Le NPD gagne du terrain au Québec; le Parti conservateur continue sa progression

Photo: ThreeHundredEight.com

Pendant que les néodémocrates gagnent du terrain au Québec, les conservateurs continuent leur progression dans le reste du pays.

Le Parti conservateur pourrait maintenant gagner 151 sièges et 38,6 % des votes, selon nos projections, tandis que les libéraux gagneraient 75 sièges et 27,5 % des votes et le NPD, 36 sièges et 19,1 % des votes. Le Bloc québécois resterait à 45 sièges, mais s'il continue de perdre des appuis, ce nombre pourrait bientôt diminuer significativement.

Dans les provinces de l’Atlantique, les conservateurs ont pris l’avance aux dépens des libéraux, et ils pourraient maintenant gagner 13 sièges dans la région. Les nouveaux gains se situent à Terre-Neuve, mais beaucoup d’autres sièges sont en jeu.

Si les conservateurs continuent sur leur erre d'aller, le parti de Stephen Harper pourrait gagner deux sièges au Nouveau-Brunswick, un à l’Île-du-Prince-Édouard et un autre en Nouvelle-Écosse, aux dépens des libéraux. Même sans d'autres gains dans le reste du pays, ce serait assez pour donner aux conservateurs les 155 sièges nécessaires pour atteindre la majorité.

Mais les néodémocrates ont encore la possibilité de bloquer la majorité conservatrice. Ils pourraient obtenir un siège des mains des conservateur en Nouvelle-Écosse, et un autre siège, à Terre-Neuve, fait l'objet d'une chaude lutte.
20 commentaires
  • lephilosophe - Inscrit 25 avril 2011 13 h 34

    Erreur pour l'Alberta

    Vous donnez exactement la même projection d'élus pour les Conservateurs en Alberta. Or, dans le comté d'Edmonton--Sherwood-Park, un ex-conservateur se présente comme indépendant et domine les intentions de vote.

  • hugues2 - Inscrit 25 avril 2011 14 h 05

    Il faut à tout prix éviter d'élire des conservateurs

    Peine perdu pour la région de Québec qui semble voter sans réfléchir, mais pour le reste du Québec, ne faites pas l'erreur des amateurs de radio poubelles.

    Combien le PC a-t-il donné aux pétrolières de l'ouest?
    Combien a-t-il donné à l’industrie l'auto en Ontario?
    Que fait-t-il avec notre démocratie?
    Pourquoi les évangéliques ont accès au parlement Canadien en priorité, qu'est-ce que ça veut dire tout ce manège?

    La liste des griefs est encore longue, une chose est certaine, ce gouvernement qui refuse de répondre aux questions est un danger pour notre démocratie.

  • Yves Rousseau - Abonné 25 avril 2011 14 h 38

    L'erre d'aller

    Ce n'est pas l'air d'aller qu'il faut dire, c'est l'erre d'aller, une expression issue du vocabulaire de la navigation (ce qui est un comble dans un paragraphe parlant des provinces «maritimes»). L'erre d'aller c'est le mouvement du bateau après que les moteurs ont été coupés, ou les voiles rabattues. C'est la force de l'inertie, combinée aux vents et aux courants dominants.

    Cela dit, il est inquiétant de voir le PCC se rapprocher d'une majorité.

    Une autre chose m'inquiète, c'est le député «indépendant» du Québec (PCC de facto) dans Portneuf, qui risque fort de gagner sa pension à vie...

    À lire ce que dit le député provincial libéral de Portneuf (selon le blogue d' Antoine Robitaille), je commence à croire que les gens de Portneuf ont un chic pour élire des clowns...

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 25 avril 2011 14 h 58

    Harper?

    Avec Harper, on assiste à une américanisation idéologique dans ses aspects les plus troublants (militarisme, armes à feu, prison pour les enfants, créationisme, anti-avortement, suprématie de Dieu, guérison par les incantations, …).

    Au-delà des positions gauche-droite entre le ROC et le Québec, il y a cette réalité fondamentale qu’ il y a en réalité DEUX PAYS au nord du 45e parallèle. Deux langues, deux mentalités, deux pays.

    Quel beau pétrin que ce pays bancal qu’est le Canada, pays bancal où le Québec est enserré, enferré et enfermé dans la camisole de force de cette Constitution illégitime! Et dire qu’il y a des Québécois fédéraleux qui se vautrent dans ce fédéralisme étouffant! Quand donc les Québécois seront-ils maîtres chez eux et maîtres de leurs lois?

    Vivement sortir le Canada du Québec!

    Vive le Québec souverain! Et vive le Bloc!

    Il faut BLOCquer Harper.

  • Gilbert Talbot - Abonné 25 avril 2011 14 h 58

    Au Québec, votons pour le Bloc Québécois

    On a plus le choix. Les chiffres dans cet article sont clairs Depuis le début de la campagne, ils maintiennent les Conservateurs autour des 150 sièges, soit cinq de moins que requis pour la majorité. Et la situation peut encore changer, comme il est souligné dans l'article. Même si on aime bien Jack Layton, le NPD n'est pas assez fort généralement au Québec, sauf dans deux comtés : Outreemont et Gatineau. Dans aucun autre comté, il n'occupe la première ou la deuxième position dans les intentions de votes. Ce qui veut dire qu'un vote pour le NPD risque de faire passer un candidat Conservateur, alors qu'un vote pour le Bloc dans un comté où il est en première ou deuxième position peut bloquer l'élection dÙ'un Conservateur. la lutte se fait donc comté par comté, dans ce contexte où aucun parti n'obtient au moins quarante pourcent du vote. Il se peut, dans une telle situation, que les Conservateurs deviennent majoritaires même avec seulement 38 % du vote. Et comme Ignatieff refuse toute forme de coalition, on ne peut plus qu'espérer que ce soit un vote d'opposition massif du Québec parvienne à bloquer la route vers le gouvernement majoritaire. Terre-Neuve et les provinces Atlantiques semblent aussi se tourner vers les Conservateurs. On a plus le choix, chez nous il faut voter pour le Bloc Québécois.