...ni au Mouvement pour les arts et les lettres

Le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) a fait connaître hier les réponses des partis politiques aux trois questions qui leur avaient été adressées au début de la campagne électorale, sauf celles du Parti conservateur du Canada (PCC), qui a refusé de se prêter à l'exercice.

«Le silence du Parti conservateur du Canada constitue un objet de préoccupation additionnel pour le Mouvement pour les arts et les lettres à l'égard des politiques conservatrices», a souligné le porte-parole du MAL, Stanley Péan.

L'écrivain a adressé, le 31 mars, trois questions au PCC, au Parti libéral du Canada (PLC), au Nouveau Parti démocratique (NPD), au Bloc québécois et au Parti vert afin de nourrir le débat électoral en matière d'arts et de culture, tout en précisant que leurs réponses étaient attendues au plus tard vendredi dernier. Hormis les conservateurs, toutes les formations politiques ont répondu dans les délais prescrits.

La parole est d'argent et le silence est d'or dans les rangs du PCC à en croire cette rebuffade infligée au MAL, après celle assénée aux groupes environnementaux. (Voir texte ci-haut)

Budget pour la promotion

Le MAL a notamment demandé aux partis d'afficher leurs couleurs sur une éventuelle hausse du budget du Conseil des Arts du Canada.

Si un gouvernement de Michael Ignatieff multipliera par deux le budget annuel du Conseil des arts du Canada, le faisant passer de 180 millions à 360 millions au cours des quatre prochaines années, un gouvernement de Jack Layton augmentera quant à lui le financement public de l'organisme de 30 millions en 2011-2012, de 60 millions en 2012-2013, et à hauteur de 90 millions annuellement en 2013-2014 et 2014-2015.

À la question: «Votre parti s'engage-t-il à investir des sommes nouvelles dans la diffusion et la promotion internationale des arts et de la culture, et si oui, à quelle hauteur et à quel rythme?», le PLC a répondu qu'il rétablira l'aide financière des programmes PromArt et Routes commerciales en accroissant leur financement à 25 millions. «Le nouveau budget annuel permettra aussi de créer un programme de tournées nationales», a fait savoir le président du PLC, Alfred Apps.

Le NPD «envisage» pour sa part la création de «fonds visant à soutenir les tournées internationales d'arts, ainsi que des outils de développement de marchés, en guise de remplacement des programmes tels que le PromArt et Routes commerciales».

«Les programmes reçus reconnaissent tous, à différents degrés, la nécessité d'un rehaussement du budget du Conseil des arts du Canada et du retour de programmes de promotion des arts canadiens et québécois sur les marchés internationaux», a résumé Stanley Péan.

À voir en vidéo