L’équipe de Harper tente de limiter les dégâts après des propos sur l’avortement

Saint-Jean, Terre-Neuve-Labrador — Le chef conservateur a dû une fois de plus répéter, jeudi, qu’il n’a pas l’intention de relancer le débat sur l’avortement s’il est reporté au pouvoir. Stephen Harper s’est vu contraint de prendre de nouveau cet engagement après que des propos d’un de ses candidats eurent ramené la question dans l’actualité. «Je suis contre l’ouverture de ce débat», a affirmé M. Harper durant un événement organisé dans le cadre de la campagne électorale à Conception Bay South, à Terre-Neuve-et-Labrador.

«C’est ma position maintenant, pendant les cinq années passées et [tant] que je suis premier ministre», a-t-il ajouté. «On ne va pas ouvrir ce débat. On va laisser la loi actuelle. C’est ma position.»

Le député de la Saskatchewan Brad Trost avait déclaré dans un discours prononcé la fin de semaine dernière que l’organisme Planned Parenthood avait vu son financement fédéral retiré à cause de sa position en faveur de l’avortement.

Le candidat conservateur avait expliqué, devant une association anti-avortement de sa province, que les efforts du lobby «pro-vie» avaient finalement porté ses fruits puisque le groupe international qui aide à la planification des naissances n’obtiendrait plus de financement du fédéral.

Point de presse impromptu

Ces déclarations ont poussé l’équipe de Stephen Harper à se lancer dans une grande opération pour tenter de limiter les dégâts, très tôt ce matin.

Les journalistes à bord de la caravane électorale du chef conservateur ont été convoqués en début de nuit, aujourd'hui, par Dimitri Soudas, directeur des communications de M. Harper, qui voulait réagir immédiatement aux articles du Toronto Star et du Devoir sur les propos de M. Trost. L’impromptu de presse n’avait pas été sollicité par les reporters.

M. Soudas a loué l’initiative d’Ottawa en matière de santé maternelle et infantile adoptée lors du dernier sommet du G8, la présentant comme la preuve que les conservateurs avaient les droits des femmes à coeur. Il a affirmé que le Parti conservateur était prêt à collaborer avec les organismes qui veulent travailler avec lui, incluant Planned Parenthood, qui a en effet présenté une demande de financement par le biais de l’initiative du G8.

Planned Parenthood

Le porte-parole de Planned Parenthood, Paul Bell, a confirmé aujourd'hui depuis Londres que son groupe collaborait depuis 40 ans avec le Canada et que, jusqu’à tout récemment, Ottawa lui avait toujours octroyé du financement.

Selon M. Bell, une demande présentée en 2009 pour le renouvellement d’une subvention de 6 millions $ par année pour trois ans — la même que celle obtenue les trois années précédentes — a été refusée.

Planned Parenthood a alors soumis une nouvelle demande dans le cadre de l’initiative du G8 de l’an dernier, mais elle semble ne pas avoir franchi l’étape où elle aurait dû être examinée par la ministre de la Coopération internationale, Bev Oda. «Il est clair que notre demande n’a pas été approuvée avant la fin de l’année financière, soit à la fin de mars», a indiqué Paul Bell. «Donc, nous n’avons reçu aucune subvention pour 2010. Maintenant, les élections ont été déclenchées et il est peu probable que le dossier bouge.»

M. Bell a ajouté que le député Brad Trost avait tenté durant les derniers mois de bloquer le financement que son organisme devait recevoir d’Ottawa. «C’est toujours inquiétant lorsqu’un député agit ainsi, mais cela arrive dans plusieurs pays. Il y a des gens qui militent contre le travail que nous faisons», conclut le porte-parole.

Le leader bloquiste Gilles Duceppe a émis des doutes, aujourd'hui, quant à la réelle volonté de Stephen Harper de ne pas relancer le débat sur l’avortement, soutenant qu’il pourrait très bien le faire par la bande, à travers des projets de loi d’initiative parlementaire, comme c’est déjà arrivé par le passé.

«M. Harper dit que ce n’est pas [la position du] parti, mais il s’arrange pour que quelqu’un de son parti présente de tels projets de loi ou intervienne en coulisses», a déclaré M. Duceppe, qui faisait campagne à Québec aujourd'hui.

Une opinion que partage le chef libéral, Michael Ignatieff. «Les conservateurs agissent toujours de cette façon, sans dire ce qu’ils pensent, avec des agendas secrets qui minent la confiance des Canadiens dans ce qu’ils vont faire si les Canadiens ont le malheur d’avoir un gouvernement conservateur après le 2 mai», a affirmé M. Ignatieff, de passage à Montréal.

Quant à Jack Layton, il a également fait preuve de scepticisme face aux intentions des conservateurs en matière d’avortement. «Ça nous donne des inquiétudes par rapport à l’approche conservatrice, nous qui sommes un parti qui appuie le droit des femmes de choisir», a admis le chef néo-démocrate, en campagne à Toronto.

La ministre Bev Oda a publié un communiqué, aujourd'hui, disant que Planned Parenthood recevrait du financement si sa demande respectait les critères du gouvernement.

Ce n’est pas la première fois que Stephen Harper doit composer avec les remarques d’un membre de son parti sur l’avortement. Lors de la campagne électorale de 2004, la candidate conservatrice Cheryl Gallant avait comparé l’interruption volontaire de grossesse à la décapitation des otages en Irak.


9 commentaires
  • Roland Berger - Inscrit 21 avril 2011 15 h 28

    Toujours l'hypocrisie !

    Harper déclare ne pas vouloir ouvrir le débat sur l'avortement, mais a déjà coupé les fonds à des organismes qui offrent des conditions hygiéniques aux femmes qui désirent avorter. Toujours la même hypocrisie ! Et il veut nous faire croire qu'il n'ouvrira pas le débat sur l'avortement. Mensonge ! Si jamais l'horreur se produisait et qu'il obtenait son gouvernement majoritaire, quelques semaines suffiront pour que la loi actuelle sur l'avortement soit abolie.
    Roland Berger

  • Claude Kamps - Inscrit 21 avril 2011 17 h 00

    Le PCC c'est comme les jésuites

    je me rappelle les jésuites de mon enfance et leur enseignement et j ai jamais aimer le «jésuitisme» ni de eux ni des super religieux de Harper.

    On a un bel exemples avec ces prélats de haut niveau en Belgique qui nous font toute une leçon de dire mais faire le contraire... Homosexualité entre homme consentant, ou avoir une maîtresse, passe encore, mais certainement pas des jeunes neveux...

  • Clothaire - Inscrite 21 avril 2011 17 h 28

    EST-IL LE PM DE TOUS LES CANADIENS ?

    On peut être membre d'une église, avoir des valeurs et des croyances personnelles mais quand on accède à la fonction de premier citoyen chargé de gérer un pays on se doit de représenter les intérêts de tout le monde, sans quoi le Canada ne vaut pas plus que l'Iran avec ses mollahs. Harper ne défend que les intérêts des fondamentalistes religieux et des big corporations à qui il consent des gros crédits d'impôt, à qui il achète des avions de combat à 145 millions pièce. Les autres canadiens il s'en fout, on est bon juste à payer des impôts pour lui permettre de vivre son délire religieux.

  • Maurice Roberge - Inscrit 21 avril 2011 17 h 55

    Arrêtons de financer Planned Parenthood

    Dommage que Stephen Harper et tous les membres de son équipe ne s'engagent pas davantage pour le respect de la vie comme un vrai parti conservateur devrait le faire.

    Les Ignatieff, Duceppe et Layton, quant à eux, devraient peut-être commencer par se préoccuper d'assurer de meilleurs soins de santé à tous les Canadiens avant de songer à financer le massacre par avortement des enfants innocents à l'étranger via des organisations à la moralité discutable telle Planned Parenthood.

    On peut par ailleurs s'interroger sur l'avenir d'une population qui en est rendue à faire de manière irresponsable ou inconsciente la promotion de l'avortement. Certainement pas la meilleure façon de servir son pays.

  • Louise Hurteau - Inscrite 21 avril 2011 19 h 24

    @Maurice Roberge

    Quelle grossière manipulation émotionnelle - Un fétus n'est pas un enfant !!

    Par ailleurs, qui parle de faire la promotion ? L'avortement est un choix de dernier recours, mais c'est un choix personnel qui appartient à chaque femme. Le financement de Planned Parenthood permet un avortement sécuritaire et non pas un avortement dangereux fait dans des allées sombres par des charlatans.

    Si vous être contre pas de problème, ne vous faites pas avorter. Les choix personnel des femmes par contre qui optent pour cette option ne vous concernent en rien.

    Harper perd des plumes à chaque coin de rue - belle hypocrisie !