encadrer à Ottawa si certains sont élus», concède un stratège néodémocrate.

Réjean Pelletier, professeur associé au Département de science politique de l'Université Laval, affirme que c'est commun lors des vagues politiques, que ce soit celle de 2007 ou même de 1984, avec Mulroney. «Ce ne sont pas tous des Thomas Mulcair! Beaucoup sont des poteaux et ils ne s'attendent pas à être élus. Avec les courses à trois qui se dessinent, les prédictions sont difficiles à faire. Une chose est certaine: on ne se demande plus "si", mais "combien" le NPD va remporter de sièges au Québec», dit-il.
29 commentaires
  • Monsieur Pogo - Inscrit 27 avril 2011 01 h 18

    Un référendum, peut-être en 2029

    Alors, en attendant, pourquoi ne pas porter au pouvoir la gauche canadienne, i.e. le NPD ?

    En ce qui me concerne, je n'avais absolument pas l'intention d'aller voter... Mais là, pour moi, le <<bout de papier dans la boîte de carton>> pourrait enfin avoir une signification.

  • Yves Claudé - Inscrit 27 avril 2011 04 h 48

    Une variante populiste de la “trudeaumanie”

    Une variante populiste de la “trudeaumanie”

    Dans une variante populiste de la “trudeaumanie”, les forces fédéralistes ont trouvé avec la personne de Monsieur Layton un allié efficace pour contrer les aspirations sociales, culturelles et historiques du Québec.

    Une partie de la population québécoise semble avoir été séduite par le discours et la “personnalité” médiatique habilement constuite à partir de l’individu Layton.

    Le NPD n’a peut être pas au Québec la “machine” organisationnelle à la hauteur de ses ambitions… Il a cependant l’appui manifeste et efficace de l’industrie médiatique profédéraliste. Ce qui manque par ailleurs au NPD est une politique québécoise qui lui fait totalement défaut, et qui fait déjà des citoyens qui ont l’intention de voter pour ce parti des déçus d’avance, au cas où le NPD, au lieu de simplement favoriser le maintien au pouvoir des conservateurs et de nuire au Bloc québécois, se trouverait à exercer le pouvoir à Ottawa, partiellement (coalition) ou entièrement.

    Les mêmes pièges d’un système électoral programmé pour assurer la domination du Québec et la maginalisation des forces progressistes, vont être efficaces lorsque le Parti liberal du Québec sera réélu avec l’appui stratégique de Québec solidaire et de quelques autres formations politiques marginales.

    Yves Claudé

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 27 avril 2011 06 h 27

    NPD Québec : des poteaux

    A part trois ou quatre circonscriptions, le NPD Québec ne compte aucun candidat d'envergure. Alors la députation québécoise, aussi bien au sein de ce parti qu'à la Chambre des Communes, ne pèsera pas lourd dans la balance.Les intérêts du Québec, au moins pour quelques années, en souffriront. La réflexion est de mise.

  • Pierre Samuel - Inscrit 27 avril 2011 07 h 49

    A chacun ses poteaux...

    Parlant de «poteaux», ceux du Bloc, à l'exception de Duceppe, Paquette auxquels s'ajoutent Ménard et Lalonde (qui se sont d'ailleurs retirés de la présente campagne), n'ont jamais empêché de faire élire les Chrétien, Harper non plus...

    Quant à une éventuelle «indépendance-souveraineté-association ou whatever advienne que pourra!», de plus en plus improbable, compte tenu du profil socio-démographique du Québec actuel, ça va se «jouer» au Québec et non à Ottawa si jamais Pauline se décide finalemen à en faire un sans ambiguïté!

  • Philippe Morin - Inscrit 27 avril 2011 08 h 26

    Saint-Hyacinthe/Bagot

    À Saint--Hyacinthe/Bagot, le Courrier a décidé de ne pas commandé de sondage cette année. Le Bloc a toujours été très fort au fédéral et l'ADQ était entré lors de la vague. De plus, le NPD était à presque 8% à la partielle de 2007, puis 14% en 2008.

    Le plus important pour l'élection actuelle, c'est que Marie-Claude Morin, la candidate NPD, habite le comté depuis toujours. Elle a vécu autant en village qu'en ville et elle est très impliqué dans le milieu communautaire. Elle est en effet coordonnatrice de la CDC des Maskoutains. Je sais que si tous le monde va voter, Marie-Claude Morin (aucun lien de parenté ;)) sera une des députéEs surprises.