Un gouvernement minoritaire paverait la voie à la souveraineté, dit Harper

Stephen Harper<br />
Photo: Agence Reuters Ben Nelms Stephen Harper

Yellowknife — Stephen Harper a monté d'un cran sa rhétorique contre le mouvement souverainiste, affirmant hier que d'empêcher l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement conservateur majoritaire est la première étape vers un référendum.

Selon le chef conservateur, les résultats du congrès du Parti québécois et les propos qu'ont tenus les chefs souverainistes au cours de la fin de semaine démontrent les réels objectifs du Bloc québécois.

Il est d'avis que le Bloc ne veut qu'«affaiblir le gouvernement fédéral». Seul un gouvernement majoritaire conservateur peut faire contrepoids, a argué M. Harper, qui dit qu'il pourrait ainsi éviter un retour au «fédéral de toutes ces vieilles chicanes constitutionnelles sur l'unité nationale».

M. Harper a néanmoins évité de répondre directement à la question d'un journaliste qui lui demandait ce qu'un gouvernement majoritaire pourrait faire de plus qu'un gouvernement minoritaire, face à un référendum sur la souveraineté, étant donné qu'il s'agirait d'une décision des Québécois.

Les adversaires fédéralistes de M. Harper l'accusent de diviser la population pour alimenter un sentiment de crainte chez les électeurs.

Michael Ignatieff a voulu pour sa part remettre les choses en perspective. Oui, la chef péquiste Pauline Marois a eu un bon week-end, mais cela ne veut pas dire que le Canada est en péril pour autant, a fait valoir le chef libéral, qui faisait campagne lui aussi dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le chef conservateur a profité de son passage à Yellowknife pour annoncer à nouveau une promesse de terminer l'autoroute toute saison dans l'Arctique, reliant Inuvik et Tuktoyaktuk. Il a toutefois indiqué qu'il ne pouvait promettre de financer un centre de désintoxication pour les personnes démunies.

M. Harper estime que les engagements de nature locale ne sont pas de son ressort, et qu'il convient davantage de s'en remettre au candidat de la circonscription pour la promotion des intérêts de la communauté.

Il a mentionné que si les électeurs portaient au pouvoir sa candidate dans la circonscription de Western Arctic, Sandy Lee, elle serait en mesure de sensibiliser le Parlement à cet égard.

Mme Lee, une ancienne ministre de la Santé du territoire, affronte entre autres le député sortant Dennis Bevington, du NPD. M. Bevington est l'un des seuls membres de son parti ayant appuyé les conservateurs lors du vote pour abolir le registre des armes d'épaule.

Le taux de criminalité dans le Nord canadien est nettement plus élevé qu'ailleurs au pays, et les problèmes de consommation de drogues y sont répandus.

M. Harper a affirmé que la stratégie de son parti pour combattre la toxicomanie était basée sur la prévention et les soins. Il a ajouté qu'un programme pour traiter les prisonniers toxicomanes avait aussi été élaboré.
3 commentaires
  • François Caron - Abonné 19 avril 2011 11 h 39

    J'ai pour mon dire et j'ai fait mien cette réflexion...

    ... que je me permets de partager avec vous.

    Tout en étant ouvert aux bienfaits de la technologie sur la condition et l'aventure humaines, je ne crois pas que l'on devrait avoir de l'influence plus loin que d'un lieu dont on peut en revenir à pied et qui se situe à pas plus d'une demi-journée de marche de son milieu de vie.

    Ca devrait être un principe d'humilité et de sagesse que les Anglo-Saxons en général et Setphen Dart Har-Peur en particulier devraient méditer et mettre en pratique.

    Pour qui se prend-t'il et pour qui parle-t'il quand il déblatère négativement sur les aspirations nationales du peuple du Québec à des gens qui demeurent à 4 000 km à vol d'oiseau de Montréal ?

    Va-t'on enfin comprendre que nous payons au Québec pour une armée qui (re)viendra nous opprimer et restreindre nos libertés individuelles et nos droits collectifs octroyés par la Charte des droits de la personne du Québec, sur ordre d'un droitiste radical exalté qui croit pouvoir régner avec ses valeurs sociales rétrogrades et étriquées sur un demi-continent de 10 000 000 de km carrés, complèetement incompatibles avec les valeurs partagées par le peuple Québécois ??

    Il ne reste que 13 jours pour retourner Darth HAr-Peur et ses sbires aux douches du Parlement.

  • J. Hardy - Inscrit 19 avril 2011 12 h 20

    Au contraire

    Les Québécois, tant bien que mal, tolèrent tant bien que mal leur présence au sein du Canada. Avec Harper majoritaire, vous pouvez dire bonjour à la tolérance et adieu Cacanada.

    S'il veut un Canada uni incluant le Québec, il faudra que ce soit minoritaire conservateur ou majoritaire autre chose.

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 19 avril 2011 15 h 32

    Parfait cas de xénophobie ROC

    Le 'They versus WE' est très présent au ROC. La plupart du temps les Canadians le pratique sans contrainte. Au ROC on appelle ça de la solidarité. Well!