Merci aux pro-vie

Ottawa — Le député sortant et candidat conservateur Brad Trost a profité de la campagne électorale samedi pour s'adresser à l'association pro-vie de la Saskatchewan. Son message? Il remercie les militants opposés à l'avortement de l'avoir aidé à bloquer la subvention fédérale d'un groupe d'aide internationale offrant de la planification familiale.

Brad Trost est le jeune député de Saskatoon-Humboldt. Samedi, il a participé au congrès provincial annuel de la Saskatchewan Pro-Life Association. Dans son allocution, il a expliqué que son bureau parlementaire a contribué au lancement de diverses pétitions demandant que l'organisme Planned Parenthood n'obtienne plus d'argent du gouvernement fédéral. Ce groupe offre aux gens, ici et dans les pays en développement, de l'éducation sur la fertilité, des services de planification familiale et d'avortement.

Une honte

«Mon bureau s'est impliqué pour lancer cela, ainsi que certaines autres choses, et j'ai reçu à cet égard l'aide de plusieurs autres députés, a déclaré M. Trost. J'aimerais vous dire, et je ne peux pas vous dire spécifiquement comment nous les avons utilisées, mais ces pétitions ont été très, très utiles et ont fait partie de ce que nous avons utilisé pour abolir le financement de Planned Parenthood parce que c'est une honte absolue que cette organisation et d'autres du même genre reçoivent ne serait-ce qu'un cent des contribuables canadiens.»

Planned Parenthood a tenté en 2009 de renouveler pour trois ans sa subvention de 18 millions de dollars. Il a attendu plus d'un an une réponse de l'Agence canadienne de développement international, en vain. Le groupe en a déduit que sa demande avait été refusée. M. Trost confirmerait donc que l'ACDI a pris une décision et que celle-ci a été influencée par les politiciens.

La députée libérale Marlene Jennings est furieuse. «La déclaration de M. Trost est atroce.» Elle s'insurge contre le fait que le député ait pu faire des pressions en catimini en utilisant de manière obscure les pétitions de militants pro-vie. «Comment a-t-il utilisé ces pétitions? A-t-il brandi la menace que ceux qui avaient signé cesseraient de faire des dons au Parti conservateur? Qui sait!»

La santé maternelle

L'an dernier, dans le cadre de sa présidence du G8, le Canada a lancé un programme pour améliorer la santé maternelle à travers le monde. Le gouvernement de Stephen Harper a décidé que les nouvelles sommes dédiées à cette initiative ne pourraient pas financer des avortements à l'étranger. En théorie, l'aide internationale canadienne déjà existante offrant des avortements n'est pas censée être affectée.

M. Trost a soutenu dans son discours que «le mouvement pro-vie, qui défend la vie de sa conception jusqu'à la mort naturelle, défend à [son] avis les plus importants droits civils, droits de la personne, et soulève un enjeu que la société occidentale n'a pas encore su traiter».

Le député et candidat a soutenu que le mouvement pro-vie avait depuis quelques années effectué quelques «petites, mais bien réelles victoires», en insistant sur le mot «petites», mais qu'il restait encore du travail à faire.

«Nous devons encore travailler avec le premier ministre et d'autres députés du gouvernement, ainsi qu'avec des députés de la province qui savent dans leur coeur ce qui est bien, mais qui ont juste besoin d'être encouragés à poser un peu plus de gestes et à penser un peu moins.»

Lundi, des groupes militants féministes organiseront une conférence de presse à Toronto pour mettre en garde les femmes contre un gouvernement conservateur majoritaire qui pourrait, à leur avis, restreindre l'accès à l'avortement.

À écouter: la conférence de Brad Trost


À voir en vidéo